Après le clochemerle de clochers sur la future capitale normande entre Caen et Rouen, le clochemerle aérien entre Caen Carpiquet et Deauville, le clochemerle douanier entre Rouen et Le Havre, voici maintenant le clochemerle au fil de l'eau entre le Canal Seine Nord Europe et les ports normands de l'Axe Seine...

Résultat de recherche d'images pour         Résultat de recherche d'images pour       Résultat de recherche d'images pour

Anvers   VS Rouen - Le Havre: le vrai match !

S'il y avait un VRAI LOBBY NORMAND à ROUEN et en NORMANDIE, nous n'aurions pas des CLOCHEMERLES mais des RESULTATS !

Par exemple:

UN VRAI CONTRAT DE PROJET avec l'Etat correctement financé pour le désenclavement ferroviaire des ports du Havre et de Rouen vers la Région parisienne et surtout vers Metz (corridor Européen N°4 vers l'Europe centrale) ou vers Bordeaux via la Basse-Normandie et Tours ("Axe Plantagenêt") !

On aurait DEUX MILLIARDS d'euros comme la Bretagne et non pas ... 20 millions pour financer x années d'études pour une LNPN en 2030 !

UN VRAI LOBBY NORMAND ce n'est pas ANIMER UN CLOCHEMERLE PERMANENT sur tous les sujets stratégiques d'un avenir normand...

dans une SALLE D'ATTENTE !


 

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3092880/breves+normandie/canal-seine-nord-et-affaiblissement-des-ports-normands--le-coup-de-gueule-des-presidents-des-cci-du-havre-et-de-rouen#.VUdAPJNqYaQ

Canal Seine-Nord et « affaiblissement » des ports normands : le coup de gueule des présidents des CCI du Havre et de Rouen

 Canal Seine-Nord et « affaiblissement » des ports normands : le coup de gueule des présidents des CCI du Havre et de Rouen

 

LE HAVRE (NORMANDIE). Une fois n’est pas coutume, les présidents des chambres de commerce et d’industrie du Havre et de Rouen s’inquiètent des conséquences du futur canal Seine-Nord, qui doit relier les ports du nord de l’Europe à la région parisienne. Vianney de Chalus, le président de la CCI du Havre, et Christian Hérail, son homologue rouennaise, redoutent « un risque majeur d’affaiblissement des ports normands et de l’axe Seine » si ce projet voit le jour. « Comme nous l’avons déjà fait auparavant, nous voulons affirmer à nouveau nos fortes préoccupations, au nom des 45 000 entreprises de Haute-Normandie, sur les effets induits par le projet de Canal Seine-Nord.

Sans contester l’intérêt de ce projet pour les régions du Nord de la France, il est important de souligner les conséquences économiques de la réalisation de cette infrastructure sur le développement économique de notre région. Les élus et acteurs économiques normands travaillent ensemble depuis plusieurs années à fixer sur l’axe Seine (Paris Seine Normandie) la valeur ajoutée logistique indispensable au renforcement du hub portuaire normand Rouen-Le Havre, et ce par une politique d’investissements très lourds engagés tant à Rouen qu’au Havre pour renforcer sa compétitivité.

Ainsi, il est regrettable que dans le contexte de concurrence avec les ports d’Europe du Nord, l’impact du canal Seine-Nord sur le trafic et le risque de modification des flux des ports du Havre et de Rouen, mais aussi des autres ports normands, n’aient pas été véritablement évalués. À l’évidence, les avantages des ports belges, hollandais et dans une moindre mesure allemands seront outrageusement renforcés par cette liaison à grand gabarit, au détriment des ports de l’axe Seine, et au détriment des efforts importants engagés dans le développement de modes de transports alternatifs, notamment ferroviaires (corridors Est-Ouest – ligne Serqueux Gisors).

Les financements très lourds engagés dans le canal Seine-Nord, plus de 4,5 milliards d’euros, pour un projet dont la rentabilité économique est loin d’être assurée, obèrent d’autres opportunités d’investissements structurants en France et ont à l’inverse comme principal effet d’affaiblir le potentiel économique de l’axe Seine et d’en fragiliser le développement.

Par ailleurs, le développement du trafic de Seine-Nord Europe s’appuie sur les céréales, les biocarburants, les granulats et les conteneurs, donc en concurrence ouverte avec le cœur d’activités des ports de la Seine. Enfin et ce n’est pas la moindre des conséquences, il faut rappeler les risques que fait peser à terme ce projet sur les 20 000 emplois directs et les 18 000 emplois induits générés par les activités maritimes et portuaires en Haute-Normandie. Après avoir donné tardivement à l’axe Seine les moyens d’être compétitif, il faudrait aujourd’hui, face à la saturation annoncée de l’axe Nord-Sud, privilégier une nouvelle dynamique de développement sur l’axe Ouest-Est de l’Europe, alors que le choix qui est fait est celui d’ouvrir un axe de communication majeur qui offre aux ports du Benelux un accès direct au principal marché français, celui de l’île de France ».


 

Commentaire de Florestan:

Une idée: exiger que l'Etat actionnaire majoritaire du côté d'EDF et d'AREVA investisse... les 3 MILLIARDS à perdre dans l'EPR de Flamanville dans la remise à niveau logistique, fluvial et ferroviaire de l'Axe Seine Normand !!!

Voir aussi cette brève parue sur le site du Figaro:

Le financement du canal SNE dépend essentiellement du bon vouloir de la Commission européenne qui rendra son avis définitif en juillet prochain...

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/05/05/97002-20150505FILWWW00446-canal-seine-nord-europe-reponse-fin-juillet.php