Jeudi 18 juin 2015 au soir à Pont Audemer, Nicolas Mayer-Rossignol, tête de liste socialiste pour les prochaines élections régionales proposait une réunion publique sur la question du futur projet culturel normand. Nous étions présents au titre du collectif Bienvenue en Normandie avec Rémi Pézeril de l'association Magène en compagnie de deux amis de la culture normande Pascal Grange et Eric Laruelle ( respectivement, associations La Chouque et Fédération des Sports et jeux traditionnels normands) pour interpeller l'éventuel futur président de région de Normandie sur la nécessité de valoriser la culture régionale normande (qu'il ne faut pas confondre avec la culture en région) avec pour urgence principale, le sauvetage de ce qui reste des parlers, patois, dialectes, bref ! ce qui reste de la langue normande dans toute sa diversité du Cotentin au Pays de Caux, les deux môles de résistance encore vivants d'une expression normande qui serait encore pratiquée par quelques 35 000 locuteurs sur les cinq départements normands.

Contrairement à la Bretagne et à la Picardie qui aident largement leurs expressions linguistiques régionales via des subventions publiques et des offices régionaux de la langue (pour le breton, le gallo ou le picard), les deux actuelles régions normandes n'accordent qu'à peine 6000 euros par an à la sauvegarde de ce patrimoine linguistique via une seule association, nos amis de La Loure basée près de Vire qui se charge des opérations indispensables de récoltage et d'enregistrement des derniers patoisants dans les campagnes normandes du Pays de Caux au Cotentin en passant par les bocages du Sud... Travail nécessaire mais travail funèbre sur un patrimoine rural et linguistique qui est en train de mourir.

Il existe heureusement d'autres approches plus dynamiques et plus militantes qui permettent une renaissance des parlers normands via, notamment, une scène des musiques actuelles d'expression normande bien éloignée des rondes folkoriques en coiffes et en blaudes... C'est l'association Magène du Nord Cotentin qui est en pointe en lien avec les locuteurs des îles anglo-normandes.

Pour fédérer les énergies et permettre enfin une véritable reconnaissance officielle de la part d'un futur Conseil Régional de Normandie, une association générale normande regroupant toutes les associations et structures actives sur la conservation et la revitalisation de l'expression normande est en cours de création (Magène, Amis du Donjon, Université inter-âges de Caen, La Chouque, Le Vicquet, Le Pucheux, Le Boués Jaun, Jeux et sports traditionnels normands... La Loure? etc...)

La double perspective de la renaissance d'une unité politico-administrative normande et de la prochaine ratification de la charte européenne des langues régionales par la France (pas avant le printemps 2016) ouvre enfin des horizons pour sortir de l'actuel mépris condescendant pour les patoisants associé à une crispation irrationnelle jacobine amalgamant patois régional et nuit bleue autonomiste... Même si le Normand comme tous les parlers d'oïl n'a pas été choisi par les autorités publiques françaises pour figurer parmi les langues régionales qui seront officiellement reconnues lors de la ratification définitive de la charte européenne, la question des langues régionales minoritaires est désormais bien posée en France, quoiqu'en penseront les souverainistes jacobins d'extrême gauche ou d'extrême droite.

Mais on constatera avec amertume, une fois de plus, le désintérêt presque total des élus Normands (sauf du côté des Ecologistes) pour la culture régionale normande voire pour la Normandie elle-même alors que ce fut sur la base du rapport d'un député normand, Hubert Bassot, le député UDF de Tinchebray (Orne) que l'enseignement du breton fut autorisé par Valéry Giscard d'Estaing dans les années 1970...

Pour éviter la mort définitive de toute expression normande en Normandie, les associations auront donc besoin d'un sérieux coup de main du futur conseil régional normand !

Rémi Pézeril a donc pris la parole en premier et a interpellé Nicolas Mayer-Rossignol sur ce qu'un futur conseil régional de Normandie pourrait accomplir en matière de promotion de l'expression normande. Nicolas Mayer-Rossignol a montré son intérêt pour la question voyant que cela pourrait participer du rayonnement général de la Normandie. Il imagine non pas la création d'un office régional spécifique mais la mise en place d'un réseau de la culture normande avec un pilotage scientifique universitaire, une action pédagogique et une diffusion culturelle via le spectacle vivant...

  • Ci -après, le compte-rendu de Pascal Grange (La Chouque):

Le  soir même, une réunion publique animée par Nicolas Mayer-Rossignol (candidat PS pour les régionales Normandie 2015) avait lieu à Pont-Audemer, une belle occasion pour interpeller le président du C.R H. Normandie sur le sujet de la culture normande. Il en ressort que suite aux trois interventions sur la culture normande (Rémi Pézeril: Magene, Philippe Cléris: B.E.N & l'Etoile de  Normandie, Eric Laruelle : Fédération des jeux & sports normands), qu'il y avait une ouverture et que les" portes n'étaient pas fermées" pour soutenir la culture normande...

Il est favorable pour soutenir des projets pédagogiques sur la langue normande et en faire la promotion auprès de l'éducation nationale, la signalisation bilingue (panneau d'entrées de commune français/normand), la toponymie ("c'est pédagogique et ludique, on retrouve l'histoire de la Normandie avec les origines celtes, saxones, vikings,..."), et qu'il est prêt à recevoir de la documentation sur les jeux et sports normands, voire à nous recevoir (car il ne les connaît pas).

Point négatif, il n'est pas pour un office public de la langue normande, donc à nous de créer une Fédération de la culture et de la langue normande !!
De toute évidence, la culture normande est compatible avec la culture en région... mais N.M.R. semble avoir du mal à admettre qu'il existe une identité normande ("c'est discutable" d'après ses dires).

Des promesses, voire des espoirs qui vont nous demander d'aller de nouveau à la rencontre des élus régionaux avec des projets "bien ficellés" (outils pédagogiques langue normande, signalisation en normand, chansons et musiques en normand, danses et traditions orales de Normandie, jeux & sports normands,...). Pour boucler cette soirée pré-électorale normande, N.M.R s'est prêté à une séance photos avec les deux  panneaux en normand: Brétot et Bricbé... une présentation réussie !!

(Merci à Philippe Cléris, Rémi Pézeril et Eric Laruelle pour leur intervention et leur présence sur les photos...)

A bétot.

Pascal Grange (la Chouque)

P1000918

  • En effet, l'après midi précédant cette soirée, le conseil municipal de Brestot (Eure) a approuvé la pose d'un panneau "Brétot" en langue normande sous les panneaux officiels.

 

  • Compte rendu de Pascal Grange: C'est un évènement pour la culture normande, mais une commune de l'Eure aura bientôt une première signalisation bilingue (français/normand) pour ces panneaux d'entrées de village (Brestot/Brétot), le processus est bien enclenché, ces panneaux en normand verront peut-être le jour dans quelques mois !! Hier après-midi, Daniel Leduc (élu conseil municipal de Brestot) Rémi Pézeril (Magène) et Pascal Grange (la Chouque), sont allés sur place à une des entrées du village avec un premier panneau en normand "Brétot", un moment historique et immortalisé par quelques photos !!

P1000912

  • Le lendemain, Rémi Pézeril était invité sur le plateau de FR3 Basse Normandie pour enregistrer l'émission "la voix est Libre" qui a été diffusée samedi 20 juin sur FR3 BN à 11h30:
  • Pour revoir l'émission:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/emissions/la-voix-est-libre-basse-normandie

  • Lire ci-après le témoignage de Rémi Pézeril:
Byin le boujou tertous !

   La commune de Brétot (écrite actuellement Brestot) a voté la pose de 6 panneaux en entrée de ville. Voici deux photos avec Daniel Leduc, conseiller municipal, et Pascal Grange, président de l'association La Chouque (Langue et culture normande, chronique en normand par Gilles Mauger dans L'Eveil de Pont-Audemer, jeux, éditions...).

    Demain à 11 h 30 sur France 3 Caen, j'ai pu montrer le panneau "Bricbé"... en direct" (l'émission est enregistrée ce vendredi dans les conditions du direct)... Vous n'avez plus qu'à regarder !  Le panneau est refusé - pour le moment ? - par le maire UMP de Bricquebec / Bricbé "
   J'ai eu fort à faire avec les deux autres invités qui la plupart du temps ont repris les préjugés  de dire que "les patois" (Roger Jouet) ne pouvaient pas s'enseigner (d'abord le français ! ... comme si des cours de normand menaçaient le français !). Eric Marie (comme souvent) n'a pas été très positif... insistant sur la diversité "des parlers". Et pourtant nous avons besoin de ramer dans le même sens ! (précision : je cite eune feire, les hérengs, l'ergent, plleume  connus dans toute la Normandie : plleume, c'est pour le son eu (comme leune, preune...) et non pour le l mouillé inconnu à l'est de la Normandie).

  L'émission trop brève s'est terminée sans que je puisse évoquer les auteurs d'aujourd'hui (des Amis du Donjon, de Domfront, de La Chouque, du Pays de Caux, des Iles...). Dommage...
   Bref comme de belles images de reportages faits avec Magène ou pendant les cours de normand és Puus / aux Pieux et à Bricbé ont été montrées, cela reste une bonne occasion de soulever quelques bonnes questions. Une émission trop consensuelle se fait moins remarquer qu'une un peu polémique ! A vous de juger et de commenter !

   Les journalistes étaient satisfaits de ce débat. Merci à Sylvain Rouil et Rémi Mauger !

Les listes des communes et de leurs prononciations normandes seront bientôt sur mon blog "langue normande".
Rémi Pézeril

magène.com a de plus en plus de visiteurs, bravo Daniel qui gère le site !


 

Commentaire de Florestan:

Nous avons vu l'émission: elle était intéressante, le journaliste connaissait le sujet et l'a abordé de façon bienveillante. Confirmation que Roger Jouet est un gourmand (cf. son livre sur les "friandises" normandes sur les expressions savoureuses du terroir normand) mais il est surtout nécrophile !

On regrettera qu'une vision plus générale de la situation des patoisants en Normandie (oubli du Pays de Caux et des îles) ne nous a pas été proposée !