La solution d'équilibre que nous avons amplement présentée ici fait désormais consensus partout en Normandie mais aussi partout sur l'échiquier politique... sauf chez quelques derniers forcenés partisans du Toutarouen qu'on trouvera dans le rang de quelques fabiusiens socialistes rouennais crépusculaires mais aussi dans l'entourage de Madame Guégot à droite: en fait, bien peu de monde, ces gens n'ayant que peu d'existence par eux-mêmes à moins d'être les pantins de jeux politiciens parisiens qui nous dépassent et dont les Normands n'ont que faire !

Résultat de recherche d'images pour "drapeau normand"

  • Rouen métropole préfecture régionale
  • Caen technopole exécutif régional avec aussi l'académie, la direction des universités et la DRAC
  • A Caen et à Rouen: des directions du futur conseil régional et une assemblée plénière se réunissant tant à l'abbaye aux Dames qu'à la caserne Jeanne d'Arc

Voilà la seule solution "efficiente" possible au regard des réalités géographiques normandes: la polycentralité a des avantages que les jacobins adeptes de la centralisation à tous les étages n'arrivent toujours pas à saisir... Tant pis pour eux !

Le fédéralisme normand progresse dans les consciences : enfin !


 

http://www.ouest-france.fr/normandie-2016-le-conseil-du-calvados-veut-un-conseil-regional-caen-3514579

Normandie 2016. Le conseil du Calvados veut un conseil régional à Caen

Les élus départementaux ont fait le voeu, ce vendredi 26 juin 2015, à l’unanimité, que le futur conseil de la région Normandie soit basé à Caen.

Le conseil départemental du Calvados veut un conseil régional à Caen. Les élus départementaux ont fait le vœu ce vendredi, à l’unanimité, que le futur conseil de la région Normandie soit basé à Caen « dans un souci d’équilibre entre les territoires ».« Caen est la grande ville, la plus centrale et la plus accessible du futur territoire normand, estiment les élus dans un communiqué commun. Une évidence géographique ».

« Le conseil régional ne doit pas, sauf vote contraire, être dans la même aire urbaine que la préfecture, représentant le pouvoir de l’État, ajoutent-ils. Au contraire, c’est à l’État de s’adapter aux réalités locales pour organiser l’implantation de l’ensemble de ses services déconcentrés ».