Jean-Jacques LE ROSIER journaliste de Basse Bretagne qui sévit à la rédaction de Caen vient encore de lâcher son fiel anti-unité normande en s'exerçant à une trop rapide analyse des conséquences politiques de l'unité départementale normande réalisée par l'union des droites républicaines au second tour des élections départementales...

Avec inquiétude, nous lisons sur le site internet de la Pravda ligéro-bretonne, le papier en question. Arrivé presqu'à la fin, on se rassénère en se disant qu'il n'y a toujours pas les habituels préjugés anti - normands qu'un journaliste travaillant dans un quotidien breton se doit de balancer (à croire qu'ils ont pourtant des quotas mensuels à remplir...)

Mais il faut lire jusqu'à la dernière ligne ! "In cauda venenum" !

Mais pourquoi donc cette manie de cracher ainsi à la fin d'un papier? Que vient donc foutre là cette insise sur la "capitale régionale"? Monsieur LE ROSIER est bien paresseux ! Un préjugé (négatif qui plus est) ne dispense pas de faire une vraie analyse d'un sujet qui existe en tant que tel. La Normandie existe: Ouest-France va devoir s'adapter ou ... disparaître !


 

http://www.ouest-france.fr/elections/departementales/departementales-la-normandie-droite-prepare-deja-les-regionales-3292889

 

Départementales. La Normandie à droite prépare déjà les Régionales

Les cinq départements normands sont désormais à droite. Un véritable choc pour la gauche à quelques mois de la réunification et des élections régionales.

    Que la Basse-Normandie et ses trois départements, le Calvados, la Manche et l’Orne votent à droite, cela n’a rien d’étonnant, même si la Région de Basse-Normandie est présidée par un socialiste, Laurent Beauvais. En revanche, que les deux départements de Haute-Normandie, l’Eure et la Seine- Maritime, passent de gauche à droite, cela change la donne politique normande, à quelques mois des élections régionales des 6 et 13 décembre.

 Le département de Laurent Fabius passe à droite

La gauche perd son fief de Seine-Maritime qu’elle présidait depuis 2004. Jeune loup de l’écurie Fabius, Nicolas Rouly, 35 ans, PS, va devoir laisser son fauteuil de président à Pascal Martin, UDI, maire de Montville, 55 ans, officier de sapeurs-pompiers dans Les Yvelines. Son père, André Martin, fut d’ailleurs président de Seine-Martitime en 1993.

 Un proche de Bruno Le Maire emporte l'Eure

Plus attendue est la défaite du PS dans l’Eure. Sébastien Lecornu, 28 ans, maire UMP de Vernon, un proche du député UMP de l’Eure Bruno Le Maire, fait figure de favori pour succéder à Jean-Louis Destans, PS, battu dès le premier tour. Sébastien Lecornu serait ainsi le plus jeune président de département de France.

 Quelles conséquences pour les élections régionales?

Les cinq départements normands sont désormais aux mains de la droite (et ne compte aucun élu FN). Cela n’arrange pas du tout les affaires de Nicolas Mayer-Rossignol, 36 ans, président PS de la Haute-Normandie et future tête de liste socialiste. « Nous ne gagnerons jamais si nous sommes divisés » ne cesse-t-il de répéter.

 A droite, Hervé Morin, 53 ans, lui, se frotte les mains. L’ancien ministre de la Défense, député UDI de l’Eure depuis 1998, maire d’Épaignes, petite commune aux confins de l’Eure et du Calvados, ne cache absolument pas ses fortes ambitions normandes. L’UDI l’a désigné comme chef de file. Il va maintenant devoir s’expliquer avec des militants UMP revêches à sa désignation comme patron. Les parlementaires UMP de Basse-Normandie et le maire UMP de Caen, Joël Bruneau, ne l’entendent pas de cette oreille.

Têtes de liste de Haute-Normandie pour les régionales?

Malgré ces bisbilles au sein de la droite, il est plus que probable que les futures têtes de liste aux élections régionales, à gauche, à droite, comme à l’extrême-droite, seront de Haute-Normandie. A propos du choix de la future capitale, rien n’est encore décidé. On peut imaginer qu’elle soit aussi de Haute-Normandie !

 


Commentaire de Florestan:

1) La dernière phrase est manifestement hors-sujet !

2) Monsieur Le Rosier est tellement paresseux sur nos affaires normandes qu'il écrit ses articles avec la fonction "copier / coller"  (d'où cette impression de hors-sujet !)

3) Monsieur Le Rosier ne se relit pas.

A la décharge de Monsieur LE ROSIER on rappelera néanmoins que le quotidien régional breton dans lequel il sévit est toujours autant fâché avec la géographie normande... Pour preuve encore dans l'édition du 31 mars 2015:

OF_f_ch__avec_la_Normandie