Quelques brèves normandes glanées ici ou là en ce début d'année 2015:

  • L'Etat assouplit sa règlementation concernant la circulation maritime dans l'estuaire de la Seine :

A la faveur d'un décret paru au JO du 26 décembre 2014, les barges fluvio-maritimes vont pouvoir accéder directement aux terminaux de Port 2000 par la route Sud. Le même texte assouplit également les conditions d'utilisation de la route Nord jusque là soumises à de multiples restrictions notamment météorologiques (présence ou non de la houle). Ces assouplissements concernent aussi le port de Honfleur. Les armateurs et leurs clients réclamaient ces évolutions réglementaires depuis plus de deux ans pour éviter les ruptures de charge entre les porte-conteneurs et les barges.

Ce nouveau contexte règlementaire permettra donc de relancer la ligne Le Havre / Honfleur et de refaire partir le projet de ligne Le Havre / Caen pour des barges fluvio-maritimes portes conteneurs. A terme, il faudra modifier encore les règles pour autoriser, à nouveau, le transport de passagers dans l'estuaire de la Seine entre Honfleur, Trouville, Ouistreham et Le Havre.

  • Confirmation du projet autoroutier de contournement Nord-Est de Rouen:

La grande rocade autoroutière autour de la région parisienne est achevée... Sauf en Normandie ! Manquent les barreaux de Rouen et au Sud de la Normandie, le barreau essentiel de Nonancourt- Dreux- Chartres- Orléans: la route de blé pourtant si essentielle pour le port de Rouen n'est pas ou peu ferroviaire, et les camions défoncent petit à petit une nationale qui n'en peut plus ainsi que les villages traversés...

http://www.liaisona28a13.com/

trace 4 secteurs

  • En revanche, les habitants du XXIème arrondissement de Paris, n'auront pas de si tôt leur autoroute à travers les marais de la Touques:

Marais_de_la_Touques

(source: OF Caen, 17/01/15)

  • La ligne ferroviaire Serqueux-Gisors pour désenclaver le port du Havre par le Nord-Est, un enjeu normand et européen:

Alors que le fret ferroviaire s'effondre pour le port du Havre qui subit la concurrence directe des trains massifiés en provenance d'Anvers ou Rotterdam, l'urgence est à l'amélioration des infrastructures pour consolider l'hinterland du Havre sur la région parisienne voire de pouvoir l'étendre au delà vers l'Est (Metz- Allemagne) selon une logique reconnue comme prioritaire par l'Union européenne...

En jaune: le corridor logistique européen qui concerne la Normandie

La ligne de fret ferroviaire Serqueux- Gisors / Gennevilliers (port autonome de Paris) est donc inscrite au CPIER Axe Seine, et ce fut là l'une des rares lucidités du triste sire Le Vern... L'Agence de Financement des Infrastructures de Transports, coquille vide jusque-là sans un sou vaillant présidée par l'ancien député-maire de Caen, Philippe DURON, vient d'annoncer qu'elle récupère la recette de la taxe sur le gazole ce qui lui permet de disposer un budget de 1,3 milliards d'euros en 2015 dont 190 millions seront réservés pour le financement des projets ferroviaires des contrats de plan. Enfin, compte tenu des faiblesses financières de la SNCF-RFF en matière d'investissement, le projet Serqueux- Gisors fait partie de la liste des 32 projets présentés par la France pour le plan d'investissement de l'Union européenne lancé par Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

  •  Aéroport de Deauville: on a trouvé la pomme de discorde...

 

Deauville_NMR(source: Ouest-France, Caen 17/01/15)

  • Second débat public sur le futur champ d'éoliennes marines au large du Tréport: on remplira cet été des cahiers de vacances !

Le second débat public sur le projet de parc d'éoliennes marines au large du Tréport aura lieu cet été, entre avril et septembre 2015, soit entre les deux séquences électorales. Officiellement, la CNDP voudrait toucher les estivants et les résidants qui seront sur le littoral normand cet été. Officieusement, on se dit que les gens seront à la plage, en promenade ou sur les terrasses plutôt que dans des salles polyvalentes pour assister à des réunions publiques: d'ailleurs il n'y aura pas de "grands messes" mais plutôt des réunions "en petit comité" pour, parait-il, permettre à tous de s'exprimer ! Ben voyons...

Mais, franchement, y aurait-il de la place au large des côtes normandes pour caser un nouveau parc d'éoliennes marines? Puisque le Premier ministre Manuel Valls a annoncé à Saint Nazaire en décembre dernier, un 3ème appel d'offres: les préfets des départements littoraux ont reçu l'ordre d'identifier les sites qui seraient les plus favorables d'ici une concertation nationale qui aura lieu au cours du premier trimestre 2015. La Normandie dispose d'un littoral somptueux et prestigieux (sites UNESCO) et notre littoral accueille déjà trois projets dont l'un est très contesté (au large du Tréport) et l'autre risque de ne pas aboutir (au large des plages du Débarquement en cours de labelisation UNESCO): la sublime côte Ouest du Cotentin déjà défigurée par l'électro-nucléaire dans la Hague, est encore épargnée... Jusqu'à ce prochain printemps?

  • Les bus normands sont appréciés par l'ancienne comtesse du Poitou...

Ségolène Royal, ministre de l'écologie a retenu cinq projets normands dans l'appel à projets "transports collectifs et mobilités durables". Les agglomérations de Rouen, Evreux, Cherbourg, Louviers-Val de Reuil figurent même dans le tableau d'honneur du ministère pour leurs projets de bus à haute qualité de service. Le projet caennais de transformation d'une ligne de tram prototype qui ne marche pas en vrai tramway fer associé à des bus a été salué: l'Etat donnera donc 35 millions à ces cinq projets normands pour un total de 378 millions: merci Ségolène !

A Caen, la fin de l'expérience "Bombardier" ?

  • A France 3 Normandie, on enlève enfin le Haut et le Bas:

Dans la perspective tant désirée de faire enfin l'unité normande, dans l'urgence de réparer un espace vécu normand cassé en deux, de restaurer un reflet régional brouillé ou peu flatteur en terme de "fierté" normande (voir ici même les nombreux billets que nous avons consacrés à cette question sensible), les antennes de la TV publique régionale en Normandie proposent depuis ce lundi 12 janvier "Normandie matin", une émission matinale 100% normande de 26 minutes à 10h15... Question: qui est devant sa télé à cette heure? En attendant la restauration d'un vrai service de télé publique en Normandie (comme il en aura pu en avoir la tentative dans les années 1990- 2000), c'est plutôt l'inquiétude qui prévaut notamment chez les personnels de l'antenne caennaise de France 3 Basse-Normandie...

http://www.normandie-actu.fr/a-caen-france-3-basse-normandie-redoute-la-reunification-de-la-normandie_109332/

S'il y a aujourd'hui de la peur c'est qu'on ne peut pas en cinq minutes penser un PROJET NORMAND qui a été daubé par 40 années de crétinisme Bas ou Haut Normand ! Pourquoi ne pas parler plutôt création d'emplois car il y aura de nouveaux besoins pour une nouvelle région !!! Par exemple une grande rédaction régionale pour proposer ENFIN à tous les Normands une information régionale normande pour toute la Normandie !

  • CPIER: visite de Nicolas MAYER-ROSSIGNOL (en catimini) à l'abbaye aux Dames de Caen, ce vendredi 16 janvier 2015

Rien pour le moment dans la presse régionale "bas" normande sur le passage express d'un rossignol à Caen en compagnie de Gasper le fantôme, alias François Philizot, préfet délégué interministériel pour le Contrat de Projet Interrégional Etat-Régions "Axe Seine": il s'agissait pour la région Basse-Normandie de confirmer son engagement à hauteur de 100 millions d'euros dans cette contractualisation très stratégique dit-on... Mais le passereau de janvier ne fera pas, visiblement, le printemps !