AVIS AU LECTEUR: ce qui suit n'est pas un POISSON D'AVRIL !

La Manche (entendons: le département) serait encore aux yeux de certains élus localistes une... île située au large des îles "anglo-normandes" dans la Manche !

En gris: la terre... En blanc: la mer... pardis !

Le nouveau conseiller départemental Gabriel Daube propose avec vigueur de développer le tourisme "manchot": nous lui suggérons en effet d'ouvrir quelques belles "marinas" sur la côte orientale de la Manche, somptueusement sauvage et encore totalement méconnue...

L' exemple le plus caricatural de ce localisme départemental vient de nous être infligé par Gabriel Daube, maire de Périers, fraichement élu dans le canton d'Agon-Containville qui... tout à sa "robinsonnade manchote", daube à ce point la Normandie que l'idée ne lui effleure même pas l'esprit: la brume de mer doit être particulièrement épaisse en ce moment sur la Pointe d'Agon car pour trouver les 800 millions qu'il espère trouver en faisant des économies, il faudrait envisager plutôt le casse du siècle dans l'une des banques de Saint Hélier à Jersey qui n'apparait même pas sur la carte ci-dessus!

Tant que cette cécité géographique sévira dans la tête de nos élus, notre maladie collective n'en finira pas ne nous faire languir !

Ci-après, présentation de l'artisan et de son chef-d'oeuvre de "connerie" localiste (désolé pour le qualificatif mais on ne pourrait dire autre chose !)


 

http://www.lamanchelibre.fr/actualite-58717-conseil-departemental-gabriel-daube-lanc.html

Conseil départemental : Gabriel Daube lance un pavé dans la mare

Conseil départemental : Gabriel Daube lance un pavé dans la mare

Fraîchement élu conseiller départemental du canton d'Agon-Coutainville, Gabriel Daube se positionne et propose un plan massif d'investissement. Le tout avec une langue acérée...

"Le fonctionnement traditionnel de l’institution, dont on voit malheureusement qu’il résiste, n’est plus de mise. L’heure n’est pas à la distribution des hochets et des postes mais à la réflexion sur un véritable projet "politique" au service de la population". Gabriel Daube ne fait pas dans la dentelle et alors même que le nouveau conseil départemental n'est pas encore en place, avance ses pions. "Je propose un programme d’investissements massifs pour les six prochaines années, dans trois domaines : l’économie de l’environnement, l’économie du tourisme et les infrastructures routières et numériques". Un projet qu'il compte proposer aux conseillers départementaux lors de la séance d'installation de ce jeudi 2 avril.

Pour lui, "Un puissant effort doit être mené sur la transition énergétique, les énergies renouvelables et l’habitat. Non pas les demi-mesures que nous connaissons aujourd’hui avec le saupoudrage et les actions désordonnées, mais un plan d’ensemble ambitieux et cohérent".

Le tourisme ? "Chacun loue la qualité du cadre de vie et la beauté de notre département, et chacun se désole de notre faible attractivité. Et bien, mettons le paquet sur la valorisation de notre patrimoine et la création d’une nouvelle identité départementale par la mise en place d’un plan de développement touristique". Et d'évoquer de nouvelles "marinas", la création de nouveaux parcours de golf...

"L'heure du choix"

"Les infrastructures de communication, malheureusement délaissées, doivent compléter ce programme d’investissements". Le maire de Périers propose "une accélération de la mise en place des réseaux de fibre optique". Mais pour lui, "la priorité doit être donnée aux infrastructures routières pour désenclaver notre territoire et relancer l’activité de nos entreprises".

L'élu estime à environ 800 millions d’euros sur six ans le coût de ce programme. Où trouver le financement ? "Sans compter les retombées économiques assurées pour le département et les centaines d’emplois créés, celui-ci pourrait être financé par une amélioration de l’autofinancement". Il préconise aussi "un emprunt participatif et citoyen qui serait d’autant mieux compris de la population que les objectifs seraient clairement exposés".

Et de conclure de manière provocatrice : "Notre département est à l’heure du choix : soit ses représentants cèdent au confort et aux habitudes, soit ils décident de mener un combat. Le mien est fait". Et si Gabriel Daube devenait le poil à gratter de la future majorité départementale ?


Publié par D.B le 31/03/2015 à 17h42


 

Commentaire de Florestan:

Ce nouvel élu n'a visiblement pas entendu parler de la loi NOTRe et de la réforme territoriale en cours où la plupart des problématiques évoquées ci-dessus doivent, en principe, être placées sous la compétence exclusive du futur conseil régional de Normandie: le tourisme et le reste du développement économique doit devenir une compétence régionale exclusive (avec la fin de la clause de compétence générale) ou, dumoins, faire l'objet d'une coopération entre grandes collectivités territoriales (intercoms, départements et région) dans le cadre d'un schéma prescriptif avec le conseil régional comme chef de file... Tout cela Monsieur Daube semble vouloir le dauber sans attendre la fin du débat parlementaire sur la loi NOTRe prévu pour juin prochain.

Mais il y a pire !

Outre que cet élu ne fait aucune allusion au futur cadre normand qui devrait pourtant avoir quelques conséquences positives jusque dans la lointaine île de Manche, il ne saisit pas la seule véritable occasion de trouver rapidement les 800 millions qu'il espère, à savoir que les cinq départements normands sont désormais à droite et qu'il devient possible d'expérimenter à cinq départements ce qui l'a été avec deux départements associés à la région Haute-Normandie depuis 2005 avec l'accord "276", à savoir, la mise en commun des budgets d'investissements pour mutualiser et financer tous les projets de développement local...

Mais passer du 276 au 27614 + 50 voilà qui semble être au dessus de l'intelligence de ce Monsieur Daube aussi nul en géographie qu'en mathématiques normandes !

La seule idée de Monsieur Daube que nous dauberons pas, c'est celle d'un emprunt participatif et citoyen mais qui n'aurait d'efficacité réelle que si les citoyens habitants concernés étaient pleinement conscients de l'identité de leur territoire, ce qui est loin d'être le cas à l'échelle départementale y compris dans la Manche que certains voudraient prendre pour une île... de la Manche !

Seul un emprunt citoyen NORMAND pourrait avoir cette force et cette légitimité !