Depuis une dizaine de jours sans attendre la reprise des travaux parlementaires de la réforme territoriale, Nicolas Mayer-Rossignol, le factotum de Laurent Fabius, a cru bon relancer par voie de presse (voir le billet ici même) le très mauvais numéro de clochemerle caenno-rouennais qui a justifié pendant les 40 dernières années, le blocage, la division et le déclin de la Normandie.

Bernard Cazeneuve, Jean-Léonce Dupont, Philippe Augier et Joël Bruneau ont répondu récemment (voir ici les billets correspondants) à la provocation fabiusienne.

Manquait encore la réponse du principal intéressé, à savoir Laurent Beauvais, président de région en Normandie (PS) depuis 2008. Elle était très attendue. Et on peut dire que la réponse du Normand "de la première heure" au (haut) Normand de la 25ème heure est à la hauteur des enjeux et du défi de réaliser enfin concrètement l'unité normande. 

A lire, sans attendre, ci-dessous:

Normand_de_la_1_re_heure