Elections régionales de décembre 2015: et la Normandie là- dedans? Ce sera notre seule critère avec celui, qui va de soi, du respect des valeurs de la République française...  L'Etoile de Normandie appliquera sans fléchir son principe de vigilance normande à toutes les listes des partis qui oseront se présenter aux suffrages des citoyens-habitants des cinq départements normands: nous veillerons notamment à ce que l'élection régionale de décembre prochain ne soit pas qu'une simple élection locale intermédiaire servant de défouloir électoral contre la majorité présidentielle nationale en place jusqu'en 2017. Nous serons tout particulièrement sans pitié avec ceux qui n'auraient rien à dire sur la Normandie ou qui n'auraient pas encore compris l'intérêt de réfléchir un peu pour présenter ne serait-ce que le début d'une esquisse de projet normand...

Et cette vigilance normande et républicaine nous l'exercerons dès maintenant... Vis-à -vis de celui qui n'en sera plus ( bon débarras !) mais aussi vis-à-vis de celui qui en sera mais qui ne devrait pas en être ! (Et la Normandie là- dedans?)

 


 

  • Au revoir Monsieur LOGIOU !

L'Etoile de Normandie n'organisera pas le coup de cidre pour le départ en retraite (c'est tout comme) de l'un des plus ultras anti unité normande de l'ère Le Vern: Nicolas Mayer-Rossignol a compris qu'il lui fallait être le candidat "outsider" et "normand"... Au titre de la défense et de la promotion de la Normandie, le passé des années LE VERN est un passif !

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3390380/actualites+politique/laurent-logiou--pourquoi-je-ne-serai-pas-candidat-sur-la-liste-ps-aux-regionales#.VX7yG0ajbK9

Laurent Logiou : « Pourquoi je ne serai pas candidat sur la liste PS aux Régionales »

Publié le 10/06/2015 á 12H41
Laurent Logiou : « Pourquoi je ne serai pas candidat sur la liste PS aux Régionales »

Dans une tribune, Laurent Logiou, vice-président PS de la Région Haute-Normandie et président du groupe des élus socialistes et radicaux de gauche, explique pourquoi il a décidé de ne pas repartir aux Régionales. Il apporte tout son soutien à Nicolas Mayer-Rossignol et égratigne sérieusement les adverseraires du président sortant, Hervé Morin et Nicolas Bay.

LE HAVRE (NORMANDIE). Laurent Logiou, actuellement vice-président du conseil régional de Haute-Normandie et président du groupe des élus socialistes et divers gauche de la Région, ne sera pas de l’aventure des Régionales 2015. Longtemps conseiller municipal au Havre et candidat malheureux lors de la primaire pour les Municipales 2014, au Havre, candidat en mars dernier lors des élections départementales, Laurent Logiou n’a pas été écarté. Il a fait le choix de ne pas se représenter pour les Régionales après quinze années de mandat. Pour autant, celui qui fut en 2010 l’efficace directeur de campagne d’Alain Le Vern, ancien président de Région, continue de distiller ses conseils auprès de Nicolas Mayer-Rossignol, au sein de son comité de campagne qui se réunit chaque lundi matin.

Dans une tribune, Laurent Logiou se dit « fier du travail accompli » et apporte un « soutien inconditionnel » à l’actuel président de la Région Haute-Normandie. Au passage, il tacle aussi Hervé Morin, candidat UDI en Normandie, et la tête de liste du Front national, Nicolas Bay, actuel conseiller régional de Haute-Normandie.

La tribune de Laurent Logiou

« Fier du travail accompli, soutien inconditionnel de Nicolas Mayer Rossignol

Après 3 mandats bien remplis, j’ai décidé de ne pas représenter ma candidature pour les prochaines élections régionales. Pourtant, comme me l’a dit l’actuel président de Région, Nicolas Mayer Rossignol, j’avais toute légitimité à déposer ma candidature.

Mais ma décision était prise depuis de nombreux mois. Trois mandats, 15 années passées à la Région, c’est un bail que je ne voulais pas dépasser. Je pense d’ailleurs qu’après la loi sur le non-cumul de mandat applicable en 2017, il faudra aussi limiter le nombre de mandats successifs d’un élu dans une collectivité. J’ai dépensé beaucoup d’énergie, à côté de mon activité professionnelle, pour travailler au service des hauts-normands et des havrais en tant que président du groupe socialiste et vice président pendant 10 ans et je suis fier aujourd’hui du travail accompli par notre majorité de gauche à la Région.

J’insiste sur le travail de notre majorité, socialistes, écologistes, communistes, radicaux de gauche, nous avons œuvré ensemble, voté tous les budgets pendant 15 ans et mis en place des politiques efficaces. Oui la gauche est efficace quand elle travaille ensemble.

Nous avons rénové la quasi totalité de nos lycées, créé la carte région pour les lycéens contre l’avis de la droite. Nous avons permis de cofinancer tous les grands projets dans tous les territoires de façon équitable quelle que soit leur couleur politique, projets qui n’auraient pas vu le jour sans notre soutien et j’y ai pris ma part dans le cadre de mon mandat de vice-président chargé des territoires. Nous avons créé un guichet unique pour aider les entreprises, participé à la création et au soutien des filières performantes telles que la logistique, l’énergie, l’automobile, la pharmacie, le verre... Nous avons soutenu le développement de nos universités pourtant hors de nos compétences. Nous avons investi dans les infrastructures de transport, l’achat de trains, soutenu l’axe seine et ses ports.

Enfin, nous sommes la Région la mieux gérée de France et c’est un atout formidable pour les investissements futurs de la Normandie dans un contexte économique qui n’est pas simple.

Je suis fier aussi d’avoir pu travailler auprès de deux présidents remarquables, Alain Le Vern et Nicolas Mayer Rossignol. Je dirai peu de choses sur Alain Le Vern, car je me suis déjà exprimé souvent à son sujet et il sait toute l’estime que j’ai pour lui. Il a su redresser les finances de la Région dégradées par la droite et il a tenu tous ses engagements de campagne.

Quant à Nicolas Mayer Rossignol, il a non seulement hérité des qualités de son prédécesseur, sérieux et rigueur, car il sait que pour investir il faut avoir les moyens de le faire. Mais il a aussi les qualités de sa jeunesse, enthousiasme, vision juste de l’avenir et il a su, en peu de temps, mettre notre Région sur le chemin de l’éco-conditionnalité de nos aides. Il fait et il fera de la Normandie probablement la 1re Eco-Région de France.

Les Normands perdraient beaucoup en accordant leur confiance à d’autres. Alors oui, même si je ne suis pas candidat, je suis un soutien inconditionnel de Nicolas Mayer Rossignol.

Je ne m’exprimerai pas sur l’avenir du Havre, car j’aurai l’occasion de le faire après la campagne des régionales, mais le fait d’avoir placé une Havraise Oumou Niang en deuxième position sur sa liste, mais aussi Catherine Troallic, Philippe Capelle, Isabelle Lévêque et William Omari, est, symboliquement, la reconnaissance de l’importance du Havre pour la Normandie et la reconnaissance du travail accompli depuis des années au Havre par la Région et c’est pour moi une autre source de fierté.

Enfin, si je dois faire passer un dernier message aux Normands. Pour moi, un élu, et a fortiori un Président de Région, doit avoir deux qualités supplémentaires : habiter et vivre dans la collectivité où il se présente et être présent dans toutes les instances de sa collectivité.

Vous me direz, c’est le minimum mais sachez le, la future tête de liste Front National, M. Bay, ne vit pas en Normandie, il y a certainement une adresse électorale mais il ne vit pas dans notre belle région. Quand à la future tête de liste de la droite M. Morin, il n’a jamais mis les pieds à la Région en tant qu’élu d’opposition, je ne peux pas dire que je le connais puisque je ne l’ai jamais vu siéger à nos côtés pendant ses 6 ans de mandat. Non j’exagère il est peut être venu à la 1re et 2ème séance, 16 heures de présence en 6 ans pour 1 800 euros par mois, cela fait du 8 000 euros de l’heure. Je ne comprends même pas comment leurs partis respectifs aient pu les désigner...

Alors en décembre 2015, avant de voter, regardez le travail accompli en 15 ans, vérifiez si la gauche à la Région a tenu ses engagements, comparez les programmes et l’engagement des hommes qui dirigeront demain la Normandie. Et vous ferez alors comme moi, vous voterez à gauche pour les équipes menées par Nicolas Mayer Rossignol ».


 

La Normandie, verte comme une ... "drop zone" !

  • Bonjour Monsieur CALBRIX (qui c'est celui-là ?):

Mercredi 10 juin dernier avait lieu à Pont Audemer le "show" de présentation des listes départementales pour les élections régionales en Normandie du mouvement de Nicolas Dupont-Aignan "Debout la France", soit 150 candidats plus ou moins inconnus... Avec surtout un certain Nicolas Calbrix, un apparatchik (l'ancien responsable national jeunesse du mouvement) dont le manque de notoriété en Normandie n'a dégal que sa méconnaissance des réalités normandes...  Les compagnons de route de Monsieur Dupont-Aignan se présentent aux élections régionales alors que leur mouvement revendique le démantèlement des ... conseils régionaux ! Notons, néanmoins, que Nicolas Dupont-Aignan a reconnu qu'il fallait tout de même réunifier la Normandie.

Le seul intérêt de ces listes présenté par ce mouvement souverainiste anti-régionaliste c'est qu'elle prendra 5% aux listes d'un autre parti souverainiste anti-régionaliste !

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3152021/nicolas-calbrix-chef-de-file-de-debout-la-republique-en-normandie-aux-elections-regionales-2015#.VX78NkajbK8

Nicolas Calbrix chef de file de Debout la République en Normandie aux élections régionales 2015

Nicolas Calbrix chef de file de Debout la République en Normandie aux élections régionales 2015

ROUEN (Normandie). Debout la France, le mouvement présidé par Nicolas Dupont-Aignan, Député de l’Essonne, a lancé ce mardi 12 mai sa campagne pour les élections régionales 2015 (6 et 13 décembre), dans son nouveau QG de campagne (4 rue de Courty – Paris 7e).

Le mouvement a présenté à la presse les candidats têtes de liste pour les élections régionales qui porteront les couleurs des listes gaullistes « ni système, ni extrêmes » dans les 13 régions métropolitaines et à la Réunion. Nicolas Dupont-Aignan sera candidat pour la Région Île-de-France. En Normandie, Debout la République mise sur un trentenaire, Nicolas Calbrix.

« Servir sans se servir », tel est le mot d’ordre des candidats Debout la France qui n’auront pour seul objectif que l’amélioration de la vie quotidienne des Français.

Affaires politico-financières, clientélisme, gaspillages, privilèges, assistanat : les Conseils régionaux ont été confisqués par les partis.

Il y a urgence à les remettre au service des habitants.

Seule une nouvelle génération d’élus indépendants et issus de la société civile, portant une même morale publique exemplaire, sera à même de faire ce grand ménage.

Debout la France présentera des personnalités représentant parfaitement la société française, telles que :

· Cécile Bayle de Jessé, Présidente de l’Association Familles Rurales de la Sarthe et tête de liste aux élections européennes dans le Grand Ouest (3,62%) (Région Pays de la Loire) ;

· Eugène Henri-Moré, chef d’entreprise et ancien maire adjoint à la Courneuve de Gilles Poux (PCF), sera le chef de file en Seine-Saint-Denis (Région Île-de-France)

· Samuel Morillon, Directeur de la Stratégie et du développement économique d’une grande entreprise (Région Poitou-Charentes-Limousin-Aquitaine) ;

· Anne Boissel, agricultrice (Région Normandie) ;

· Gerbert Rambaud, avocat spécialisé en droit social et tête de liste aux élections européennes dans la région Sud-Est (4%) (Région Auvergne-Rhône-Alpes)

· Jean-Yves Le Saux, artisan hôtelier (Région Bretagne) ;

· Hugues Maillot, fonctionnaire territorial (La Réunion).

Par ailleurs, les autres chefs de file sont eux issus d’une nouvelle génération politique. Ces « mousquetaires » de Debout la France incarnent la jeunesse du parti et se présentent dans leurs régions d’origine comme :

· Maxime Thiébaut, 24 ans, benjamin des chefs de file, candidat aux élections départementales en Saône-et-Loire (15,40% - Chalon-sur-Sâone-1) (Région Bourgogne-Franche-Comté) ;

· Alix Penloup, 29 ans, ingénieure consultant (Région Centre) ;

· Nicolas Calbrix, 30 ans, Président de Debout les Jeunes (Région Normandie) ;

· Jean-Philippe Tanguy, 29 ans, spécialiste des questions industrielles et tête de liste aux élections européennes dans la région Nord-Ouest (4,16%) (Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie) ;

· Damien Lempereur, 31 ans, avocat au Barreau de Paris (Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon).

· Et enfin Laurent Jacobelli, Secrétaire général adjoint du mouvement, dirigeant d’entreprises audiovisuelles (Région Champagne-Ardennes-Lorraine-Alsace).

Debout_la_France

"Engagez-vous, qu'ils disaient... vous verrez du pays! Qu'ils disaient..."