Et a frappé fort au porte monnaie du contribuable fécampois... Le nouveau musée très attendu des "Pêcheries" valorisant le patrimoine maritime des Terreneuvas de Fécamp qui devait ouvrir n'ouvrira pas pour cause de malfaçons d'architecte créatif fâché avec les normes de sécurité ! Le bâtiment qui devait revenir à 8 millions d'euros en coûtera vraisemblablement le double avec, à la clef, comme d'habitude désormais avec l'architecture contemporaine, un fort contentieux juridique.

Résultat de recherche d'images pour "le bout menteux"

"Le bout menteux": au bout du grand quai de Fécamp on trouvait autrefois des marins très éloquents... Parfois trop !

En attendant la fin des travaux et avant que les procès ne commencent, les Fécampois comme les touristes, attendent l'ouverture tant promise !


 

À Fécamp, un lobby veut peser sur le futur musée des Pêcheries

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3710969/newsletters/a-fecamp-un-lobby-veut-peser-sur-le-futur-musee-des-pecheries#.VbNuYPkZZ_l

 

À Fécamp, un lobby veut peser sur le futur musée des Pêcheries

 

Pêcheries. Les Amis du Vieux Fécamp, de la côte de la Vierge et l’association des Terre-Neuvas veulent que le futur musée des Pêcheries ouvre au plus vite, porte un autre nom et que les responsables du fiasco soient punis.

«Fécamp c’est la ville du poisson fumé. Mais nous, on s’est bien fait enfumer avec le musée des Pêcheries!» déclare avec le sens de la formule Jean-Claude Omont, le président des Amis du Vieux Fécamp, hier après-midi, au cours d’une rencontre dans l’ancien hôpital. Jean-Claude Omont participe à une réunion avec notamment Jean-Pierre Quevremont, président des Amis de la côte de la Vierge et Daniel Savoye, président de l’association des Terre-Neuvas, dont les locaux se situent dans cet ex-centre hospitalier. L’ouverture tant espérée mais reportée de ce nouvel écrin touristique est à l’ordre du jour.

Les trois associations, très attachées au patrimoine local, sortent de leur silence pour tenter de peser sur le calendrier, voire influer sur l’appellation de ce musée, érigé à l’angle du Grand Quai. «Il a pour nom «musée des Pêcheries», mais nous souhaitons et militons pour qu’il s’appelle «Musée des Pêcheries, des Arts et des Terre-Neuvas», insiste Daniel Savoye, avant d’ajouter : «C’est un minimum au regard de ce qu’était ce «grand métier» dans l’esprit des Fécampois, de ce qu’il apportait pour notre ville de Fécamp.» Les autres participants acquiescent, d’autant plus que l’ancien Musée des Terre-Neuvas est désormais fermé, voué à rejoindre le site des Pêcheries.

Jean-Pierre Quevremont n’en veut pas à la nouvelle municipalité, élue l’an dernier : «On soutient Marie-Agnès Poussier-Winsback (maire) dans ce dossier. Nous l’avons même prévenue que nous organisions cette réunion. Dans l’esprit de la Ville, l’ouverture pourrait se faire en 2016. Mais le délai d’ouverture est hypothétique» (nos éditions du 17 avril et du 19 juin).

Ouvrir au plus vite

Jean-Claude Omont vit mal certaines remarques d’habitants à son endroit : «On nous reprochait d’être un peu passifs sur ce dossier, nous les associations. Mais nous ne voulons en aucun cas gêner le travail de la municipalité. Le dossier est sensible et ne peut être réglé que par les autorités compétentes.»

Le président de l’association des Amis du vieux Fécamp est au moins sur la même longueur d’onde que l’actuelle majorité pour dénoncer la visite organisée sur le chantier du futur musée, l’année dernière, avant les élections municipales : «Pour la Saint-Pierre des Marins, ils ont déclaré avoir reçu 2500 personnes dans ce bâtiment. Cela laissait augurer une ouverture imminente. Il y a eu une communication mensongère.»

Patrick Jeanne, l’ancien maire PS, a cependant répété en conseil municipal que lui aussi avait été mis devant le fait accompli. Marie-Agnès Poussier-Winsback (Les Républicains), qui lui a succédé, a annoncé son intention d’ester en justice, pour une recherche en responsabilité.

Avec 15 millions d’euros déjà engagés par la collectivité et un surcoût estimé à 250 000 € pour les mises aux normes, non prévues initialement, le projet s’apparente à un fiasco financier. Les trois associations, très en colère, aimeraient que la Ville attaque dès maintenant, dans l’espoir de trouver des coupables. Mais la collectivité donne la priorité à l’achèvement des travaux et à l’ouverture au public. Une bataille judiciaire immédiate, constituée d’expertises et de contre-expertises, risquerait encore de retarder l’ouverture...

Arnaud Commun

Pratique

Décalages

Le coût total du musée des Pêcheries était estimé à 8millions d’euros. Il coûtera finalement près de deux fois plus...
Le musée des Terre-Neuvas a été fermé en 2012, alors que le musée des Pêcheries était encore loin d’ouvrir. En conséquence, les collections de l’ex-musée des Terre-Neuvas sont invisibles du public, actuellement. «La fermeture prématurée du musée des Terre-Neuvas, boulevard Albert 1er est une aberration», soutient Jean-Claude Omont. «C’est l’ABC du management, ne pas fermer avant de s’assurer de l’ouverture.»

Les recettes attendront

La Ville espérait 300000euros de recettes annuelles de ce musée, en retard sur les normes.

«Actuellement, le palais Bénédictine reçoit 115000 visiteurs par an. Au musée des Pêcheries, 50000 étaient attendus», explique Jean-Pierre Quevremont, avant d’expliciter sa pensée : «A 5euros le ticket d’entrée, on voit tout de suite l’argent qui n’est pas rentré dans les caisses.» Au contraire, pour le moment c’est le contribuable qui paye. Marie-Agnès Poussier-Winsback rappelait il y a quelques semaines que «300000€ de recettes étaient espérés chaque année». Mais il n’accueillera pas de visiteurs avant 2016, voire 2017. Des travaux de mise aux normes (sécurité incendie) restent à réaliser sur ce bâtiment situé sur la presqu’île. La maire les résumait aussi dernièrement : «Un escalier de secours n’est pas aux normes. Il faut casser et refaire» ; «Nous attendons une solution technique pour le désenfumage» ; «Il semblerait que nous soyons obligés de procéder au flocage des poutres secondaires. Il s’agit de la résistance au feu des plafonds.»

En attendant, l’ouverture du musée a été annoncée à tort sur des dépliants culturels : «L’aura de Fécamp en prend un coup», déplore Jean-Claude Omont. Car certains touristes se cassent le nez sur la porte...


 

Commentaire de Florestan:

Le "bout menteux", une jolie tradition locale, a encore frappé !

http://boutmenteux.net/