Que les défaitistes Bas-Bretons qui cuisinent leur mauvaise humeur anti-normande du côté de la rédaction caennaise de Ouest-France soient prévenus ! Sur le drapeau héraldique normand, les deux léopards (ils sont au moins deux mais, attention ! ils pourraient être plus si... ) sont de même taille, paraissent à égalité, marchant sereinement et fiers au même pas signifiant par là une solidarité fraternelle...

Résultat de recherche d'images pour

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/12/18/31164654.html


 

Voir ci-après, sur le site de Normandie actu (groupe Ouest France) la mise au point assez claire de Nicolas MAYER-ROSSIGNOL pour réussir un début de commencement de projet normand (comité de pilotage; ateliers thématiques pour écouter la société civile normande; prime de 1000 euros pour chaque embauche de jeunes Normands apprentis dans les entreprises...)  Voilà ! Nous sommes enfin dans le concret !

http://www.normandie-actu.fr/regionales-en-normandie-%C2%AB-les-deux-leopards-doivent-avoir-la-meme-taille-%C2%BB_119833/comment-page-1/#comment-85801

Rouen Régionales.

En Normandie, « les deux Léopards doivent avoir la même taille ! »

 

Alors que la Région Haute-Normandie prépare la séance plénière du 7 avril 2015, de nombreuses questions se posent après la défaite de la gauche aux élections départementales.

Mise à jour : 02/04/2015 à 07:30 par Isabelle Villy

Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais, respectivement présidents des Régions Haute et Basse-Normandie, travaillent déjà ensemble pour la Normandie de demain (Photo d'archives Hervé Pinson)

Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais, respectivement présidents des Régions Haute et Basse-Normandie, travaillent déjà ensemble pour la Normandie de demain (Photo d'archives Hervé Pinson)

Préparer une séance plénière pour la Région Haute-Normandie, juste après un week-end électoral, au cours duquel la couleur politique de nombre de Départements a changé, passant de gauche à droite, n’était pas un exercice facile pour le président Nicolas Mayer-Rossignol, qui s’est toutefois plié sans problème à l’exercice, à l’occasion d’un déjeuner de presse.

À LIRE AUSSI > Régionales. Le président de la Région Haute-Normandie n’a « pas peur du match »

En décembre, les élections régionales…

Au menu de la prochaine séance plénière du mardi 7 avril 2015, il sera question de la Grande Normandie, de développement économique et d’apprentissage pour l’insertion et l’emploi, de transports et d’infrastructures pour améliorer le service ferroviaire, mais aussi d’un volet européen, de santé et d’éducation. Autant de sujets que le président a abordés… avant de passer à l’exercice de style, autour de la défaite de la gauche en Seine-Maritime aux Départementales, alors que se profile, au mois de décembre, une nouvelle échéance électorale avec les élections régionales…

"À les entendre (Ndlr : les opposants de la gauche en Haute-Normandie), ils sont déjà victorieux. Mais déjà, il faudrait savoir qui est leur chef de file . Les élus de Basse-Normandie se demandent d’ailleurs où est leur place dans ce dispositif… On verra cela en décembre », a constaté Nicolas Mayer-Rossignol, qui rappelle que, de toute façon, « dans le drapeau de la Normandie, les deux Léopards doivent avoir la même taille"

Sortir de la politique

S’agissant des forces de gauche, après ce revers électoral, le président de Région estime qu’il « n’y a pas de raison locale de se diviser », même s’il ajoute ne pas être « naïf » et qu’il sait qu’il y aura toujours une dimension nationale. « La bonne méthode, c’est de travailler sur le projet pour les Normands. Il faut essayer de sortir de la politique. Je ne suis pas carriériste », a insisté Nicolas Mayer-Rossignol.
Et le travail pour les Normands a bel et bien commencé depuis longtemps insiste le président, avec notamment un comité de pilotage mis en place dès janvier 2015, comprenant les responsables des deux collectivités, qui a notamment permis de déterminer les chantiers prioritaires à mener.

Des ateliers thématiques pour dessiner la Normandie de demain

"En parallèle à ces travaux, des ateliers thématiques vont être organisés pour écouter les acteurs de la société civile sur les sujets majeurs que sont la transition écologique et énergétique, l’emploi, l’agriculture, l’économie, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche, l’apprentissage mais aussi la culture, le patrimoine, le littoral, la jeunesse… Il s’agit d’entendre les Normands de manière thématisée, de permettre une expression sur la Normandie de demain », a détaillé Nicolas Mayer-Rossignol.

Une prime pour embaucher des apprentis

L’un des grands chantiers se traduira évidemment par la lutte contre le chômage : une nouvelle prime de 1 000 euros pour les entreprises qui embauchent des apprentis sera ainsi versée par la Région. « Une enveloppe de trois millions d’euros est consacrée au financement de cette prime », précise Nicolas Mayer-Rossignol, qui indique que 22 500 jeunes sont en apprentissage sur toute la Normandie, accueillis par plus de 12 000 entreprises normandes. « Je rappelle que 85% des contrats d’apprentissage signés en Haute et Basse-Normandie le sont dans des entreprises de moins de 250 salariés. L’accompagnement de ces entreprises est donc majeur », a fait valoir le président.

Isabelle Villy

 

Commentaire de Florestan:

Autant les mesures annoncées ou en cours vont dans le bon sens (appropriation concrète d'un projet normand par la population), autant on ne sait guère de choses quant à l'avancée en interne de la fusion régionale elle-même et sur la façon dont elle est conduite vis-à-vis des personnels territoriaux des deux actuels conseils régionaux normands.

L'Etoile de Normandie reviendra prochainement sur ce point essentiel...