Ce sera le seul mérite du clochemerle Caenno-rouennais déclanché depuis janvier dernier par les propos du maladroit de gauche Yvon Robert: démontrer que le principe d'une capitale régionale unique en Normandie est une aporie. Qu'il n'y a de solution que dans le partage équilibré et coopératif des fonctions dans le cadre d'un réseau entre Caen -Rouen-Le Havre, réseau des réseaux des villes normandes.

Paradoxalement, on peut même affirmer que cette idée fait consensus tant à gauche (voir ici même la tribune publié il y a quelques jours sur une Normandie polycentrique de Rouen à Cherbourg) qu'à droite où Joël Bruneau, Edouard Philippe ou Hervé Morin ne cessent de déclarer qu'ils sont eux aussi pour le réseau, le polycentrisme normand: le mode d'emploi de la géographie urbaine normande commence donc à entrer dans les têtes mais pas au point de mettre en oeuvre, par exemple, un pôle métropolitain reliant les trois villes ! (il faut que ça murisse encore et en politique, le temps ne dépend pas des saisons mais des élections...)

Avec l'opération très médiatique de ce 28 avril au Mémorial "Caen cause normand" concoctée par la droite UDI/UMP caennaise, on peut dire que la campagne des futures élections régionales normandes a officiellement commencé et que du clochemerle initial pourra éclore à la lumière des intelligences citoyennes un véritable projet normand qui puisse intéresser enfin nos concitoyens qui, il faut bien le dire, ne sont pas vraiment passionnés par le match nul Caen VS Rouen...

Caen_cause_normand_2

(source: Ouest France Caen 28/04/15)

La question centrale est donc désormais de savoir qui de la gauche (et donc l'actuelle majorité gouvernementale nationale) ou de la droite (dans l'opposition régionale et nationale) va nous proposer le meilleur scénario pour cette capitale régionale fédérale, sachant que si les socialistes (et le gouvernement en choisisant Rouen comme chef-lieu provisoire -préfecture en juillet prochain) confirmaient ce qu'ils ont déjà annoncés il y a quelques jours, ils laisseraient à la droite l'opportunité de proposer quelque chose de plus équilibré entre Caen et Rouen (par l'utilisation du "verrou Tourret" inscrit dans la loi...) dans le cas d'une victoire de la droite aux prochaines élections régionales de décembre prochain...

C'est la raison pour laquelle, il nous parait sage de ne pas enterrer définitivement l'option Caen-préfecture / Rouen-conseil régional déjà proposée par Laurent Fabius lui-même en septembre dernier et d'attendre juillet prochain, lorsque le gouvernement annoncera officiellement la liste des villes choisies pour être "chef-lieu provisoire"... Pour reprendre l'ironie du maire de Deauville Philippe Augier sur cette expression à la fois surannée et oxymorique de "chef-lieu provisoire", le gouvernement a intérêt de ne pas se tromper dans son choix !

Rappel de l'état des positions des uns et des autres:

  • Hervé Morin, Joël Bruneau et Edouard Philippe s'accordent sur la clef de répartition suivante: Caen Conseil Régional / Rouen Préfecture (en anticipant le choix de Rouen comme chef-lieu provisoire et en anticipant le fonctionnement du "verrou Tourret" qui oblige à faire valider une capitale unique par une majorité régionale des 3/5ème)

Morin_capitale_double

  • En septembre 2014, peu après les Jeux Equestres Mondiaux, Laurent FABIUS lui-même lachait un ballon d'essai: Caen chef-lieu préfecture / Rouen conseil régional, qualifié de "marché de dupes" par l'inénarrable Jean-Léonce Dupont, président UDI du Calvados et qui aurait, peut-être, gagné à se taire car cette proposition était (et est encore...) la plus prometteuse pour Caen... jusqu'au récent revirement au profit du retour à la proposition de Rouen capitale unique mais tempérée par Caen, Le Havre ou Cherbourg  suite à la nomination du préfet de région haut-normand Pierre Henry Maccioni (réputé très proche de Laurent Fabius) à la mission de préfiguration "Normandie". Ce choix d'une capitale rouennaise unique ne peut être que provisoire, justement ! Puisque la loi dispose qu'il faudrait le confirmer par une majorité des 3/5ème de la future assemblée régionale normande ("verrou Tourret").

Et on éprouvera ici au mieux de la pitié ou au pire, du mépris pour tous ceux qui s'agitent en ce moment à Rouen d'une manière ou d'une autre contre la perspective innovante (et trop décoiffante pour certains hauts fonctionnaires habitués au confort du centralisme jacobin) d'une capitale régionale normande qui sera, de toute façon, une capitale régionale "fédérale"... Verrou Tourret oblige ! On comprend donc mieux pourquoi certains freinent des quatre fers car l'innovation "fédérale" normande pourrait faire des émules ailleurs en France !


 

Pour le Medef, Rouen s’impose comme la capitale naturelle de la future Normandie

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3059841/actualites/pour-les-patrons-c-est-rouen#.VUCxDZOjbK8

Publié le 28/04/2015 á 22H32

Réunification. Yves Kerouedan, le président du Medef Rouen-Dieppe, suit avec attention la construction de la future région.

 

 

Pour le Medef, Rouen s’impose comme la capitale naturelle de la future Normandie

Pour Yves Kerouedan, le préfet et le président du conseil régional doivent être dans la même ville. « Le contact humain, ça compte. » (sic! )

La réunification de la Normandie est évidemment un sujet qui ne peut laisser indifférents les patrons de Seine-Maritime, et notamment le choix de la capitale de la future région. Président du Medef Rouen-Dieppe (qui couvre environ 85 % du département), Yves Kerouedan voit dans la future Normandie une chance évidente de développement économique... à condition de ne pas retomber dans des travers qui ont valu à la région d’être trop longtemps divisée. «Il faut une vision claire de ce projet qui passe par une métropole identifiée. Et pouvoir penser qu’elle peut-être ailleurs qu’à Rouen est une hérésie.»

La nomination du préfet de Haute-Normandie, Pierre-Henry Maccioni, pour être « préfet préfigurateur » en Normandie semble aller dans ce sens. Ce qui réjouit le responsable patronal, qui assure en souriant ne pas mettre de dimension affective dans ce débat puisqu’il est... breton.

«Que chaque ville trouve son compte»

«Pierre-Henry Maccioni est un homme de qualité qui, j’en suis sûr, saura prendre les bons arbitrages, en ménageant les enjeux politiques et les équilibres régionaux, mais aussi en tenant compte de l’intérêt du monde économique qui devrait, à mon sens, être mis au premier rang des priorités.»

Pour lui, l’essentiel est de regrouper dans une même ville «la démocratie, c’est-à-dire le conseil régional, et les institutions, avec la préfecture. Le président de région et le préfet doivent se parler, se rencontrer, tisser des liens pour le bon fonctionnement d’une région. Le contact humain, ça compte. C’est même essentiel.»

Mais à vouloir tout concentrer à Rouen, ne risque-t-on pas de froisser les susceptibilités havraises ou caennaises ? «Il faut évidemment que chaque ville trouve son compte et que personne ne se sente lésé, avec pourquoi pas des spécialisations. Le port duHavre avec l’économie ou Caen avec l’éducation. Mais, il faut une métropole moderne, qui concentre tout ce qui est utile à la croissance, qui est bien irriguée et ouverte sur le monde, pour donner le cap et faire rayonner toute la région». Et pour lui, c’est Rouen, sans l’ombre d’un doute.

Laurent Derouet

l.derouet@presse-normande.com

Commentaire de Florestan:

Rouen ou Caen "capitale naturelle" de la Normandie cela ne veut techniquement strictement rien dire ! C'est assez effarant que des décideurs régionaux du calibre de ce monsieur (un Breton qui veut encore réussir chez nous...) ne soit pas au courant du nouveau cadre légal (loi du 16 janvier 2015) et du processus en cours ! Encore un qui prend des vessies fabiusiennes (ou maconiennes) pour des lanternes ! Rappelons objectivement les données du problème:
1) Pour que l'on puisse avoir sur "une seule unité urbaine" le siège de la préfecture (chef-lieu) et le siège du conseil régional et lieu de réunion ordinaire de l'assemblée régionale il faut que cela soit accepté par une majorité des 3/5ème de la future assemblée régionale normande (amendement Tourret)

2) Les élus UDI / UMP emmenés par la probable future tête de liste aux régionales Hervé Morin ont déjà anticipé l'utilisation du verrou "Tourret" et leur victoire en décembre prochain en proposant de mettre à Caen le conseil régional si l'Etat choisit Rouen pour la préfecture (chef-lieu)

3) Sur 102 conseillers régionaux il y aura 55 issus de l'ex HN et 47 de l'ex BN: la majorité des 3/5 est à 60 : il n'y a aucune certitude que les ex Haut fassent bloc pour une capitale unique à Rouen (qu'ils soient de gauche ou de droite) qu'ils souhaitent favoriser une métropole régionale qui resterait à gauche (Fabiusie) alors que la Normandie toute entière (région et 5 départements pourraient être à droite) et si par miracle on avait 55 élus ex HN pour Rouen, ils leur faudraient débaucher... 5 conseillers ex Bas Normands pour voter en faveur de Rouen.
C'est de l'arithmétique élémentaire que devrait, en principe, comprendre un grand dirigeant patronal habitué à compter pourtant !

4) Enfin, alors que nous sommes à l'heure des réseaux informatiques et de la dématérialisation numérique, il faudrait que le préfet de région tienne salon chez le président de région et vice-versa? Les clochemerleux rouennais ou caennais sont capables de nous proposer un match permanent aussi nul que vain entre nos deux villes sur les réseaux sociaux: il est donc possible, aussi, de travailler sérieusement ensemble... à distance.

Conclusion: que cela soit dans un sens ou dans un autre, la future capitale régionale normande sera partagée entre Caen et Rouen !

CONSTERNANT !


 

Pour mémoire, sur l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/12/07/31096862.html

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/07/10/30226011.html

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/10/25/30829440.html

http://normandie.canalblog.com/archives/2014/12/14/31137269.html

 

  • Face à l'aporie d'une capitale régionale unique en Normandie, la seule solution est donc dans la réinvention d'un "fédéralisme" normand (nous y reviendrons): cette idée fédérale était manifestement celle du député radical de gauche Alain TOURRET qui a la culture politique et historique pour l'avoir eu dès juillet 2014. Intuition géniale! Chapeau bas... Monsieur TOURRET ! Car le laboratoire normand intéresse beaucoup ailleurs en France, notamment du côté de la Bretagne (toujours pas réunifiée mais qui a réussi à mettre en place un pôle métropolitain Rennes, Nantes, Brest).

 

En témoigne le compte rendu suivant, publié par l'agence de presse régionale "Breizh Infos":

http://www.breizh-info.com/25780/actualite-societale/reunification-de-la-normandie-bagarre-entre-caen-et-rouen/



Commentaire de Florestan:

Comme nous l'avons toujours dit sur l'Etoile de Normandie, la Normandie est LE cas d'école de la réforme territoriale pour expérimenter l'idée de région en France et mettre en oeuvre, enfin, une expérience "fédérative" !

L'exemple normand intéresse donc bien au delà de la Normandie !