Il y a déjà si peu d'argent pour financer le carrosse normand que l'on vient à grand peine de remettre sur ses quatre roues... Y aura-t-il quelque menue monnaie pour financer une cinquième roue?

Résultat de recherche d'images pour

On commence enfin à parler du projet normand à partir des éléments inscrits dans les contrats de plan qui viennent d'être validés par le Premier ministre le 13 février dernier à Honfleur. On en parle avec prudence aussi dans le dernier rapport sur la réunification des deux Conseils Economiques Sociaux et Environnementaux de Normandie. On s'en inquiète désormais, à la suite des réflexions du collectif des Quinze géographes universitaires normands dès lors qu'il faudra se montrer innovant pour inventer une capitale régionale multi-sites, mise en réseau...

En fait de "projet normand", on parle surtout de l'aménagement du futur territoire normand unifié mais réduit à la seule dimension de l'équipement régional en infrastructures de transport. Voilà qui est bien dommage et qui traduit un certain manque d'imagination !

Alors évoquer la culture dans la future Normandie réunifiée !

Quelle serait sa place? Sachant que la 5ème roue du carrosse, déjà passablement mise de côté, en cache une 6ème encore plus ignorée et pourtant tout aussi indispensable !

En effet, au sein même d'un projet culturel régional normand, quelle serait la place de la culture normande proprement dite? (valorisation du patrimoine culturel et linguistique spécifiquement normand)

Le collectif "Bienvenue en Normandie", fait les TROIS propositions suivantes pour esquisser un PROJET CULTUREL NORMAND:

1) Développer une offre culturelle sur l'ensemble du territoire normand en utilisant la méthode du réseau coopératif avec pour objectif, notamment pour la culture dite "académique", de s'approcher de l'idéal d'un "élitisme pour tous" avec pour coeur de cible les publics scolaires.

Exemple:

Obtenir le label SCENE NATIONALE D'OPERA pour la Normandie car entre Bordeaux et Lille, il n'y a pas de scène nationale d'opéra dans l'Ouest de la France.

L'idée serait de créer un opéra décentralisé "Normandie Seine" à partir du réseau des grandes villes normandes à l'instar de ce qui existe déjà en Alsace avec l'Opéra National du Rhin. Il faudra coupler ce projet avec la création d'un CNSM en Normandie (à Caen et à Rouen) ainsi que d'une politique publique volontariste à destination du public scolaire (à l'instar du programme "Lycéens à l'Opéra" qui existe déjà en Rhône-Alpes)

2) Soutenir les initiatives locales et associatives sur l'ensemble du territoire normand plutôt que de chercher à concentrer les subventions sur de grosses machines et institutions strictement métropolitaines:

Le rayonnement national et international de telle ou telle institution culturelle normande ne doit pas se faire au détriment d'une politique effective de diffusion sur l'ensemble des territoires normands: les grands festivals culturels qui font rayonner actuellement la Normandie (Normandie Impressionniste; Les Boréales; Automne en Normandie) sont avant tout des événements de diffusion et non de concentration des événements dans telle ou telle ville. C'est la mise en réseau sur l'ensemble de la Normandie qui crée la densité et la qualité de l'événement.

3) Valoriser le patrimoine culturel et linguistique spécifiquement normand pour en faire un vecteur d'identité pour le XXIe siècle en le faisant sortir du ghetto folklorique où certains voudraient encore le remiser: la création musicale et littéraire contemporaine en langue normande est pleine de vitalité mais elle est notoirement méconnue (voire méprisée) par les institutions culturelles régionales. Cette valorisation culturelle spécifiquement normande pourrait s'étendre à une vaste politique internationale de jumelage avec un "monde normand" comme la Bretagne aura pu s'appuyer avec efficacité sur un "monde celte"... Cette culture normande doit être progressivement intégrée aux activités et programmations des institutions culturelles régionales pour susciter une créativité qui permettra à une culture régionale normande d'exister authentiquement au XXIe siècle. Par exemple: créer une scène tremplin labélisée "musique normande".


 

 

En attendant, le débat autour d'un projet culturel normand ne fait que commencer...

Ci-après, lire les remarques pertinentes de Paul Astofi, acteur du débat public régional normand bien connu sur la place rouennaise qui commente les réflexions en matière de projet culturel normand proposé par Dominique Gambier, conseiller régional normano-sceptique tout aussi connu !

http://dominiquegambier.fr/2015/02/une-politique-culturelle-est-elle-possible/

Bonjour,

Les notes publiées par Dominique Gambier sont souvent pertinentes et pleines d'instructions. Dans cette dernière production, il se contente de nous signaler la note de Terra Nova. Il ne donne pas de pistes pour un projet culturel normand. C'est dommage. Le débat n'est toujours pas ouvert en Normandie et cette note n'y contribue en rien, hélas.


Plus q'une' responsabilité,  c'est une nécessité d'ouvrir ce débat. Il ne peut pas rester classé sous la pile des rigueurs budgétaires. Peut-on imaginer un projet normand sans y accorder une attention particuliere à la culture?

Faut-il penser qu'il y a un accord tacite de ceux qui en ont la responsabilité pour ne pas aborder le sujet? Ce n'est pas inenvisageable. Il y a des remises en questions qui seront douloureuses dans les politiques culturelles actuelles, mais il y a aussi une imagination et un ressort culturel qui ne demandent qu'à être mis en action pour décider et mettre en oeuvre un renouveau culturel normand.

Dès lors pourquoi s'en priver? Les préoccupations importantes de la situation actuelle de la France bénéficieraient d'un bol d'air vivifiant à  décider de nos choix culturels.


Est-ce si difficile de s'y atteler? D'où le signal doit-il venir? D'en haut, d'en bas? Des deux!


Je me plais à  imaginer que les géographes normands qui attribuent dans leurs recherches, dans leurs travaux et dans leurs conférences publiques une place importante à  la culture normande et à  la culture en Normandie pourraient donner le signal de lancer des assises culturelles normandes.

Très cordialement.


 

Commentaire de Florestan:

En matière de politique culturelle, Dominique Gambier nous propose de distinguer ce qui relève de la création de ce qui relève du patrimoine... Voilà qui est bien sot ! Aussi sot que de s'obstiner à produire des légumes hors sol et en dehors de toute saison. Monsieur Gambier habite son archipel et nous propose sa robinsonnade habituelle !

Les îles Gambier c'est très beau mais c'est à plus de 10 000 km de notre Normandie...