En ce joli de mois de mai lorsque le Guillaume pépie contre quelques oiseaux de mauvais augures sûrement mal informés, faut-il pour autant dresser l'oreille et le croire? Une hirondelle ne fait pas le printemps et à la fin du mois, la Commission Duron entamera ses rudes travaux d'élagage...

Résultat de recherche d'images pour "élagage"

En attendant, le PDG de la SNCF est venu lundi 4 mai 2015 à la préfecture de Caen nous seriner une chansonnette rassurante à plus de 430 millions d'euros pour la remise à niveau des lignes nationales traversant la Normandie occidentale (Paris-Granville et Paris-Caen-Cherbourg) après avoir fait il y a quelques semaines des annonces similaires pour les lignes de la Normandie orientale (Paris-Rouen-Le Havre; Paris- Le Tréport ou la ligne fret Serqueux-Gisors)...

Si un ballon d'essai monte dans le ciel serein du débat public c'est pour qu'il soit vu de tous: il ne faut donc pas nous prendre pour des aveugles un peu crétins ! Il est bel et bien question de supprimer un grand nombre de trains "Intercités" dans le cadre du service public des "Trains d'Equilibre du Territoire"... Mais d'ici là, on pourra financer quelques travaux indispensables pour que le SNCF cesse enfin de maltraiter des usagers usés par tant d'années sans vergogne comme s'il s'agissait d'administrer une bonne grosse cuillère à soupe de sucre avant que d'avoir à avaler la potion amère qui se prépare plus ou moins en secret !


 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/05/04/sncf-guillaume-pepy-annonce-435-millions-d-investissement-sur-paris-cherbourg-et-paris-granville-718471.html

SNCF: Guillaume Pépy annonce 435 millions d'investissement sur Paris-Cherbourg et Paris-Granville

Trois semaines après des révélations dans la presse relatives à une éventuelle stratégie de la SNCF dans la région, Guillaume Pépy était à Caen pour rassurer en présentant son plan d'action pour les lignes Paris-Cherbourg et Paris-Granville.

Guillaume Pépy, président du directoire de la SNCF ce lundi 4 mai à Caen

 

Le patron de la SNCF souhaitait rassurer ce lundi à Caen. Trois semaines plus tôt, le journal "l'Humanité" révélait l'existence d'un rapport interne à la SNCF proposant la suppression de la ligne Caen-Tours et la réduction significative du nombre de trains Paris-Caen-Cherbourg. Pour Guillaume Pépy, "ces pseudos-informations sont de l'intox, ça sert à se faire peur" et de rappeler que "l'avenir du Paris-Cherbourg et du Paris Granville sont soumis à la commission Duron, elle n'a en rien émis des recommandations, elle le fera à partir de la fin du mois de mai".

Le patron de la SNCF a préféré mettre en avant le plan "impact" programmé sur la période 2015-2020: 235 millions d'euros pour la ligne Paris-Caen-Cherbourg et 200 millions pour la ligne Paris-Granville, des travaux de rénovation de ces deux lignes financés par la Région, l'Etat et la SNCF. "Quand on modernise, ça se voit et ça marche", a déclaré Guillaume Pépy s'appuyant sur les travaux déjà réalisés ou en cours sur la ligne Paris-Granville, "S'agissant de la ligne Paris-Caen-Cherbourg, il faut absolument moderniser la voie, les tunnels, les telecoms, c'est ce qu'on a commencé à faire avec le Conseil Régional pour que cette ligne ait un avenir de grande ligne nationale d'aménagement du territoire".


Ponctualité et composition des trains

A court terme, le patron de la SNCF souhaite s'attaquer à deux points noirs: la ponctualité et la composition des trains. Sur le premier sujet, Guillaume Pépy estime qu' "il faut travailler sur le site de Saint-Lazarre, c'est là qu'on perd de précieuses minutes".  Alors que 15% des trains n'atteignent pas leur composition théorique, il a reconnu que il y a "un problème industriel sur le site d'entretien des trains à Clichy, ce site est trop étroit, saturé". Une partie des opérations de maintenance sera donc prochainement assurée à Cherbourg pour désengorger le site parisien.

Reportage de Rémi Mauger et Emilien David