La politique en Normandie fait penser à un match de tennis en double de la coupe Davis:

Coup droit et revers GAUCHE / DROITE et HAUTE / BASSE...  Dédoublement général au risque du strabisme, manque de vision globale du nouveau terrain de jeu, de nombreuses balles de match perdues !

Mise à part les écologistes Normands qui ont décidé de fusionner leurs deux fédérations régionales normandes en une seule, ou les élus normands du PRG qui ont pris l'habitude de travailler ensemble, les élus PS et UMP-UDI demeurent incapables d'organiser une réunion de travail commune et au clivage GAUCHE / DROITE, il faut ajouter le clivage géographique HAUTE / BASSE.

Pour combien de temps encore?

Car finalement bien peu encore, au delà de grandes déclarations d'intention générale (on a eu celle des élus socialistes après le vote historique à l'Assemblée Nationale le 25 novembre dernier, voici venir ce 10 décembre, celle des élus régionaux de la droite républicaine, réponse de la bergère au berger...) veulent ou peuvent intellectuellement et politiquement assurmer le nouveau territoire normand avec toutes ses conséquences :

par exemple, la capitale régionale normande, le fameux serpent de mer qui rode sur ce terrain de jeu normand depuis 1972 et dont aucune personnalité politique normande n'a été capable depuis, de tordre le coup tant il fallait se faire violence pour y arriver: il a fallu attendre la violence élyséenne, plus de quarante années plus tard pour enfin leur imposer l'évidence d'une circonscription régionale normande. Sinon, nous aurions pu attendre encore quarante années de plus !

Mise à part un "bébé Fabius" de 37 ans, il n'y aurait personne donc pour assumer réellement la Normandie et ses conséquences, à commencer par imaginer un nouveau statut pour Caen dans la nouvelle Normandie unifiée car être la capitale régionale d'une Basse Normandie aussi périmée que la Haute, ce sera bientôt fini !

On regrettera donc vivement qu'à l'instar du grand pensum teinté de faux enthousiasme normand servi il y a quelques jours par les élus socialistes, il ne nous soit proposé aucun début de commencement de réflexion ou de proposition pour solutionner le principal problème d'organisation de la future région normande, à savoir la répartition des fonctions de direction entre Caen, Rouen et Le Havre: sur ce point essentiel, ce n'est pas la classe politique régionale normande (qui n'existe donc toujours pas) qui propose, c'est la société civile normande (par exemple, le collectif des Quinze géographes et vous-mêmes ici sur ce site). Mais c'est l'Etat qui va disposer sous la forme d'un décret qui devra être pris avant le 1er juillet 2016.

Pour le reste, le texte que nous publions ci-dessous développe un argumentaire plutôt salutaire sur la question sensible des doublons entre les deux demi-régions normandes actuelles engendrés par le long et obstiné refus d'Alain Le Vern de coopérer réellement avec son collègue et camarade socialiste de Basse-Normandie.

Mais il eut été plus juste et finalement plus efficace de ne pas s'en prendre à Laurent Beauvais qui a précisément tout fait en son temps pour qu'un seul schéma régional de territoire normand ou qu'un seul contrat de projet normand avec l'Etat soient enfin possibles en temps utile: les élus régionaux de droite enfin réunis ensemble pour leur premier coup d'essai ratent ainsi leur cible !

Dommage...


 

 

Réunification : la tribune de l'opposition régionale

09h20 - 10 décembre 2014

"Arrêtons les faux-semblants". C'est le mot d'ordre d'une tribune que les conseillers régionaux d'opposition viennent de publier au sujet de la réunification.

Ils sont 27 élus haut et bas-normands à signer le texte, dont les trois présidents de groupe UDI / UMP-CPNT / UMP-UDI-DVD : Philippe Augier, Sophie Gaugain et Bruno Le Maire.

Les signataires expliquent se réjouir de "cette réunification que nous avons défendue et prônée depuis tant d’années"

"Si les contours de bien des régions font débat, méritant les réserves portées par les parlementaires normands, notre Normandie nous satisfait. La fusion des deux régions administratives normandes a toujours été pour nous une priorité, car elle est porteuse de perspectives d’avenir pour les Normands. Cette grande Normandie fait partie de notre ADN.

C’est pour cela que nous regardons d’un œil circonspect les ralliés de la dernière heure, ces socialistes qui n’ont jamais œuvré dans le sens de la réunification, qui s’y sont opposés de tout leur poids, et qui aujourd’hui affirment l’avoir réalisée.

Pourtant, jusqu’au bout, en sous-main, ces mêmes socialistes ont tenté de freiner les propositions de leur propre camp, sur la carte des Régions : alors que le Président du Conseil régional de Basse-Normandie se distinguait déjà par son manque de combativité et d’imagination, les socialistes haut-normands - président du Conseil régional de Haute-Normandie, ancien président du Conseil général de Seine-Maritime, Laurent Fabius, etc., se projetaient, par un excès contraire, dans une méga-région, allant pour certains jusqu’au Nord. Sans oublier l’hostilité récurrente de l’ancien Président de la Haute-Normandie à l’égard de toute proposition avancée par les élus régionaux de la Droite et du Centre dans la perspective de la réunification.

Maintenant que la carte est fixée (mais pas les compétences, pierre angulaire de ce projet), il faut réussir la fusion de nos deux Régions.
Il faudrait pour cela une méthode claire et réfléchie, afin d’y associer les élus, les services de nos collectivités, les habitants…
Combien de citoyens se sentent aujourd’hui concernés par cette réforme majeure, tant en Normandie que dans le reste du pays ?


Tous ont besoin d’être portés par une ambition, par une vision claire et encourageante de leur avenir et de celui de leurs territoires.
Comme nos Présidents de Régions, le Gouvernement, par son manque de stratégie et de rigueur politique, est responsable de l’indifférence d’un nombre trop important de Français. A défaut, les socialistes sont passés maîtres dans l’art des faux-semblants, et la Normandie prend, encore une fois, du retard.

Les deux Présidents de Région socialistes, avec une autosatisfaction démesurée, affirment avoir saisi par lettre cosignée les deux CESER (Conseil économique, social et environnemental régional) afin de préparer cette fusion. C’est oublier que les CESER avaient déjà travaillé sur cette question mais que les avis et propositions de ces assemblées consultatives n’avaient pas été suivis d’effets…

Ils se targuent de préparer un budget régional commun pour 2016, mais il s’agit là du minimum indispensable au 1er janvier 2016. Le budget n’est qu’un outil au service d’une stratégie, d’une ambition, d’un projet qui n’existent pas. Et à ce jour, il serait bien difficile de donner les lignes de force d’une future feuille de route commune…

Les élus socialistes normands mettent en avant, comme une preuve de leur attachement à la grande Normandie, les coopérations déjà existantes, mais le compte n’y est pas et l’absence de stratégie à l’échelle normande est patente.
La preuve avec les futurs Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2014-2020 : n’aurait-il pas été pertinent de négocier un seul Contrat de Plan Etat-Normandie ?


Au lieu de cela, les discussions se poursuivent à Rouen et à Caen pour aboutir à la conclusion de deux CPER séparés.
La contractualisation avec l’Etat était pourtant une excellente occasion de partager une vision commune de la Normandie de demain afin de mobiliser les crédits nationaux sur des objectifs et des projets structurants.

Alors que nous l’avons maintes fois réclamé dans la perspective d’une réunification, la Normandie n’est hélas pas dotée d’un unique Schéma d’Aménagement et de Développement du Territoire (SRADT).


Cette ambition commune n’existe pas non plus en matière de développement économique, là aussi, malgré nos demandes répétées d’un schéma régional de développement économique normand. Il sera pourtant indispensable dans la perspective du renforcement probable du pouvoir économique des Régions !

Les élus socialistes sont aujourd’hui des beaux parleurs qui peinent à travailler ensemble et affirment haut et fort le contraire.
Leur volte-face ne trompera personne et surtout pas les Normands qui se rendent compte que leur Région aurait pu prendre une longueur d’avance si elle avait été préparée comme nous l’avons tant de fois réclamé, propositions et projets à l’appui.


Les socialistes, qui invitent toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à porter avec eux ce grand projet, seraient bien inspirés de commencer par y associer l’ensemble des élus régionaux. Peut-on croire qu’aucune rencontre n’est à ce jour prévue pour faire travailler ensemble les conseillers régionaux de Basse et Haute-Normandie ?

Pour nous, élus de la Droite et du Centre,

L’important, c’est l’ambition que l’on donne à la Normandie ;

Le principal, c’est le projet que l’on bâtit pour les Normands ;

L’essentiel, c’est la stratégie que l’on doit élaborer ensemble pour faire de la Normandie cette grande Région industrielle et rurale, innovante et productrice d’énergie, porte d’entrée maritime ouverte sur le monde, riche de sa culture et forte de son identité et de son histoire".

Vingt-quatre conseillers régionaux normands de la Droite et du Centre sont aussi signataires : 

Ludovic ASSIER, Jean BAZIN, Anne-Marie COUSIN, Hubert DEJEAN DE LA BATIE, Bertrand DENIAUD, François DIGARD, Coumba DIOUKHANE, Valérie EGLOFF, Jean-Baptiste GASTINNE, Jean-Louis GERARD, Pascal HOUBRON, Elisabeth JOSSEAUME, Sylvie LANGEARD, Blandine LEFEBVRE, Jean-Marc LEFRANC, Xavier LEFRANCOIS, Christian LEMARCHAND, Brigitte LUYPAERT, Florence MAZIER, Valérie NOUVEL, Marie-Agnès POUSSIER, François-Xavier PRIOLLAUD, Jean-Louis VALENTIN et Didier VERGY.


 

Commentaires de Florestan:

 1) Bruno Le Maire signe une tribune régionale mais préfère y mettre une chaise vide... pour éviter de parler du sujet capital qui fache ! Rappelons que Le Maire, qui refuse d'être la tête de liste de son camp aux prochaines élections régionales, propose encore ce que Fabius n'ose plus proposer: tout mettre à Rouen ! Voilà une posture qui démontre que l'intéressé ne s'intéresse pas aux subtilités de la matière normande...

Monsieur "Bac plus 18" devrait s'inscrire rapidement au cours d'études normandes dispensé par l'université de Caen et réussir brillamment son DU d'études normandes !

2) Puisqu'il y aura, par la force des choses, des listes d'union UMP-UDI aux régionales de décembre 2015 et que l'UMP au plan national a très certainement laissé la Normandie à l'UDI, nous aurions en décembre 2015 un match de tennis en simple messieurs:

Nicolas Mayer-Rossignol VS Hervé Morin !

Mais comme ça fait longtemps que je ne me suis pas ennuyé devant un match de tennis à la télé, j'espère pouvoir encore me tromper !