Les prochaines élections régionales auront lieu les 6 et 13 décembre 2015:

Deux tours donc qui se dérouleront sur la base de listes départementales avec une part importante de scrutin proportionnel et la possibilité que la campagne ne soit surtout que Haut ou Bas Normande (ce serait une erreur totale...) pour ne même pas évoquer le risque d'une dissipation complète de tout enjeu régional normand au cours d'un scrutin écrabouillé entre récupération nationale (préparer l'alternance de la prochaine élection présidentielle de 2017) et clochemerle localiste...

Bref! le cauchemar total pour tous ceux et celles qui ont authentiquement milité et oeuvré depuis plus de 40 années à cette belle idée d'unité normande !

Pol_mique_normande

Capitale_Caen_Rouen

La une de l'hebdomadaire Tendance Ouest Rouen (n°198 16 avril 2015)

L'enjeu national du cas normand c'est de pouvoir démontrer qu'une autre organisation territoriale régionale que la sempiternelle centralisation jacobine est possible !

En effet, on ne le dira jamais assez et la querelle actuelle sur la capitale le montre a contrario, la Normandie constitue un cas particulier, voire, le cas d'école. On ira jusqu'à dire que la Normandie, seule véritable région à taille humaine, cohérente dans sa géo-histoire dans cette nouvelle carte à treize régions, un chiffre qui n'augure rien de bon quant à la durée de cette réforme dans le cours de plus en plus mouvementé de la vie politique française sous la 5ème République, devient le BANC d'ESSAI de l'idée régionale en France.

Rien, en effet, ne garantie que la future majorité présidentielle élue en 2017 (dans le cas où ne serait pas réelu l'actuel président socialiste François Hollande qui a voulu et fait cette réforme régionale au forceps et partant, imposé la réunification normande à tous ceux qui n'en voulaient pas) ait l'intention de garder en l'état la nouvelle carte à 13 régions: il suffit d'observer ce qui se passe actuellement du côté de l'Alsace ou ce qui pourrait se passer du côté du Sud Ouest (fusion Languedoc Roussillon / Midi Pyrénées) pour en être à peu près certain !

On ne parlera pas ici des difficultés ubuesques autour du choix définitif du nom des nouvelles régions, du problème d'avoir refusé l'unité territoriale à la Bretagne (alors qu'elle est accordée à la Normandie) et bien entendu, du problème cornélien (Pierre Corneille, un rouennais...) du choix des futures capitales régionales dans les nouvelles régions fusionnées puisque nous en parlons déjà que trop pour la Normandie !

Et bien justement c'est sur ce sujet symbolique de la question de la capitale régionale que nos affaires normandes sont suivies avec attention ailleurs: notamment du côté de Lille et d'Amiens, de Montpellier et de Toulouse ou dans la très improbable région "Archlor" et sa capitale régionale Strasbourg déjà ainsi désignée par le législateur, au nez et à la barbe de tous les citoyens concernés.

Après 2016 et l'élection des nouvelles assemblées régionales (pour un mandat de six ans, soit jusqu'en 2022) il est à prévoir que cette réforme faussement régionale, bâclée ne génère des difficultés concrètes telles qu'il faille, après 2017, envisager de tout remettre à plat !

Sauf en Normandie !

A condition que les responsables politiques des deux seules régions françaises qui avaient le devoir de fusionner et dont l'exemple a servi à justifier la réforme, réussissent à démontrer qu'un projet régional authentique est possible en France dans le cadre d'une vraie région géo-historique, clairement identifiée en France et dans le Monde entier.

Il pèse donc une très lourde responsabilité sur tous les grands élus de Normandie.

 

De fait, à partir de cette année et jusqu'en 2022 (fin de la mandature de la future assemblée régionale normande qui sera élue en décembre prochain) et en passant par la redoutable élection présidentielle de 2017, la Normandie va devenir, de fait, le BANC d'ESSAI de l'idée régionale en France, la seule idée neuve que nous ayons dans l'immédiat pour renouveler vers plus de démocratie le vieux contrat social d'une France encore trop marquée par son héritage centralisateur et autoritaire...

Si l'idée de région réussit en Normandie, elle pourrait réussir ailleurs...

Sinon, il faudra alors s'attendre à pleurer en voyant le Front National arbitrer tous les clochermerles localistes de France !

Heula_la_Normandie_quand_on_y_go_te__

Le dessin de nos amis d'Heula paru dans le numéro de Tendance Ouest Rouen (n°198 16 avril 2015)

Pour information, Nicolas Bay sera très certainement la tête de liste présentée par le Front National en Normandie:

http://www.tendanceouest.com/actualite-101569-elections-regionales-le-fn-devrait-investir-nicolas-bay-en-normandie.html