Hervé MORIN avait tiré le premier le 5 septembre dernier à Epreville en Lieuvin à l'occasion de la fête de la Pomme en proposant un discours de campagne normand plutôt offensif, qui pourrait satisfaire, a priori, la plupart de nos inquiétudes normandes. Mais compte tenu des marges de manoeuvre financières dont pourra disposer la future région normande et de l'ampleur des urgences, il serait judicieux de ne pas faire trop de promesses aux Normands !

C'était ce week-end au tour de Nicolas MAYER ROSSIGNOL d'entrer dans la lice sur un ton plus modeste en faisant le pari peut-être tout aussi risqué que celui fait par Morin avec son offensive normande, de ne pas subir une campagne régionale que les socialistes, craignant une sanction nationale, espèrent secrètement mettre sous le boisseau !

Entre excès d'emphase d'un côté et modestie calculée de l'autre, on se demande quand on va enfin pouvoir parler clairement, authentiquement, concrètement de la Normandie et de toute la Normandie à tous les Normands d'ici le mois de décembre prochain !


 

http://www.tendanceouest.com/actualite-115269-nicolas-mayer-rossignol-je-veux-porter-renouveau-de-la-normandie.html

Nicolas Mayer-Rossignol : "Je veux porter le renouveau de la Normandie"

13h30 - 12 septembre 2015 - par L.D.

Nicolas Mayer-Rossignol, président socialiste de la Région Haute-Normandie et tête de liste pour les élections régionales des 6 et 13 décembre prochains, a fait sa rentrée politique ce samedi 12 septembre à Pont-Audemer, accompagné du président de Basse-Normandie Laurent Beauvais. L'occasion d'aborder la campagne à venir.

Pour le projet, il faudra passer son tour. "Aujourd'hui, nous présentons un bilan. Ensuite viendra le temps du projet", évacue Nicolas Mayer-Rossignol. Le bilan, selon le président de la Région Haute-Normandie, est bien sûr positif : "Nous sommes une région bien gérée, la mieux gérée de France", assure-t-il. Sur quoi s'appuie l'élu pour oser une telle affirmation ? Sur le chiffre de la dette : "Nous avons une dette raisonnable, à hauteur de 129€ par habitant quand elle est de 23 000€ à l'échelle nationale. Cette dette, nous pouvons la rembourser en totalité en moins d'un an." De cette faible dette découlerait une capacité d'investir qui ferait de la Région "le premier investisseur public du territoire".

"Sortir des campagnes électorales à l'ancienne"

Si Nicolas Mayer-Rossignol et les autres candidats (Laurent Beauvais l'est dans l'Orne, Raphaël Chauvois dans le Calvados, Marc-Antoine Jamet dans l'Eure, Stéphane Travert dans la Manche) n'ont pas encore présenté leur projet, la tête de liste veut une campagne renouvelée. "Je veux sortir de la campagne électorale à l'ancienne. Aujourd'hui, nous avons des élus en poste depuis 30 ans qui, qu'ils gagnent ou qu'ils perdent, sont toujours là. Les Normands ne veulent plus de ceux-là." Et le candidat de rajouter qu'il veut "porter le renouveau de la Normandie dans son développement comme dans la façon de faire de la politique. Je veux une campagne plus directe, plus réactive".

Une campagne de terrain

Directe, cette campagne devra l'être. Il ne reste en effet qu'à peine plus de deux mois pour convaincre les électeurs. Et Nicolas Mayer-Rossignol devra séduire les Bas-Normands, qu'ils le connaissent moins. Lui compte sur sa présence sur le terrain et sur les candidats de ces territoires, "des élus de terrain, présents partout".


 

Commentaire de Florestan:

Il faudrait surtout que Nicolas Mayer Rossignol soit enfin plus clair sur la question de la "capitale" pour que l'on ne soit pas encore affligé d'un clochermerle inutile pendant... deux mois !


 

  • Voir aussi l'article de Paris-Normandie:

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/3991680/newsletters/regionales-nmr-defend-son-bilan-du-renouveau-avec-de-l-ancien#.VfWy-5eD3v0

Régionales. NMR défend son bilan: du « renouveau » avec de l’ancien

Publié le 12/09/2015 á 22H54

Politique. Nicolas Mayer-Rossignol a officiellement lancé sa campagne pour les élections régionales hier. Le président-candidat y a surtout défendu son bilan

http://www.paris-normandie.fr/documents/10157/0/image_content_general_19370658_20150912224441.jpg

NMR entouré de cinq hommes et cinq femmes : les têtes de liste des cinq départements normands (photo B. Maslard)

Du « renouveau » avec de l’ancien ! Les socialistes de la région avaient promis «un projet» et «des surprises». À moins de trois mois des échéances, les journalistes ont dû se contenter, hier à Pont-Audemer, d’orientations générales en guise de dessein politique et de vidéos dans le paquet cadeau de Nicolas Mayer-Rossignol. De fait, le lancement officiel par une conférence de presse de la campagne pour les élections régionales à Pont Audemer au Théâtre de l’Éclat... en a un peu manqué. Mais c’est aussi ça le « renouveau », son credo de la campagne : proximité et simplicité. Le presque quadra - qui ne le parait pas - s’oppose ainsi à « la politique à l’ancienne » d’en face.

NMR et les autres têtes de liste, dont son homologue bas-normand Laurent Beauvais pour l’Orne, ont égrené les réalisations, le bilan de l’action des cinq dernières années - « pour ma part d’un an et demi», précise NMR, qui a succédé à Alain Le Vern en octobre 2013 - des mandatures socialistes de bientôt feu les régions Haute et Basse-Normandie. La Haute restant « la mieux gérée de France», en raison notamment de la dette presque insignifiante.

Vidéos-témoignages

«Ce n’est pas de l’autocélébration», minore NMR. Mais ça y ressemble. D’autant que deux vidéos sont venues renforcer ce sentiment. Sur la première, Pierre Sineux, président de l’Université de Caen-Normandie, encense «l’efficacité des mesures prises» et la personnalité de Laurent Beauvais. La deuxième présente Frédéric Granotier, le PDG de Lucibel, entreprise qui a relocalisé la production de ses ampoules LED à Barentin, «grâce à Nicolas Mayer-Rossignol » qui l’a « épaté dès la première réunion ». Le patron va même jusqu’à dire : « Je n’ai jamais voté à gauche, mais si j’étais en Normandie, je voterais pour lui », mais précise tout de même qu’il a bénéficié d’un prêt «remboursable» de la Région. L’extrême-onction du business n’est pas de trop quand on est socialiste, même auparavant vice-président en charge de l’économie...

Ces vidéos de «témoins de la société civile» devraient ainsi s’enchaîner quotidiennement jusqu’au premier tour des élections, les 6 et 13 décembre prochains.

Nicolas Mayer-Rossignol a donc tenté de faire du neuf avec de l’ancien, dans une sorte de home staging politique. Pour les gros travaux, on verra plus tard... Et même s’il reconnaît qu’«on ne gagne pas sur un bilan» (le fantôme politique de Jospin passe), pour contrer la « politique à l’ancienne», pas sûr qu’une conférence de presse dans une salle de spectacle plutôt que «de grands meetings» et des vidéos, même bien faites, suffisent. C’est sûrement pourquoi NMR a promis « d’autres surprises »...

Joce HUE


 

Commentaire de Florestan:

Pour avoir enfin une "surprise" normande il faudra attendre le mois de... novembre ! En attendant, place au bilan (en évitant de trop parler de Le Vern) avec un joli pin's normand (arborant les deux léopards): si un jour Alain Le Vern ose monter sur la scène d'un meeting avec deux léopards socialistes épinglés à la boutonnière, c'est promis ! on lui fera un gros bisou !!!