• La Normandie est polycentrique: trois grandes villes au lieu d'une seule, une ville de 10 000 habitants tous les 20 à 30 km...   

Résultat de recherche d'images pour

Le seul avantage du déplorable clochemerle caenno-rouennais c'est de faire la pédagogie des imbéciles: une capitale unique, à la parisienne (on pourrait dire, à la romaine) est impossible.

Un réseau des réseaux Caen-Rouen- Le Havre est indispensable et cette idée développée et étudiée depuis plus de quatre ans par nos amis du collectif des Quinze géographes universitaires normands chemine au point de faire aujourd'hui consensus dans la classe politique: les plus lucides savent déjà que le débat n'aura lieu finalement que sur la question de la répartition des rôles dans le trio de tête normand et que cela sera une innovation majeure en terme d'organisation et de gouvernance du territoire en France...

La carte INSEE des aires urbaines normandes montre le très grand équilibre et la  très grande régularité du maillage urbain normand: à ce niveau de perfection, ce n'est plus de la géographie, c'est de l'architecture !!!

  • On peut dire aussi que la problématique normande est "gigogne" à la façon des poupées russes...

Puisqu'un projet normand dépend forcément d'un projet métropolitain porté par le réseau Caen-Rouen- Le Havre et que ce projet lui-même dépend d'un projet porté par la ville normande qui seule porte le titre officiel de "métropole": on évitera donc la métaphore de l'oignon... Car un oignon qu'on pèle fait pleurer et on cherchera en vain le coeur d'un oignon après l'avoir totalement épluché.

Rouen Métropole de Normandie  doit d'urgence cesser de pleurnicher sur son sort, de faire pleurer ailleurs en Normandie en se donnant les moyens d'un projet fort, ambitieux et solidaire qui puisse intéresser les Rouennais à leur ville (premier défi ) et qui puisse aussi et surtout intéresser les Normands à Rouen et vice- versa ! (second défi)

Rouen Métropole normande n'a donc pas pour vocation d'entretenir une chicaya mesquine et inutile avec Caen et Le Havre mais d'être le moteur d'une ambition normande qui a son horizon de concurrence du côté d'Anvers, Rotterdam, Hambourg ou Singapour et cela exactement entre les deux mégalopoles de taille mondiale dont dispose l'Europe occidentale: Paris et Londres.

L'ancienne seconde ville de France qui devait disparaître corps et bien dans un magma parisien poussé jusqu'à la mer dans les années 1960 a toujours peur de n'être qu'une "seconde Mantes la Jolie" alors que la métropole normande qui doit boucher le trou normand entre Lille et Nantes est toujours un grand port maritime très actif si l'on compare à d'autres grandes métropoles régionales françaises ( Pensons à Bordeaux ou Nantes où la célèbre chronique de Ouest France "où sont nos navires" va de soi...).

Le port de la Lune à Bordeaux: c'est très beau et c'est prestigieux... Mais où sont les navires?

Même remarque pour Nantes dont le port est désormais à Saint Nazaire, soit à 60 km en aval...

http://www.haropaports.com/fr/le-gie

Rouen: premier port exportateur de céréales d'Europe...

 

Accessible d'ici 2018 par des navires hauturiers de près de 300 000 tonnes après une remontée de 120 km de la Seine...

http://normandie-zoom.com/blog/index.php/2007/07/28/119-flash-back-armada-de-rouen-un-grand-voilier-remonte-la-seine

De cet atout exceptionnel, original, les Rouennais et leurs décideurs ne parlent pas assez: voilà qui est bien dommage et qui démontre hélas un manque de réflexion ! Au lieu d'hystériser le débat sur la capitale régionale en inquiétant les élus ou décideurs d'une ville de Caen qui fut bien seule à développer, malgré tout, une véritable culture de gouvernance digne d'une vraie "capitale régionale" dans le cadre étriqué de la demi-région bas-normande, au lieu de pleurnicher sur la possible localisation de la future préfecture régionale normande à Caen (rien n'est encore décidé sur la question du chef-lieu provisoire: il faut attendre l'annonce officielle de juillet prochain), au lieu d'empêcher les décideurs Havrais de faire un vrai pôle métropolitain normand de l'Estuaire qui devrait s'étendre jusqu'à l'agglomération caennaise, les décideurs Rouennais devraient plutôt positionner ROUEN comme la capitale française de l'économie maritime dans le cadre du réseau métropolitain normand avec Le Havre et Caen...

  • Concrètement, nous faisons les deux propositions suivantes:

1) Rouen pourrait accueillir une déconcentration d'emplois métropolitains supérieurs spécialisés dans les services aux entreprises de l'économie maritime nationale et internationale encore situées en région parisienne:

La réflexion ne fait que commencer à Rouen qui s'était endormie au fond de son méandre sous l'ère Lecanuet: la métropole normande se doit d'avoir un projet qui ne doit pas être qu'un projet local ou strictement urbanistique et qui puisse positionner Rouen et la Normandie sur la scène (ou Seine..) nationale et internationale. Sauf que cette déconcentration ne serait possible qu'avec la mise en service de la LNPN et d'une nouvelle gare à Saint Sever Rive droite, c'est à dire, pas avant ... 2030 ! Au train où vont les choses, Mantes La Jolie et son terminus Eole pourrait concurrencer Rouen sur ce sujet capital ! Dommage ! Le lobby rouennais devrait plutôt s'en prendre à la SNCF plutôt qu'à Caen !

2) Si Le Havre se voit confirmer le siège du GIP HAROPA (car on a enfin compris en France qu'un hinterland portuaire se gère du port qui le génère...), si Cherbourg obtient la délocalisation des Affaires Maritimes pour la sécurité de la navigation dans la mer la plus fréquentée du Monde, Rouen pourrait tout aussi légitimement obtenir la pérénisation de la délégation interministérielle à l'Axe Seine et sa délocalisation à la préfecture de la Seine Maritime. Ce qui permettrait de pouvoir confirmer le siège de la préfecture régionale à Caen dans un souci d'équilibre et d'aménagement du territoire normand.

http://www.lantenne.com/Pour-exporter-les-cereales-le-port-de-Rouen-approfondit-la-Seine_a17477.html


Ci-après, lire un aperçu de l'état des lieux des volontés rouennaises d'exister enfin à l'Ouest de Paris et en Normandie (larges extraits de la Chronique de Normandie, n°399 en date du 23 mars 2015, une feuille d'informations proche des milieux fabiusiens haut-normands):

Projet_Rouen_1

Projet_Rouen_2

Projet_Rouen_3