Dans la perspective de fêter dignement le 500ème anniversaire de la fondation par le roi François 1er du port "du Havre de grâce" (1517), le député-maire Edouard PHILIPPE a un grand projet:

Retrouver l'unité visuelle, urbaine et architecturale du Grand Quai du Havre (l'actuel quai de Southampton) qui fut à l'origine de la ville et dont le front urbain très pittoresque et historique (imaginons un Honfleur à la puissance 10) a totalement disparu sous les bombes cruelles de septembre 1944.

Néanmoins, la qualité exceptionnelle de l'architecture moderne et monumentale d'Auguste PERRET de la Reconstruction des années 1950 (et classée au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO depuis 2005) a donné au grand quai du Havre l'unité urbaine et architectural qu'il n'avait pas avant guerre car Auguste PERRET a pensé le quai non pas comme un quai linéaire et utilitaire mais comme une vraie "place de mer", c'est à dire, un objet urbain très rare qui consiste à faire une place urbaine régulière et monumentale ouverte directement sur un port ou la mer.

Edouard Philippe fait le pari du Grand Quai au Havre

 

Le "Grand Quai" aujourd'hui: la place de mer voulue par Perret pour Le Havre est particulièrement encombrée. Le lien entre la ville et la mer est coupé. La mise en scène de la mer devant le théâtre urbain est aujourd'hui impossible. La ville du Havre consulte donc des architectes et des paysagistes: certaines propositions n'ont d'ailleurs rien compris à l'esprit des lieux !

http://www.saisonmenu-architectes.com/projets/le-havre-quai-southampton-et-chaussee-kennedy/

L'idée d'un escalier monumental descendant dans la mer est bonne mais la scène entre la mer et la ville est toujours aussi encombrée !

Le Grand Quai du Havre (qui devrait retrouver son nom) avec son front d'architecture monumental doit être pensé comme une "place de mer" avec un quai rectiligne assurant l'unité du lieu.

 

http://lehavrephoto.canalblog.com/archives/p370-10.html

 

En Europe voici deux exemples illustres de "place de mer":

1) La Piazzetta San Marco de Venise:

Les deux célèbres colonnes balisent depuis le bassin portuaire l'axe de la place de mer... à terre

2) La place du commerce de Lisbonne:

Dans l'axe de l'arc de triomphe voulu par le marquis de Pombal après le tremblement de terre de 1755, un escalier monumental trempé par la mer de Paille.

Avouons que Le Havre soutient la comparaison, à condition d'en avoir pleinement conscience... Car une place de mer s'admire autant de la terre que depuis un bateau sur l'eau lors de fêtes nautiques où l'on célébrait chaque année à Venise ou à Lisbonne les épousailles de la ville et de la mer.

Souhaitons donc que l'architecte paysagiste Michel Desvigne qui vient d'être choisi par la municipalité du Havre puisse nous permettre la résurrection de la place de Mer voulue pour Le Havre, déjà porte Océane, par le grand architecte Auguste Perret.

L'idée d'unifier l'espace du quai par une grande pelouse est bonne tout comme celle de ménager un escalier descendant à la mer dans l'axe de la rue de Paris, escalier qui pourrait être balisé par une paire de colonnes ou de mâts comme repaires visuels.

http://www.paris-normandie.fr/detail_communes/articles/2703401/region/la-griffe-du-grand-quai