"La petite grande..." Voilà ce que disent désormais nos ennemis fabiusiens qui doivent faire le gros dos puisque le Président de la République, François Hollande a eu le courage historique de leur imposer l'évidence normande stricto sensu sans grande fusion avec le Nord et la Picardie comme le souhaitaient Laurent Fabius et Martine Aubry.

 "La petite grande" région, voilà ce qu'il faut entendre! La Normandie recouvrant enfin son unité serait une trop petite région dans le cadre de la future carte régionale de France. Etrange ! Ainsi, en quelques mois, la "petite grande" région a fort opportunément remplacé la "Grande Normandie", voire la "Gross" Normandie qui devaient faire peur aux électeurs Haut-Normands condamnés à payer plus d'impôts pour remettre à niveau des ploucs Bas-Normands à la traîne et qui, indécrottablement, depuis Guillaume le Conquérant, voteraient à droite car c'est bien connu, les Haut-Normands de la Fabiusie votent éternellement à gauche: ils leur arrivent même de voter Front National de plus en plus...

Donc pour les Fabiusiens (qui se disent "socialistes")  de Haute-Normandie, réaliser enfin l'unité, la solidarité, l'efficacité normande au service de tous les citoyens habitant partout en Normandie, n'a guère d'intérêt car on ne ferait que... "la petite grande" région qui ne serait que l'addition des deux faiblesses normandes !

Bien entendu ! Il faut avoir l'esprit très mal tourné pour considérer que si l'on se retrouve en 2014 à constater "deux faiblesses normandes" ... c'est bien en raison de plus de 40 années de division ou après quinze années d'égoïsme territorial des élus Fabiusiens de Haute-Normandie qui se disent "de gauche" !

La mauvaise foi des Fabiusiens n'a donc pas de mémoire car c'était pour conserver l'intégrité politique du fief électoral de la Fabiusie que les créatures politiques de Laurent Fabius à Rouen, au conseil général de la Seine Maritime et pendant quinze ans au conseil régional de Haute Normandie se sont acharnés contre l'évidence normande pour préserver... la "petite grande" région haut-normande au risque de n'en faire qu'une banlieue industrialo-portuaire lointaine de la Région Parisienne !

A titre pédagogique et à destination de tous les militants de l'unité normande, ce qui suit mérite d'être publié in extenso sur l'Etoile de Normandie:

Il s'agit des analyses que l'on trouvera dans l'édition en date du 14 juillet dernier de la Chronique de Normandie (N° 370) proposée par le journaliste Bertrand Tierce, une feuille d'informations de Haute-Normandie, proche des milieux politiques fabiusiens:

Quand les "lapins crétins" de la Fabiusie s'intéressent enfin ... à la Normandie !


 

 (les citations intégrales de la Chronique de Normandie sont en italiques)

LA PETITE GRANDE...

 

Le poids de la Normandie

La CCI Normandie, associée aux préfectures et aux régions de Haute et Basse Normandie, vient donc de publier son "panorama économique" de la future grande région.

"Grâce à une situation géographique exceptionnelle, une population jeune, des savoir-faire reconnus et de nombreuses initiatives innovantes, la Normandie disponse d'atouts majeurs dans l'économie nationale, européenne et mondiale. Cet outil permet de les apprécier"

Commentaire de Florestan:

Enfin ! La division en deux INSEE est donc plus qu'absurde ! On ajoutera aussi le plus évident: La Normandie dispose d'une notoriété nationale et internationale exceptionnelle... Que cela soit une nouvelle fois l'occasion de saluer l'initiative de l'ORECO qui depuis 2012 nous offre ce tableau de bord complet sur toute la Normandie.

http://normandie.canalblog.com/archives/2013/03/19/26688572.html

"Commentaire: une foie réunies, Haute et Basse Normandie représenteront un peu plus de 5% du territoire national et, avec 3,3 millions d'habitants, un peu plus de 5% de la population française. Petite région par la surface et le nombre d'habitants, quel sera son poids économique?

Commentaire de Florestan sur le commentaire précédent:

Revoilà l'argument crétin et quantitatif du "poids économique"! Ce qui est décisif au XXIe siècle, à l'heure de la concurrence mondiale en tous domaines et du défi du changement climatique et de la transition énergétique, ce n'est pas le quantitatif c'est le qualitatif reconnu dans le Monde entier !

Vive l'Industrie !

La force de l'industrie est l'une des caractéristiques majeures de la grande région:

- 18% de la richesse produite en Normandie provient de l'industrie (contre 12,6 % en France)

- L'industrie normande représente plus de 6% de la valeur ajoutée industrielle française

- Ses spécialités: des filières historiques (agroalimentaire, automobile, chimie, verre) et des filières en plein essor et à haute valeur ajoutée (aéronautique, énergies, numérique)

- C'est la première région énergétique française

Commentaire: c'est aussi une grande région agricole, représentant 7% de la production nationale et la 4ème région française pour le commerce extérieur. "La Normandie est incontestablement un moteur pour le développement international français".

Commentaire de Florestan sur le commentaire précédent:

On oublie, une fois de plus, la dimension maritime de la Normandie qui fait certainement de notre région, tous secteurs confondus, la première région française d'économie maritime. Les évidences, ce sont souvent ce que l'on voit le moins... surtout après plus de 40 années de division normande!

La Normandie à la traîne?

La "Normandie 5%" réalise 4,3 % du PIB national. Elle se place au 7ème rang des régions économiques françaises.

Commentaire de Florestan:

Nous on préfère ici la Normandie à 100% !!! Ou la "Normandie Puissance² " valorisée par les chambres de commerce...

"- A noter: les classements établis par la CCI Normandie positionnent la Normandie par rapport aux régions actuelles et non aux futures grandes régions. Si la Normandie unifiée se situe aujourd'hui à la 7ème place, elle sera nécessairement déclassée quand elle fera face aux autres grandes régions.

Le risque d'être un petit poucet est réel.

Commentaire de Florestan:

Bertand Tierce, puisqu'il s'agit de lui serait-il, lui aussi,  un "Petit Poucet"... par l'esprit? L'argument ci-dessus est parfaitement stupide et ce pour trois raisons:

1) La Normandie fusionnée existe déjà, l'évidence normande est déjà opérationnelle et la notoriété normande est mondiale: la future "petite grande" région est donc quasi déjà prête à fonctionner. Qu'en sera-t-il dans les futurs grands ensembles Rhône-Alpes-Auvergne ou Grand Est?

2) La Normandie sera (avec la Bretagne si elle est enfin réunifiée) la seule VRAIE région de France où l'identité territoriale et la cohérence géographique pourront alimenter un développement qualitatif car, répétons-le, ce ne sont pas les grands projets technocratiques qui font une région c'est une vraie région qui ne se ressemble pas à un grand machin techno fourre-tout qui peut faire des projets.

Bref! l'argument strictement quantitatif d'additionner des carpes et des lapins pour faire du "poids économique" ou atteindre la fameuse "taille critique européenne" est consternant du point de vue intellectuel: si certains, en développant ce type d'arguments et en les diffusant, prennent le risque de passer pour  des crétins c'est qu'il y a, bien entendu, des enjeux courtisans et politiques supérieurs à l'honneur de ne surtout pas passer pour un idiot !

3) M. Tierce devrait plutôt se souvenir des arguments d'un certain Alain LE VERN, ancien président d'une "petite grande" région pendant quinze ans (1998 - 2013) pour farouchement s'opposer à l'idée d'une "Grande Normandie" lui qui affirmait qu'une région qui marche n'était pas liée au fait d'avoir un territoire plus grand... On devrait pouvoir retrouver facilement quelques prises de positions de M. LE VERN dans les anciens numéros de la Chronique de Normandie, ou alors M. Tierce aurait-il brûlé ses archives ?

La mauvaise foi ignore l'honnêteté intellectuelle, par principe !

"En fusionnant les deux régions, on fusionne aussi leur PIB. La riche Haute-Normandie (49,8 milliards de PIB en 2012) s'en trouvera déclassée, la Basse-Normandie elle (36,4 milliards de PIB en 2012) y gagnera quelques places.

Commentaire de Florestan:

Charles Seignobos, le fondateur de l'usage des statistiques dans la recherche historique disait ceci: "un chiffre est toujours précis mais pas forcément exact". On pourrait rappeler que la population bas-normande est en moyenne plus riche que celle de Haute-Normandie si l'on se base sur les capacités fiscales. Mais qu'en raison de la présence de grandes entreprises mondiales implantées dans la vallée de la Seine, le PIB haut-normand est plus fort, globalement, que celui de la Basse-Normandie.

L'argument du déclassement haut-normand dans le cadre d'une fusion normande est donc tout simplement faux car il oublie de considérer l'effet dynamique de l'accouplement des différences complémentaires entre Haute et Basse Normandie:

Toutes les filières industrielles et économiques qui fonctionnent en Normandie sont précisément celles qui, déjà, valorisent l'effet de l'évidence normande en mettant en réseau les atouts des deux actuelles régions normandes. C'est ainsi que l'aéronautique décolle en Normandie, que le tourisme normand se hisse à la 8ème place nationale ou à la 4ème place pour les courts séjours, que la caisse d'Epargne de Normandie est désormais à la 6ème place nationale, etc... etc... 

Cet effet dynamique d'une "Normandie puissance deux" avait déjà été aperçu et analysé par l'excellent rapport sur les conséquences d'une fusion normande commandé en 2004 aux cabinets INEUM et EDATER par un certain ... Alain Le Vern qui en refusera les conclusions par trop favorables à l'idée évidente de fusion normande ! Ce rapport, publié finalement en 2008 et dont on vous propose ici un excellent résumé, avait même estimé l'effet d'une dynamique unitaire normande sur le PIB global de la Normandie: si la Normandie avait pu être fusionnée dès les années 1990 le PIB global de notre région la placerait à la 5ème place des régions françaises selon la géographie actuelle.

D'où le constat suivant: ce n'est pas le quantitatif qui produit du qualitatif c'est le contraire !

Ses faiblesses ?

Une industrie qui perd du terrain (- 19% d'emplois depuis 2000) et qui peine à être compensée par un tertiaire de haut niveau. Faible niveau de la qualification des habitants, faiblesse relative de l'innovation et de la recherche. Les services ne représentent en Normandie que 62% de la valeur ajoutée régionale (68% en France) et ont une croissance moins dynamique qu'en France.

Commentaire: la réindustrialisation du territoire reste un enjeu décisif.

Commentaire de Florestan:

Une fois de plus, voilà que l'on fait le constat "en creux" du déclin d'une Normandie divisée depuis la fin des années 1960 qui a raté le virage de la métropolitsation régionale et qui a ,en partie loupé, sa décentralisation puisqu'un emploi industriel sur deux en Normandie dépend d'un donneur d'ordres extérieur à notre région. La fusion régionale sera donc d'abord l'unification de la vision et du pilotage normand ce qui est en soi, le début du commencement de la solution pour sortir du déclin actuel. 

Mise à part les médias des partisans de l'unité normande, on ne trouvera donc aucune analyse officielle ou institutionnelle en Normandie qui osera, avec courage et lucidité regarder en face le déclin normand consécutif à la division: ce serait pourtant là, le point de départ pour refonder un projet régional normand. C'est à cette démarche courageuse que le collectif des géographes universitaires normands nous invite: mais ils sont encore bien seuls !

Paris / Seine / Normandie

La Normandie réunie sera l'une des plus petites régions françaises dans le paysage issu de la réforme territoriale. D'où l'importance des alliances industrielles, logistiques et portuaires déployées sur l'axe Paris-Seine-Normandie pour exister plus fortement...

Commentaire de Florestan:

Voici que pour finir, l'hôpital fabiusien de l'Axe Seine se fout de la charité normande: c'est précisément parce que la Normandie sera unie, solidaire et efficace en créant des réseaux normands que l'Axe Seine pourra exister notamment à Paris où on se contrefiche de savoir de quel port ou de quelle façade maritime peuvent venir les marchandises débarquées à Garonor...

Là encore, il est utile de rappeler une belle évidence: un "hinterland" (c'est à dire la zone de chalandise d'un port) est toujours contrôlé par son port. On ne voit jamais le contraire !

Or il se trouve que la mégalopole parisienne et ses 11 millions d'habitants sont dans l'hinterland des ports normands à commencer par celui du Havre: c'est donc aux Normands de faire exister l'Axe Seine à Paris et tout ceux qui ont un peu navigué savent qu'il est inutile d'encombrer la passerelle de commandement !

"la réunification de la Normandie ? Le choix du passé" (Alain LE VERN... depuis la poubelle de l'Histoire)

L'esnèque normande est une "petite grande" embarcation: certainement plus petite que le géant Titanic qui a sombré corps et biens comme on sait: pas besoin d'être nombreux et de piloter un immense radeau dérivant. La Normandie est un bon navire et les saboteurs Fabiusiens sont priés de rester à quai !