Le sabotage du projet normand poursuivi par Ouest-France deviendrait-il trop voyant? La manipulation politicienne (car il n'y a pas que Laurent Fabius...) de l'opinion publique sur la question du clochemerle mortifère caenno-rouennais trouverait-elle enfin ses limites? (notamment ses limites électorales car la campagne pour les premières élections régionales normandes approche...). Toujours est-il qu'à la rédaction caennaise de Ouest-France, on finit par comprendre qu'il ne serait pas idiot d'arrêter de jeter de l'huile sur le feu et d'avoir une approche plus intelligente, plus "pro-active" sur le projet normand et sur les nouvelles réalités normandes (déstabilisantes pour certains à Ouest-France) qui s'imposeront à tous les acteurs régionaux dans moins d'un an... Nous nous réjouissons de pouvoir enfin lire un entretien avec le grand géographe normand Armand FREMONT dans l'édition caennaise de ce matin...

Nous en tirerons quelques conséquences:

Ouest-France a décidé de saboter son rendez-vous avec la Normandie: ils font ce qu'ils veulent ! Tant pis pour eux... Plus tard ils le regretteront amèrement !

Car d'autres acteurs médiatiques (presse quotidienne ou hebdomadaire; gratuits métropolitains; sites Internet; chaînes locales de TV; radios...) ont anticipé de façon positive et avec volontarisme la reconstruction d'un grand "espace vécu" normand, la conquête et la maîtrise d'un "reflet régional" normand. A l'instar, par exemple, du groupe Leclerc-La Manche-Libre- Tendance Ouest (désormais associé au Courrier Cauchois) ou de la nouvelle ligne "normande" du quotidien rouennais Paris-Normandie qui a compris l'enjeu du rayonnement dans une nouvelle zone de diffusion régionale normande.

Il faut, en conséquence, qu'une saine concurrence s'exerce:

  • L'Après Guerre de la division normande c'est fini!
  • Le "Yalta" de la PQR normande des années 1980 entre Ouest-France en Basse et Paris-Normandie en Haute: c'est FINI !

Puisque Ouest-France refuse d'ouvrir une rédaction à Rouen (prétextant que la couverture rédactionnelle de toute la Normandie est déjà faite via les hebdomadaires micro-localistes du groupe Publihebdos, filiale de Ouest-France) c'est à PARIS-NORMANDIE d'ouvrir une rédaction normande à CAEN comme au temps de Pierre-René WOLF...

Pour en savoir plus sur l'oeuvre et la carrière de Pierre-René WOLF (directeur de PN de 1945 à 1972 ), lire l'article de Cécile-Anne Sibout de l'université de Rouen:

http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=HES_124_0091

L'Etoile de Normandie, le collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" qui animent le débat public régional normand depuis 10 ans maintenant et qui donne la parole depuis 2008 au collectif des géographes universitaires normands dans le cadre de l'Université Populaire de Caen ne peuvent que se réjouir d'avoir été les pionniers fidèles et déterminés d'un débat public régional normand au service du seul intérêt général de la Normandie car nous croyons ici depuis des années, que la construction d'un projet collectif normand est la plus belle chose à faire pour notre avenir en commun.

Contrairement à Ouest-France, nous avons toujours abordé la question normande sans arrières-pensées négatives, avec détermination mais aussi avec lucidité: face à ceux qui n'ont pas encore compris que l'unité normande ne sera réussie que par la fusion du meilleur de Haute avec le meilleur de la Basse, les partisans de l'unité normande doivent rester unis et montrer l'exemple tout en contribuant de façon décisive à l'élévation en qualité et en intelligence du débat public régional normand qui est en train de naître, grâce à nous tous...

Car la "matière normande" est subtile, elle exige le sens de la mesure et de la nuance. Le mépris, l'ignorance et la manipulation à des fins politiciennes du mépris et de l'ignorance entre Haut et Bas-Normands doivent cesser immédiatement !

Savourons donc les propos d'Armand FREMONT, dans les pages "Normandie" de Ouest-France, édition caennaise !

Florestan


 

http://www.ouest-france.fr/normandie-2016-une-metropole-trois-na-rien-dun-voeu-pieu-3165574

Normandie 2016. « Une métropole à trois n’a rien d’un vœu pieux ! »

 

Armand Frémont coanime un groupe de quinze géographes universitaires. « Il y a six mois, Rouen était la capitale de la Normandie. Cette musique a changé » assure-t-il.

Entretien

Armand Frémont, géographe, ancien recteur.

Cette nouvelle Normandie, vous l’attendiez…

Depuis très longtemps ! La Normandie a toujours été dans mes veines. Le Havre est la ville où je suis né. Caen, celle où j’ai passé le plus de temps durant ma carrière universitaire, sans parler de mes racines dans le Mortainais et ma belle-famille dans l’Eure.J’ai quitté Caen en 1984 pour devenir recteur à Grenoble, puis à Versailles. Là, j’ai véritablement pris conscience de la force de la Normandie. À l’extérieur de la région, cela ne fait aucun doute, il n’y a qu’une Normandie. Ce nom de Normandie est celui d’une des régions françaises les plus connues au monde monde (Le Duché de Normandie, l'Angleterre normande, les impressionnistes, les grands paquebots, le lait et la pomme, le Débarquement...). C’est une formidable image de marque.

Parmi les régions françaises, où se classe la Normandie ?

C’est un mélange de deux types de région. Entre, d’une part, des régions à fort potentiel économique type Rhône-Alpes désormais associée à l’Auvergne avec un pôle Lyon-Grenoble. Et, d’autre part, des régions à forte entité culturelle et identitaire comme la Bretagne. La Normandie se situe entre les deux, avec beaucoup de nuances. Les Normands ont un sentiment d’identité, certes moins prononcé qu’en Bretagne mais prégnant. Ils sentent assez confusément qu’ils ont en commun des éléments semblables.

Et le projet économique normand ?

Ce grand projet se fait malheureusement attendre. Cela s’explique, en partie, par l’opposition incessante entre les deux Normandie. L’ignorance réciproque de la Haute et de la Basse-Normandie n’a donné rien de bon. La Haute-Normandie a toujours regardé de haut la Basse, c’est une évidence. Quant aux Bas-Normands, ils se sentent toujours complexés face à la Haute. Il faut en finir avec cette vision des choses, lever ces hypothèques mortelles. La Normandie, cela a du sens. Ce sens, il faut sans cesse le construire, le reconstruire. L’histoire d’une région n’est pas inerte.

Cette rivalité, elle est aussi récurrente entre les trois villes…

Oui ! À la vérité, aucune des trois villes n’a l’envergure pour être locomotive, même Rouen avec son demi-million d’habitants. Cette ville est handicapée par sa proximité avec Paris. Le Havre est branchée sur le maritime. Caen est une grosse ville moyenne de province. Aucune des trois n’a le caractère d’une métropole. Alors que toutes les trois ensemble l’ont ! Caen est une ville de culture et d’université, Le Havre, un grand port et Rouen, une grande ville marchande. Chacune a son caractère propre. Ce réseau donne du sens à une belle métropole, multipolaire, innovante, moderne.

Tout cela n’est-il pas qu’un vœu pieux ? Les dés sont jetés ?

Il y a six mois, il n’y avait pas de débat. Rouen était la capitale de la Normandie, point terminé. Aujourd’hui, cette petite musique a changé. J’entends de plus en plus souvent dire qu’il faut répartir les fonctions entre les trois villes. Je deviens raisonnablement optimiste pour une répartition assez proche de l’équité. Une métropole à trois n’a rien d’un vœu pieu ! Bien au contraire, c’est un avantage considérable dont jouit la Normandie. Notre groupe de géographes fait des propositions précises. Les plus grandes métropoles d’aujourd’hui fonctionnent en réseau multipolaire.

Qui porte ce débat ?

Depuis quatre ans, la quinzaine de géographes universitaires des trois villes que nous sommes, essayons de promouvoir une Normandie unique. Si nous ne lançons pas un tel appel, qui le fera ? Je crois qu’il y a urgence à ce que les citoyens se réapproprient débat. Ce n’est pas seulement une question d’experts.


 

Commentaire de Florestan:

Puisque Ouest-France refuse d'informer sur l'agenda normand, voici les dates des deux prochaines réunions publiques organisées par le collectif des Quinze géographes universitaires normands:

VENDREDI 13 FEVRIER 2015 à ROUEN (18h00 AMPHI 150 Faculté de droit) sur la question d'un projet économique normand

MARDI 17 MARS 2015 à CAEN (18h00 Auditorium du MBA château ducal) sur la question de l'équilibre et de la solidarité entre tous les territoires normands (réponse à Christophe Guilluy) à l'invitation du collectif "Bienvenue en Normandie" dans le cadre du séminaire "Normandie" de l'Université Populaire de Caen.

Mais aussi...

LUNDI 9 FEVRIER 2015:  les citoyens de toute la Normandie sont conviés à poser des questions et à faire des propositions pour que la Métropole Rouen Normandie soit une métropole au service de tous les territoires normands...

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/2015/02/02/posez-vos-questions-sur-la-metropole-rouen-normandie-644727.html

Posez vos questions sur la Métropole Rouen Normandie

Une émission spéciale depuis l’amphithéâtre de la nouvelle Métropole Rouen Normandie aura lieu le lundi 9 février à partir de 13h50 sur France 3 Haute-Normandie. Participez au débat et envoyez-nous vos questions.

  • Par Mathilde Riou
  • Publié le 02/02/2015 | 10:12, mis à jour le 03/02/2015 | 19:02
© France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie

Le 9 janvier 2015, la Communauté d’agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe devient Métropole Rouen Normandie, l’un des 12 plus grands territoires français.


A cette occasion France 3 Haute-Normandie propose une émission spéciale lundi 9 février 2015 de 13h50 à 14h50.

L’émission présentée par Philippe Goudé et Emilie Leconte sera réalisée en direct depuis la salle plénière de la nouvelle Métropole Rouen Normandie dont les membres siégeront pour la première fois le soir-même.

Première partie présentée par Emilie Leconte :
Présentation de cette nouvelle Métropole Rouen Normandie avec Michel Bussi, professeur de géographie à l’Université de Rouen : l’Historique et les compétences de cette Métropole.

Deuxième partie : débat animé par Philippe Goudé avec le Président de cette nouvelle Métropole Rouen Normandie : Frédéric Sanchez, Cyril Moreau, président du groupe d'Europe Ecologie Les Verts, Hubert Wulfranc, vice président de Métropole Rouen Normandie, Gilbert Renard, président groupe union démocratique du Grand Rouen.