Marche voire carpette de la Bretagne voisine ou Porte de la Normandie? Le Sud Manche (Avranchin et Mortanais) hésite encore, dumoins certains élus alors que l'unité régionale de la Normandie va arriver dans quelques semaines et que ses effets puissants ne manqueront pas de s'imposer sur la vie locale ou micro locale des élus qui seront bien content de trouver LE guichet d'un conseil régional beaucoup plus fort qu'aujourd'hui pour participer au financement de tous leurs projets.

Ne plus être une marche de Bretagne, il était temps! Mais il serait enfin temps aussi d'arrêter de dauber la Normandie. Il serait enfin temps d'asseoir ses deux fesses sur la bonne chaise ! La chaise normande...

Afficher l'image d'origine

Entre la chaise bretonne et la chaise normande, certains élus locaux du Sud Manche persistent dans leur posture masochiste!

Lire ci-après les réflexions de Bernard Tréhet, le maire de Brécey désireux de créer une grande intercommunalité du Mont Saint Michel. Mais qui peine à savoir où elle pourrait finalement se trouver entre une marche bretonne et un éden normand!


 

http://www.lamanchelibre.fr/actualite-119998-bernard-trehet-reve-une-communaute-agglomeration-du-mont-saint-michel.html

Le 07 novembre 2015 à 14:22

Samedi 7 novembre, sur son blog, Bernard Tréhet a livré son sentiment sur la création d'une grande communauté de communes dans le sud-Manche.

Le 30 septembre dernier, la préfète de la Manche soumettait aux élus une proposition de découpage du département. Proposition rejetée ce vendredi 6 novembre par les conseillers départementaux de la Manche. Pour Bernard Tréhet, conseiller départemental et maire de Brécey, l'idée d'une grande communauté de communes tournée vers le Mont-Saint-Michel est la voie à suivre. "Le Mont n'est pas une excroissance accidentelle des territoires de l'Avranchin et du Mortainais; il en est le lien et le poumon qui les fait respirer", explique-t-il.

Pour l'élu du sud-Manche, l'union fait la force et la création d'une grande intercommunalité est une chance. Il n'oublie cependant pas les inquiétudes qui peuvent apparaitre sur le territoire : "Une inquiétude  bien légitime quand on sait comment la réforme a été  échafaudée sans en analyser les conséquences. Qu'adviendra t'il de la proximité avec le citoyen, de la réactivité, et l'efficacité. Nonobstant les retombées négatives sur la ruralité et la démocratie locale. Sans oublier les incertitudes concernant l'organisation administrative et les personnels."

Bernard tréhet conclut sur une note positive : "La Communauté d'agglomération du Mont-Saint-Michel n'est plus un rêve; elle devient une réalité, se refusant d'être seulement une marche de la Bretagne ou l'eden de la Normandie."

Une interrogation demeure : Bernard Tréhet rêve-t-il de prendre les commandes d'une telle communauté de communes, sachant que le maire d'Avranches, David Nicolas, a toujours professé vouloir se consacrer exclusivement à sa commune. Et question subsidiaire : qu'advient-il alors du député Les Républicains Guenhaël Huet, actuel président de la communauté de communes Avranches-Mont-Saint-Michel ?