A quelques semaines de bien ternes élections régionales françaises où les citoyens habitants vont être convoqués pour élire de fantômatiques conseils régionaux présidant aux destinées incertaines de grands machins néo-régionaux, comme par une salutaire ironie du sort, avant la mascarade régionale française de décembre prochain, un scrutin régional dans la région autonome de Catalogne, encore en Espagne (rappelons que le Roi d'Espagne est encore officiellement "Comte de Barcelone") fait office de contre exemple absolu, à l'autre bout du spectre qui nous permet de penser le fait régional en Europe, à l'instar d'un thermomètre entre le glacé (la question régionale en France, toujours vide de sens dans un vieux pays centralisé et jacobin) et le brûlant (la question régionale en Espagne où le régionalisme s'apparente au séparatisme nationalitaire)...

Résultat de recherche d'images pour  

Le drapeau de la Catalogne indépendantiste et le drapeau normand à la croix de Saint Olaf: l'un a une prétention nationalitaire que l'autre se gardera bien d'avoir... Voici pourquoi:

En France, l'exemple catalan ravira donc tous les extrémistes!

Les extrémistes du régionalisme différentialiste, autonomiste et séparatiste (certains militants corses, bretons, basques voire alsaciens) rêvent pour leurs régions perçues comme "identitaires" d'une belle salade catalane (pas si ragoûtante que cela à y regarder de plus près: les régionalistes catalans, bien qu'ils aient obtenu dimanche dernier la majorité absolue au parlement de la "Généralitat"sont très divisés...)

Mais aussi...

Les extrémistes du Jacobinisme à la française qui peuplent la haute fonction publique très réticente depuis des années à tout approfondissement de la décentralisation, qui s'expriment à droite avec le Front National et Debout la République (Nicolas Dupont-Aignan) et à gauche autour de Jean-Pierre Chevènement ou du Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon ouvertement nostalgique de Maximilien de Robespierre et sa "République une et indivisible" au prix de la guillotine ! Et qui ne manqueront pas de fustiger le régionalisme comme un égoïsme territorial ou un communautarisme chauvin opposés à la nécessaire solidarité nationale et républicaine !

Nous avons déjà dit ici, au risque de ne pas plaire à tout le monde que les premiers étaient les idiots utiles des seconds...

Pour un résultat proche de zéro:

Bretagne: toujours pas réunifiée !

Alsace: subordonnée dans une grande région Est

Corse: balkanisée entre régionalistes corses !

Pays basque: toujours pas reconnu !

Alors une fois de plus, constatons que le 20°C du régionalisme se trouve en... NORMANDIE !


 

  • Pour suivre l'actualité en Catalogne:

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/09/27/catalogne-victoire-des-independantistes-aux-elections-regionales_4774173_3214.html