Alors que le service rendu aux usagers se dégrade scandaleusement sur la ligne Intercités CORAIL Paris-Cherbourg, que les services TER du côté de Fécamp Bréauté ou de Dieppe sont réduits au minimum, que la perspective de la LNPN demeure lointaine, la souffrance de la Normandie ferroviaire atteint le seuil du tolérable: l'étape suivante ne serait-elle pas l'accident avec des conséquences humaines qui pourraient être dramatiques?

L'action et le volontarisme des deux conseils régionaux normands n'est pas en cause, bien au contraire car c'est grâce au soutien financier régional que nous échappons, pour l'instant, au pire...

Car c'est bien la SNCF qui déraille totalement en Normandie avec un sous financement qui perdure, un service qui se dégrade, une "guerre civile du rail" entre SNCF et RFF qui se poursuit: en conséquence, les présidents de région normands Laurent Beauvais et Nicolas Mayer -Rossignol s'obligent, une nouvelle fois, à une gueulante normande contre la SNCF, véritable figure imposée, à la suite de la grève du titre de transport engagée par les usagers usés du Paris-Cherbourg.

Cet énième MEUH BN MEUH HN !!!! venu de Normandie sera t-il entendu par un certain LE VERN qui occupe un fauteuil dans un placard de la direction nationale de la Société Nationale du Cocufiage Féroce? (SNCF)

 

MEUH_MEUH_SNCF