A en croire les sondages, nous irions tout droit vers une catastrophe électorale à l'occasion de ce scrutin "binominal paritaire à deux tours" des prochaines élections départementales qui pourrait bien ne servir qu'une seule fois !

Quand on cherche sur Google images, un logo officiel pour les élections départementales 2015, on tombe sur ça...

Résultat de recherche d'images pour

 

Si on avait voulu gonfler la grenouille du Front National, on n'aurait pas fait mieux, que cela soit le Parti socialiste au Gouvernement, en proposant aux citoyens encore motivés l'exercice démocratique inédit du vote "Colin Maillard" (ne pas savoir pour quel type de conseil départemental avec quelles compétences il s'agit de voter puisque la loi NOTRe ne sera votée au plus tard qu'en juin prochain). Que cela soit aussi l'opposition de la droite républicaine (UMP/UDI) qui a tout intérêt à nationaliser un scrutin soi-disant local pour espérer un vote sanction de l'actuelle majorité socialiste mais avec le risque que des électeurs, qui pourraient nombreux à choisir la colère à l'abstentionisme écoeuré, préfèrent le vote sanction FN au vote sanction UMP/UDI: quand on veut donner un coup de pied au cul on le fait vraiment! 

Entre une gauche qui va se présenter en ordre dispersé au premier tour avec le risque d'être éliminée définitivement (il faut au moins 12,5 % des suffrages exprimés pour se maintenir au second tour) et une droite qui sera au coude à coude avec le FN aux deux tours avec le risque de voir peut-être une majorité de départements basculer à droite sans majorité pour les gouverner (officiellement, aucun accord possible entre l'UMP et le FN), on peut s'alarmer et se demander s'il est judicieux de transformer le guichet social du département à partir duquel se traite le dernier grand morceau de notre modèle social républicain en cirque politicien animé par un Monsieur Loyal du Front National !

Car des enjeux des territoires départementaux, dans leur grande majorité, des territoires ruraux ou péri-urbains, on ne parle guère voire pas du tout et il faut dire que l'énième charcutage cantonal auquel le gouvernement s'est livré, n'aide pas les candidats et donc les rares et courageux citoyens électeurs motivés à s'approprier les enjeux et les problématiques puisque ces nouveaux "cantons" obéissant à la rationnalité toute jacobine du nombre d'habitants ignorent les limites des bassins de vie concrètement appréhendés par les citoyens-habitants.

Et ces enjeux quels sont-ils?

Ils sont dominés par l'inquiétude, la crainte, l'angoisse du décrochage en terme de niveau et de qualité des services disponibles avec les territoires plus urbanisés et métropolisés: sur ces sujets, le Front National cause clairement en affirmant sans complexe son nationalisme autoritaire jacobin départementaliste et nostalgique (quitte à ne pas tout dire clairement justement quant aux conséquences concrètes du programme frontiste).

On aimerait donc pouvoir entendre les autres formations politiques dites "républicaines" sur l'avenir de ces territoires où vivent encore une majorité de nos concitoyens... Ainsi en Normandie, plus de 50% des 3,3 millions de Normands n'habitent pas dans les agglomérations de Caen, du Havre ou de Rouen.

On aimerait donc entendre parler de quelques solutions pour les problèmes évoqués ci-dessous, par exemple...

http://www.tendanceouest.com/actualite-96681-une-etude-regionale-sur-la-desertification-des-bourgs-ruraux.html

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/2015/03/08/en-haute-normandie-les-maires-de-villages-font-face-la-baisse-des-dotations-de-l-etat-670469.html

Voir, à titre d'exemple, l'analyse de la situation politique pour le département du Calvados:

http://www.ouest-france.fr/elections/departementales/elections-departementales-calvados-le-centre-favori-mais-chahute-3228022

Ainsi que cet article très intéressant paru dans Ouest-France qui plaide pour une vraie réforme territoriale avec la région comme collectivité territoriale "chef de file"...

http://www.ouest-france.fr/conseil-general-linstitution-departementale-doit-etre-reformee-3238958