Doit-on faire de la politique avec une photocopieuse et avec des clones (toujours tristes)? C'est la question que l'on peut honnêtement se poser à la lecture de ce dernier message d'alerte de nos amis défenseurs du patrimoine martime et industriel normand à Dieppe !

Qui veut détruire le pont Colbert, à Dieppe ?

A l’heure où ce modèle d’architecture industrielle fait l’objet d’une demande de protection au titre des Monuments historiques auprès du préfet, on peut légitimement s’interroger sur les motivations qui poussent certains élus à réclamer cette destruction...

  • A commencer par Nicolas Mayer-Rossignol, président de la Région Haute-Normandie qui s’affirme pourtant publiquement, à l’image d’un certain nombre  d’autres élus nationaux et régionaux, comme un « fervent défenseur du patrimoine industriel local » (1) 
  • C’est pourtant le même Nicolas Mayer-Rossignol qui vient d‘accepter l’avis d'attribution du marché pour la "déconstruction" du pont.
Une démarche incohérente et contradictoire
Pourquoi cette destruction pose-t-elle problème ?
Depuis 10 ans l'exploitant (SMPD) a choisi de détruire ce pont qui appartient au patrimoine industriel  de la ville sans avoir étudié toutes les possibilités de le conserver.
Or, comme notre association de Sauvegarde du Pont Colbert l’a prouvé maintes fois depuis 10 années, cette destruction coûtera plus cher au contribuable que sa remise en état!

Une aberration financière
Alors que 3,5 M€ suffisent pour sa rénovation complète, ce qui permettrait de le conserver au moins 50 ans et plus, la Région lance un programme de plus de 10M€ de dépenses pour détruire le pont Colbert et le remplacer. De plus, aucune urgence technique ne justifie cette dépense fastueuse (Voir la récente étude technique de la SNCF - Dpt Ouvrages d'arts 2012 – disponible sur  simple demande)

Un pont digne des plus beaux patrimoines industriels Mondiaux
Le Pont Colbert est le seul pont au monde à fonctionner avec son mécanisme d’origine, et l'un des 3 derniers ponts tournants d'Europe. Des courbes si particulières en font un exemple de patrimoine industriel digne des meilleurs modèles européens et bien au-delà.

Aux côtés de notre association, plusieurs associations nationales et internationales se sont déclarées consternées par cette décision : CILAC, DoCoMoMo, AMHI, STRRES... et ont dénoncé dernièrement encore ce scandale incompréhensible (courriers disponibles sur simple demande).

Ce que nous voulons
  • Notre association, qui rassemble actuellement et depuis 10 ans un nombre croissant de défenseurs et d’associations (500 adhérents et plus de 2200 sympathisants facebook) , souhaite attirer l’attention des pouvoirs publics et des responsables sur l’urgence et l’importance qu’il y a à préserver ce pont
  • que les études que nous avons maintes fois réclamées sur la possibilité de le rénover durablement, par tranches, voire de l'automatiser soient menées et rendues publiques !
  • enfin, sauf à penser qu’il s’agit d’un scandale de plus et d’un nouvel exemple de décision prise sans concertation avec l’argent public, que l’on réponde  rapidement à cette question que se posent légitimement les Dieppois, les Normands et les 3000 sympathisants nationaux et internationaux qui nous accompagnent : 
"Pourquoi dépenser tant d'argent et détruire notre patrimoine sans raison valable, particulièrement en cette période d'austérité ?"
 
Merci d’avance du soutien que vous voudrez bien nous apporter à travers vos colonnes. Nous sommes à votre disposition pour tout reportage, questions, doc complémentaire.

Pour notre part, nous n’en resterons pas là.

Les actions entamées l’an dernier, dont certaines ont été spectaculaires, vont se poursuivre et s'étendre. 
 
Faudra t-il attendre qu'un nouveau drame comme celui du barrage de Sivens arrive pour avoir l'écoute de nos élus?
 
(1) La journée "friches industrielles" du 26 novembre dernier présidée par Mr Mayer Rossignol