Les exploitants agricoles encore encartés dans un sinistre syndicat du crime dont la signification du sigle s'est perdue, doivent cesser d'arracher les haies du bocage pour faire passer de gros engins inutiles achetés à crédit...

(source: Société Protectrice Paysages Esthétique de la France)

Dans le Pays de Bray, le massacre continue !

http://www.picardie-nature.org/observatoire-faune-sauvage/les-continuites-ecologiques/article/les-haies-du-pays-de-bray

Et pourtant, la haie bocagère typique des paysages normands peut être entretenue et son bois valorisé dès lors que les coupes sont raisonnables, régulières: bref! les haies doivent être entretenues... Sauf que du côté de la FNSEA on a des staliniens du productivisme agricole qui détestent le jardinage !


 

C'est la raison pour laquelle des Fonds européens peuvent intervenir: le Pays de Bray normand fait donc l'objet d'une expérience pilote...

Quand l'Europe subventionne la revalorisation du bois brayon...

Ce jeudi 2 octobre, le théâtre L'Eclat de Pont-Audemer (27) accueille le forum L.E.A.D.E.R, du nom du programme européen de Liaisons Entre Actions de Développement de l'Economie Rurale. L'idée étant de présenter ces subventions qui ont déjà permis de financer près de 70 projets dans le pays de Bray.

  • Marie du Mesnil-Adelée
  • Publié le 02/10/2014 | 07:00
© France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie
Traduction : par le biais de son programme L.E.A.D.E.R, l'Union européenne subventionne des projets locaux de développement en zone rurale.

Un exemple concret ? Parmi ces 70 projets financés dans le pays de Bray entre 2007 et 2013, à hauteur d'un million 600.000 euros en tout, il y a celui de Philippe Dilard.

Valoriser les déchets du patrimoine paysager local


Cet agriculteur a créé sur son exploitation, à Cropus (76), en 2009 une plate-forme de revalorisation du bois des haies. Les déchets issus de la taille des haies (branchages et autres) sont transformés en plaquettes pour le chauffage ou le paillage des animaux.

L'activité est en croissance. Elle représente aujourd'hui 15% des revenus de l'agriculteur et a même permis d'embaucher un salarié et de fédérer une trentaine d'agriculteurs de la région qui ont investi en commun dans une déchiqueteuse cette année.

Pour mieux comprendre, voyez ce reportage d'Emmanuelle Partouche et François Pesquet (montage : Stéphanie Letournel), avec l'interview de :
  • Philippe Dilard, exploitant agricole

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/2014/10/02/quand-l-europe-subventionne-la-revalorisation-du-bois-brayon-562544.html