L'autisme des élus socialistes rouennais est profond: ils confondent Normandie et Fabiusie et en dépit du fait étrange qu'ils se disent encore "socialistes", ils pratiquent sans vergogne, sans lucidité aucune, un véritable "égoïsme territorial" alors qu'il faudrait démontrer maintenant qu'un "socialisme territorial normand" est possible face aux enjeux économiques, sociaux, culturels et bientôt ...politiques d'une hyper-métropolisation des territoires français:

Le risque d'une France à double vitesse est grand: celle d'une France urbanisée, métropolisée, totalement intégrée à la dynamique de la mondialisation et celle d'une France moins urbanisée, plus rurale, en retrait, en difficulté économique et sociale, qui refuse de plus en plus, le modèle économique et social d'esprit néo-libéral généré par les grandes métropoles branchées sur la mondialisation.

La Normandie et sa géographie urbaine qui a la précieuse particularité d'être très équilibrée avec trois grandes agglomérations urbaines dont une "métropole" (du moins sur le papier) et un puissant maillage de petites et moyennes villes sur tous les territoires normands (en gros: une ville de 10 000 habitants tous les 20 km) pourrait être l'antidote régional à cette fracture territoriale annoncée entre la France des grandes villes et la France des champs.

Mais tout à leur autisme rouenno-rouennais et alors que le Front National s'apprête à conquérir la "Fabiusie" voire la Normandie qui refusent les effets néfastes de la métropolisation et de la mondialisation lors des prochaines échéances électorales, les édiles socialistes de la capitale de la Fabiusie, s'agitent devant les mots de "capitale régionale" ou de "métropole" comme des mouches dans le noir devant une lampe torche... Pitoyable !

LES ELUS SOCIALISTES DE LA FUTURE METROPOLE REGIONALE ROUENNAISE N'ONT AUCUNE VISION ET NE PROPOSENT RIEN ! ILS N'ONT AUCUN PROJET REGIONAL NORMAND !


http://www.tendanceouest.com/caen/actualite-82090-la-grande-interview-du-maire-politique-et-fusion-des-normandie-.html

 

La grande interview du maire : Politique et fusion des Normandie (5/5)

La grande interview du maire : Politique et fusion des Normandie (5/5)

07h00 - 20 octobre 2014 - par L.D.

Dernier volet du grand entretien accordé par le maire de Rouen Yvon Robert aujourd'hui avec la question qui est sur toutes les lèvres depuis quelques mois : la réunification des Normandie. Rouen capitale avec un développement égal des autres grandes villes, tel est l'avis du maire.

Il y a des tensions entre élus écologistes et Frédéric Sanchez à la Métropole, des tensions également au niveau national. Qu'en est-il au conseil municipal ?

Nous travaillons bien. Il y a forcément des différences parce que sinon il n'y aurait qu'un seul parti. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu de problèmes sur aucune délibération au conseil. Je consacre personnellement beaucoup de temps à discuter avec eux.

Il y a aussi beaucoup de concertation à la Métropole. Le temps passé par Frédéric Sanchez avec les 70 autres maires est considérable. Nous n'imaginons pas ce que représente la construction de la Métropole et le temps que cela prend.

Un mot sur la fusion des Normandie. Vous êtes l'un des derniers élus à ne pas vous être encore exprimé, notamment sur le choix de la capitale. Vous êtes attendu...

Une capitale, ça se constate. La capitale de la Normandie, c'est Rouen. Il n'a pas de débat sur ce sujet. Rouen, c'est 500 000 habitants, Caen c'est 250 000 habitants. A Rouen, c'est une évidence, et s'il y a un tel débat, il est à Caen parce que précisément, l'évidence, elle est à Rouen. La ville dynamique de la Normandie c'est Rouen, la seule qui gagne des habitants, c'est Rouen, le Havre et Caen en perdent. La réalité démographique est là.

Par contre, il y a un intérêt collectif à créer des liens, des synergies, des éléments de développement entre les différentes villes importantes d'une région. Il faut faire vivre un réseau Caen-Rouen-Le Havre, c'est un sujet qu'il faut relancer. L'intérêt de tous c'est que tous se développent ensemble, il faut absolument donner à ces trois grandes villes mais aussi à Evreux, Cherbourg, Dieppe l'occasion de se développer. Je suis le premier demandeur pour que Caen et Le Havre se développent tout autant que Rouen.

Tout n'a pas à être dans la capitale.  Par exemple, tous les services administratifs n'ont pas à être au même endroit. Une région a besoin d'un lieu de pilotage mais elle a besoin de services de proximité : il faut toujours penser aux deux et ne jamais opposer l'un et l'autre.

Des rencontres sont-elles prévues entre élus hauts et bas-normands ? Les élections régionales en novembre 2015 ne compliquent-elles pas la donne ?

Je pense que nous aurions un intérêt collectif à ce que toutes les campagnes électorales locales aient lieu toutes en même temps : municipales, cantonales, régionales. Tout le monde aurait cinq ou six ans devant soi pour travailler. Les périodes électorales créent des moments de tension qui compliquent les coopérations, c'est un fait. J'espère que toutes ces élections seront regroupées en mars 2020. Mais je ne suis pas dans la tête du président de la République.

 


 

Commentaires de Florestan:

Il est intéressant de relever qu'à la question enfin pertinente de savoir s'il y a des réunions de travail prévues entre élus Haut et Bas Normands, le maire de Rouen, Yvon Robert ne répond pas. Et pour cause ! il n'y en a aucune de prévue pour l'instant ! Chacun va débattre de son côté de l'unité normande...

Sur la question de la "capitale" régionale normande, les réalités géographiques, économiques, sociales de la Normandie imposent la solution de la mise en réseau face à la logique du pouvoir politicien qui génère un localisme de circonscription qui frise la débilité mentale profonde...

Les deux grands enjeux géographiques pour la Normandie sont:

- REUSSIR L'AXE SEINE

- REUSSIR L'UNITE NORMANDE

1) Confirmer la participation de la Normandie à la mondialisation et à la métropolisation française en faisant en sorte que l'AXE SEINE porte maritime d'un Grand Paris de 11 millions d'habitants puisse enfin exister autrement que comme un axe commercial et logistique secondaire dont le terminus définitif ne serait que la région parisienne, confirmant ainsi le déclin normand en tant qu'angle mort et banlieue lointaine au Nord-Ouest de Paris. 

Pour la réussite et la prise de contrôle d'un AXE SEINE qui doit être organisé et piloté depuis la Normandie (et non depuis Paris) ROUEN et LE HAVRE doivent coopérer pour jouer leur rôle: question de survie ! (Les élus rouennais n'en sont, hélas, pas là !)

2) Face aux effets parfois, souvent, néfastes de la compétition économique mondialisée, il faut plus de cohérence, d'efficacité, de solidarité sur les territoires par la mise en oeuvre de politiques publiques mutualisées, contractualisées, innovantes, plus efficaces, plus solidaires pour préserver, renforcer, développer un "ciment normand", une unité régionale normande, une solidarité territoriale entre tous les territoires normands face au risque d'éclatement de la Normandie plus périphérique, plus rurale aux prises avec les attractions métropolitaines voisines et concurrentes de Nantes, Rennes, Lille et surtout celle de la région parisienne.

Mettre en oeuvre les politiques publiques d'un aménagement normand du territoire normand pour garantir l'UNITE NORMANDE, serait le rôle de CAEN qui bénéficie d'une position géographique centrale en Normandie.

Ainsi si les élus voulaient enfin tenir compte de ces deux urgences vitales pour l'avenir même de la Normandie, nous aurions la répartition des rôles suivante:

 

1) ROUEN METROPOLE PREFECTURE INTER-REGIONALE NORD OUEST pour l'AXE SEINE (Etat: administrations spécialisées dans le développement économique)

2) LE HAVRE PORT INTERNATIONAL PILOTAGE AXE SEINE (délocaliser l'administration centrale des affaires maritimes, CRCI et entreprises privées)

3) CAEN TECHNOPOLE UNIVERSITAIRE CONSEIL REGIONAL AMENAGEMENT DU TERRITOIRE NORMAND (Etat: administrations spécialisées dans l'aménagement du territoire)

 

CE PROJET NORMAND vous sera prochainement exposé à l'occasion de notre séminaire "Normandie" de l'Université Populaire de Caen avec la participation des géographes universitaires normands du collectif des Quinze: la première séance aura lieu Mercredi 12 NOVEMBRE 2014 à 18h00 à Caen, auditorium du Musée des Beaux Arts, enceinte du château ducal. ENTREE LIBRE. Venez nombreux !