On vient de signaler à la rédaction de l'Etoile de Normandie l'existence d'une très belle anthologie de la poésie normande qui pourrait être offerte à celles et ceux que vous aimez à l'occasion du retour historique de notre belle Normandie à l'unité de lieu, de temps et d'action...

Un travail magistral réalisé par Christophe DAUPHIN pour parcourir de Wace à Senghor notre belle "terre de sapience"...

riverains

« De son acte de naissance, à Saint-Clair-sur-Epte, en 911, jusqu'à nos jours, (...) la Normandie ne s'illustra pas seulement par des faits d'armes, de conquêtes et de puissance, mais aussi par un rayonnement culturel important qui ne s'est jamais démenti et dont les poètes furent souvent les fers de lance… »

Dès la préface, « éloge de la Normandité », terme de Léopold Sedar Senghor, Christophe Dauphin donne le ton du travail gigantesque qu'il a réalisé. Ces Riverains des falaises sont réunis par l’un des leurs, avant tout poète. Cette anthologie, première du genre sur une aussi longue période, n’est pas régionaliste ; elle entrouvre la Normandie et tous les vents littéraires et historiques qui l’ont fait frissonner ou tempêter. Sans se contenter d'une collection chronologique, Christophe Dauphin engage à des découvertes, des redécouvertes, rouvre l’anticonformisme, l’ambiguïté, la suffisance, le bien-vivre, la créativité, l’ambivalence des Normands. Cette anthologie s’ouvre aussi aux « Frères et soeurs des vagues », pour lesquels la Normandie fut terre d’accueil, d’exil parfois, et de création.


Avec des notes personnalisées pour chacun, quelques-unes présentant des points de vue originaux sur des poètes universellement reconnus ou balayant des clichés, l’anthologie Riverains des falaises rend aux poètes injustement écartés des tables la place et la stature qui ne leur sont pas accordées. Corneille ou Allais, Barbey d'Aurevilly ou Queneau, Breton ou Hugo ont leur part, parfois inégale, d'oreilles et d'yeux. Qu’en est-il de poètes de toute première importance tels Le Houx, Sigogne, Saint-Amant, Blessebois, Glatigny, Gourmont, Delarue-Mardrus, Harel, Fleuret, Limbour, Prevel, Duprey…? et qu'en sera-t-il des contemporains qui seront la mémoire de notre époque ?

Les Riverains des falaises présentent le large éventail des poètes dont les écritures font apparaître les traits du visage de la Normandie, vivante, chaleureuse, parfois fermée, taiseuse, ou rebelle, et sentimentale, bouleversante, dans ses antinomies de terre et d'eau, d'arbres et de migrateurs.

Ce livre est publié avec le soutien

du Conseil Régional de Basse-Normandie
(et du Centre Régional des Lettres de Basse-Normandie),
de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (Drac) de Haute-Normandie,
du Conseil Régional de Haute-Normandie
(et de l’Agence Régionale du Livre de Haute-Normandie),
de la commune de Martigny (76)

Pour en savoir plus sur Christophe Dauphin et commander en ligne cet ouvrage indispensable à toute bonne bibliothèque normande, voir le site des éditions Clarisse:

http://www.editions-clarisse.net/pages/riverains.php


 

Commentaire de Florestan:

Ce billet est notre réponse à tous les chauvinismes régionalistes crétins ainsi qu'à tous les crétins qui voient du chauvinisme régionaliste partout!