L'actualité peut devenir tragiquement ironique et nous renvoyer avec violence dans "la goule" ce que nous sommes collectivement devenus et dans le match lamentable opposant le cynisme de la plupart de nos dirigeants au désespoir mélancolique du plus grand nombre dans notre France en crise d'elle-même, on perd la jeunesse. La jeunesse qui devait être "l'objectif prioritaire du quinquennat" se fait tuer ou tue.

Le parcours terrible d'un jeune Normand de 22 ans habitant Bosc- Roger, un village du Roumois, dans la banlieue péri-urbaine de Rouen, future métropole normande, collégien à Bourgthéroulde, lycéen à Elbeuf, avec un père technicien et une mère secrétaire à l'agence départementale de la caisse d'assurance maladie, radicalisé sur Internet à partir de 2008 et présent en Syrie depuis 2013, d'après les services de renseignement de la République Française qui suit le cas de ses enfants perdus (il serait plus de mille avec une majorité de Français dit de "souche"), ne peut que nous remettre collectivement et individuellement en question:

Est-ce qu'une société qui ne propose qu'un matérialisme desséchant, un consumérisme abrutissant, un individualisme stupide et mesquin, symbolisé par la tranquilité inquiétante des haies de tuyas, l'ordre calme des clôtures en PVC blanc ou la promenade du week-end au centre commercial, peut enthousiasmer sa jeunesse?

Qu'est-ce qu'un "village dortoir" qui dort autour de sa vieille église presque toujours fermée à moins d'une demi-heure d'une "métropole" peut encore dire à un jeune du pays parti faire "son djihad" comme autrefois on partait faire "son service militaire"?

L'église Saint-Pierre

 

Blason de Le Bosc-Roger-en-Roumois

 

http://www.francetvinfo.fr/france/jihadistes-francais/video-le-village-de-maxime-hauchard-sous-le-choc_747177.html

 

Quoi dire, en effet, à notre jeunesse tentée par la fuite et la déréalisation héroïque sur tous les écrans?

Notre jeunesse à qui on ne propose que la précarité sociale et économique, le chômage, le manque de perspective dans une société française vieillissante qui s'enferme toujours un peu plus dans ses habitudes et ses angoisses?

Chaque année, près de 6000 jeunes Normands quittent définitivement notre région après leurs études secondaires ou supérieures, faute de perspectives en Normandie pour se réaliser professionnellement ou affectivement à la mesure de leurs talents, compétences ou désirs.

Maxime HAUCHARD en fait partie: il est seulement parti beaucoup plus loin que les autres...

La semaine passée, lors de la séance inaugurale du séminaire "Normandie" de l'Université Populaire de Caen, j'ai rappelé que la réalisation de l'Unité normande était le seul "projet collectif" que nous ayons à portée de main pour reconstruire une souveraineté collective sur l'avenir ici et maintenant en Normandie.

Ici même, lors d'un cas similaire d'un jeune Normand converti à l'Islam radical parti en Syrie (et originaire d'Hérouville Saint-Clair), nous avions appelé les jeunes Normands à se mobiliser et à s'emparer de l'avenir de la Normandie, à investir le chantier de l'unité normande pour Libérer l'avenir de notre région et en finir avec la confiscation du destin normand par une caste vieillissante de décideurs qui a fait son temps.

Au suicide de la jeunesse normande et française en Syrie il est temps de réagir et de proposer un engagement pour le coup réellement positif, enthousiasmant voire héroïque, s'il le faut: le combat pour l'unité normande, pour une Normandie plus vivante, plus forte et plus solidaire !


 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/maxime-hauchard-le-normand-devenu-egorgeur-pour-daesh_1622739.html

VIDEOS. Maxime Hauchard, le Normand devenu égorgeur pour Daech

Par , publié le 17/11/2014 à 13:30, mis à jour le 18/11/2014 à 10:22

Bernard Cazeneuve a confirmé ce lundi que la présence de Maxime Hauchard parmi les bourreaux ayant décapité Peter Kassig et 18 autres otages était "très probable". Converti à l'islam à 17 ans, le jeune Normand était partie en Syrie en août 2013. 

 

VIDEOS. Maxime Hauchard, le Normand devenu égorgeur pour Daech

 

Le Français, qui se fait désormais appeler Abu Abdallah Al Faransi, aurait été identifié dans une vidéo diffusée par l'organisation Etat islamique.

AFP PHOTO/ HO/AL-FURQAN MEDIA

En août dernier, Maxime Hauchard, un jeune djihadiste français de 22 ans, confiait au micro de BFM TV que mourir en martyr était "la plus belle des récompenses". Mais avant, c'est aux autres qu'il semble avoir choisi de faire vivre un calvaire. Le ministre de l'Intérieur a confirmé ce lundi qu'il "y a une forte présomption que le Normand fasse partie des égorgeurs apparaissant sur la vidéo du groupe terroriste Etat islamique, diffusée dimanche. On le voit à visage découvert trancher la gorge d'un homme présenté comme étant un "soldat de Bachar Al-Assad". Son visage est inexpressif, sa main ne tremble pas. 

Originaire de Bosc-Roger-en-Roumois, une commune de 3000 habitants située à une demi-heure de Rouen, le jeune homme a grandi dans une famille chrétienne. Il s'est converti à l'islam à 17 ans, en regardant des vidéos sur Internet. "C'est un processus relativement lent. Cela montre qu'il a de vraies convictions", affirme Jean-Charles Brisard, spécialiste du terrorisme. Il aurait ensuite poursuivi son éducation religieuse en se rendant en Mauritanie en 2012 avant de partir en 2013 pour la Syrie, affirme le ministère de l'Intérieur. Il se fait désormais appeler Abu Abdallah Al Faransi. 

Inconnu des services de police

Il n'était pas connu des services de police avant de donner une interview à visage découvert à BFM TV cet été, assure Jean-Charles Brisard. Et de préciser: "Comme 50% des djihadistes." Il est décrit par ses anciens camarades comme un "garçon gentil", "à l'attitude irréprochable", "faisant la fête"... Une description qui tranche avec le visage qu'il laisse apparaître lors de l'interview: déterminé à faire appliquer la charia, il parle sourire aux lèvres des "opérations" sur lesquelles il est envoyé et de sa volonté de mourir au combat.