Tout le monde s'accorde sur l'évidence: dans l'actuelle réforme, la seule fusion régionale légitime et naturelle était celle de la Normandie! Mais il fallait, semble t-il, labourer toute la carte régionale française pour imposer cette évidence aux socialistes fabiusiens haut-normands qui, pendant quinze ans, ont tout fait pour non seulement, refuser de voir cette belle évidence, mais encore pour la saboter !

Le refus rabique d'Alain Le Vern d'approfondir les coopérations interrégionales normandes...

entre Haute et Basse sous prétexte qu'elles ne feraient qu'anticiper une fusion normande future, a affaibli le potentiel normand commun en lui infligeant ce refus stérile et idéologique d'un pilotage commun et d'une vision commune tout en gaspillant inutilement l'argent des contribuables Normands dans des politiques alternatives de coopérations interrégionales avec les régions voisines (Bretagne, Picardie, Centre et Ile de France) qui furent plus négatives que positives pour la valorisation de la Normandie dans son ensemble: la fusion de la Normandie pourtant si évidente et naturelle aujourd'hui depuis que le grand patron qui siège à l'Elysée en a décidé ainsi depuis juin 2014 n'a donc pas été préparée par la majorité socialiste régionale sortante qui est aux affaires depuis 1998 en Haute et 2004 en Basse ! Bien au contraire...

 

Lors de la dernière séance du conseil régional de Basse-Normandie, le drapeau normand blasonné aux deux léopards a fait son apparition!

 

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=953257244709908&set=pcb.953258368043129&type=3&theater

C'est ainsi que lors de la dernière plénière de l'histoire du conseil régional de Basse- Normandie le 15 octobre dernier, Jean-Karl Deschamps nous annonçait la mise en ordre et en oeuvre d'une puissante filière régionale normande des Energies Marines Renouvelables qui fera de la Normandie la première région française en la matière avec la création d'une agence régionale normande spécialisée, d'un comité de pilotage régional associant tous les acteurs normands de la filière, la création d'une formation spécialisée à Cherbourg avec l'AFPA et INTECHMER et la mise en réseau des ports concernés par la maintenance et la construction des machines (Cherbourg, Le Havre, Ouistreham et Dieppe) et surtout par la coordination normande des clusters d'entreprises et de laboratoires déjà existants autour des universités de Caen et de Rouen (GREENMAR à Caen et CEVEO à Rouen soit 32 labos et entreprises qui vont faire des universités normandes le premier pôle de recherche français sur les EMR) ce qui devrait obliger l'IFREMER dont le siège national est parti à Brest a enfin ouvrir une antenne régionale normande !

Le 23 septembre 2015 au Havre les premières assises normandes des EMR eurent lieu pour jauger le potentiel immense de la future Normandie en la matière: premier potentiel européen en matière de courants de marée (hydroliennes) et trois projets de parcs éoliens marins au large des côtes normandes (viables à condition qu'il n'y ait pas de pollution visuelle avec un littoral normand patrimonial et touristique et qu'il y ait complémentarité avec les activités de pêche et de préservation des ressources halieutiques avec création de refuges marins au pied des éoliennes et enfouissement des câblages sous-marins).

Un modèle normand de la coopération industrielle dans le domaine maritime émerge enfin (en attendant la création du grand réseau portuaire normand porte de l'Europe autour d'un GIE Haropa dont la direction stratégique doit être délocalisée en Normandie) et Jean-Karl Deschamps de dire fort symboliquement lors de cette présentation dans la salle "Guillaume" du conseil régional de Basse-Normandie en l'abbaye aux dames de Caen: "Laurent Beauvais nous parlait autrefois du modèle breton. Désormais il nous parle d'un modèle normand".

Car les coopérations stratégiques développées depuis 2004 par Philippe Duron et Laurent Beauvais entre la Basse-Normandie et la Bretagne pour contourner le refus d'Alain Le Vern qui préférait causer avec les Picards tout en croyant naïvement s'arranger d'égal à égal avec la région parisienne, sont un échec surtout pour la Basse-Normandie et donc pour le potentiel normand dans son ensemble!

Avec nos amis de l'Union pour la Région Normande (URN) nous avons ici dénoncé les méfaits de la coopération pour le moins déséquilibrée entre la Basse Normandie et le Pôle Mer Bretagne avec un fort risque de siphonage des talents et potentiels normands au profit des Bretons: espérons qu'avec la montée en puissance du modèle normand, il soit rapidement un terme à ce chemin de servitude car la Normandie occidentale apporte à la future Normandie son potentiel d'économie littorale et maritime parfaitement complémentaire du grand commerce maritime et logistique haut-normand.

Car il faut maintenant s'inquiéter du fait que le potentiel agroalimentaire, l'autre grande richesse que la Basse-Normandie doit apporter au pot commun normand ait subi le même sort: la coopération de la Basse-Normandie au pôle breton Valorial est tout aussi déséquilibrée en faveur des Bretons que la coopération avec le Pôle Mer Bretagne...

  • Lire ci-après la dernière note publiée par l'Union pour la Région Normande:

PARTENARIATS