L'accord dit "276" de coopération de finances et de projets mis en oeuvre en 2005 par Alain LE VERN sur une idée de Laurent FABIUS, noué entre deux conseils départementaux (Eure et Seine-Maritime), un conseil régional (Région Haute-Normandie) et une agglomération urbaine (la CREA puis Rouen Métropole Normandie) était une belle et bonne idée qui aura pu mettre sur la table près d'un MILLIARD d'euros par an pour tous les projets de développement local.

Résultat de recherche d'images pour

Mais cette belle idée de "socialisme" territorial limitait sa solidarité aux seules collectivités territoriales socialistes fabiusiennes (Le Havre et son agglomération furent tardivement ou ponctuellement incorporé au dispositif), voire, la limitait aux seules collectivités territoriales socialistes fabiusiennes de Haute-Normandie, ignorant avec une morgue stupide les collectivités territoriales socialistes fabiusiennes de Basse-Normandie, peut-être plus en avance dans la belle idée d'un "socialisme" territorial régional normand qui impliquait cette fameuse réunification qu'un satrape demi-régional haut-normand socialiste fabiusien a eu si longtemps, trop longtemps, en horreur !

La transformation de la région Haute-Normandie en "super département" grâce à la puissance financière de cet accord "276" avait, en effet, le double avantage de rendre (provisoirement) caduque la nécessité de faire l'unité normande tout en transformant la Haute-Normandie en "bunker fabiusien" !

Mais les temps de la "Satrapie LE VERN" sont heureusement achevés: pour que l'unité normande soit effective et soit réalisable comme projet politique il faut bien en finir avec la "captivité fabiusienne" de la Normandie... Le changement, c'est maintenant !

Et nous sommes ici les premiers à déplorer la façon dont une aussi belle idée politique aura pu être littéralement salopée par de la Politique avec un petit... "p" justement pour le profit d'un clan ! D'une baronnie, d'une féodalité qui osait faire la leçon aux militants de l'unité normande accusés de soutenir une idée "folklorique, médiévale ou appartenant au passé" (dixit le ci-devant satrape demi-régional Alain Le Vern)...

Alors, quand le tout nouveau "G5" départemental normand désormais entièrement passé à droite (UDI / "Les Républicains") lors dernières élections départementales de mars 2015, réuni récemment à Giverny, annonce la mort du 276 pour laisser place aux fondations d'un véritable "fédéralisme" normand, nous préférons ici nous réjouir qu'une aussi belle idée puisse ainsi ressusciter à l'occasion du printemps de l'unité normande  voulu et mis en branle par un certain... François Hollande, rouennais, président socialiste (et non fabiusien) de la République Française:

Les fossoyeurs d'une solidarité territoriale maximale expérimentée en Normandie grâce au "276" ne sont donc pas ceux que l'on croit !

LE 276 EST MORT !  PLACE AU 27614 + 50 !

Autrement dit:

VIVE LE FEDERALISME NORMAND !

  • Ci-après, petite revue de presse (Paris-Normandie) avec les réflexions et déclarations des uns et des autres. Notre regret, c'est que le passage du 276 au fédéralisme normand à 5 + 1 (le futur conseil régional de Normandie), aurait dû se faire dans la sérénité et la confiance avec un système provisoire d'accompagnement des projets en cours pour passer d'un système à l'autre sans rupture de l'action publique. La prise de relai se fait donc dans la polémique: c'est donc la preuve que le "276" était déjà mort dans son esprit avant sa mise à mort effective !

 

MORTdu_276_1

MORT_du_276_2

MORT_du_276_3

MORT_du_276_4

MORT_du_276_5


 

Commentaire de Florestan:

Le "fédéralisme normand" qui enthousiasme Jean-Léonce DUPONT ne doit pas être... mesquin ! La simple mutualisation de certains services départementaux ou la chasse aux fraudeurs surtout chez les pauvres, si on en restait là, pourraient nous faire regretter le... 276 à la mode fabiusienne !