La Normandie profite naturellement de sa proximité d'avec la région parisienne et ses 11 millions d'habitants: cette proximité permet de valoriser la Normandie comme destination de courts séjours de haute qualité culturelle, patrimoniale, esthétique...

Déjà au début du XXe siècle, la Normandie était la destination la plus "huppée" de France avec la Côte d'Azur. Mais faut-il pour autant tout sacrifier à l'objectif d'attirer les Parisiens à hauts revenus chez nous? Au risque de développer ici une économie locale de services plutôt inégalitaire dont les tristes effets humains étaient déjà dépeints dans ce si beau et si triste roman de Gustave Flaubert, "un coeur simple",  l'histoire émouvante de cette brave et généreuse fille de ferme normande du Pays d'Auge qui trouve un emploi de domestique dans une maison bourgeoise de la Côte...

La Normandie doit garder sa souveraineté économique et sociale pour échapper au sort de n'être qu'une banlieue ludique et récréative au seul profit de consommateurs au gousset plein et parfois égocentriques: les Normands qui vivent et travaillent à Deauville en savent quelque chose. Mais dans l'arrière pays, la leçon est méditée aussi, en témoigne ce projet  "Equiland", intéressant et intelligent au départ dans sa valorisation de la tradition normande du cheval, mais dont l'évolution récente du "standing" (une résidence privée de type "Gated community" à l'américaine) n'est pas du goût de tous !

OF_201114_Equiland