Le sujet est sensible car le problème doit trouver rapidement la solution la plus satisfaisante pour tous car la Normandie, région "idéale" est devenue le laboratoire expérimental de toutes les solutions qui pourraient permettre de sauver une réforme qui n'a de régionale que le nom ... sauf en Normandie !

Résultat de recherche d'images pour

La question de fond, vous la connaissez:

Va-t-on pouvoir enfin réussir un fédéralisme urbain en Normandie avec l'invention d'une capitale régionale "multilocalisée" ou va-t-on de nouveau sombrer dans la paresse intellectuelle et géographique du centralisme jacobin à toutes les échelles?

Ce débat est essentiel et l'Etoile de Normandie a donné la parole à tous ceux qui ont oeuvré à le rendre clair et intelligent quand il ne s'agissait pas d'esquisser enfin les solutions innovantes indispensables: ce fut là le rôle de nos amis du collectif des Quinze géographes universitaires normands à qui nous avons donné la parole à quatre reprise cette année dans le cadre de notre séminaire Normandie de l'Université Populaire de Caen.

L'Etoile reçoit en ce moment beaucoup de courrier sur ce sujet "chaud" qui intéresse tous les Normands et nous avons pris la bonne habitude de vous en faire part.

Ainsi, cette note rédigée par quelqu'un de visiblement bien informé que nous avons reçue en ce matin du jeudi de l'Ascension...

    “Le gouvernement a nommé fin avril sept préfets préfigurateurs chargés de préparer d’ici début juillet une nouvelle organisation de l’Etat adaptée à la nouvelle carte des régions. Pour la Normandie, c’est le préfet de Haute Normandie qui a été nommé ; il est assisté d’un directeur de projet.
Sans préjuger des décisions définitives, ils ont pour mission d’élaborer un projet d’organisation des administrations adaptée à la future Normandie, et conforme par ailleurs à la réforme de l’action territoriale de l’Etat. Il s’agit donc d’une réforme considérable, d’une part par ses conséquences sur les services, sur les fonctionnaires, sur le public etc.. , d’autre part parce que, nécessairement, les services des collectivités devront nécessairement tenir compte de la nouvelle carte et de la nouvelle organisation des administrations d’Etat avec lesquels ils travaillent. Enfin, les élus, qui ne doivent pas être mis devant le fait accompli, doivent être consultés.
   
Dès lors, la question se pose, dès maintenant, de savoir si les services de l’Etat et les préfectures des deux régions actuelles, ont commencé la réflexion demandée.
Si non, quand vont-elles le faire, sachant qu’ils doivent “rendre leur copie” dans 6 semaines. Si au contraire cette réflexion a commencé, il est nécessaire de savoir, très vite, sur la base de quels projets d’organisation, impliquant quels moyens et  modalités de fonctionnement, et avec quelles conséquences pour les fonctionnaires , le public et la cohérence de l’action publique se déroulent les négociations. Quelles en sont les premières conclusions ?
    Pour le bon aboutissement de la réforme et pour l’adhésion de nos concitoyens, il est urgent que l’Etat tienne informé  les élus et la population normande pour qu’ils puissent en débattre. C’est une question d’efficacité. C’est surtout une question de démocratie  “.

Commentaire de Florestan:
Bernard Cazeneuve consulte actuellement tout azimut les élus concernés (le maire de Caen et de Rouen, les élus municipaux, régionaux, les présidents de départements ).
Nous exigeons que la teneur de ces discussions soit rendue publique avant que l'Etat ne décide de façon discrétionnaire (par décret en juillet prochain) de son mode d'organisation sur le territoire normand !
Nous avons demandé à notre informateur anonyme de suivre cette affaire essentielle pour vous tous...