Enfin, les masques tombent!

Depuis des mois, les deux quotidiens régionaux qui continuent à se partager notre Normandie en deux zones de diffusion qui s'ignorent ou presque, nous donnaient régulièrement des nouvelles d'un improbable "match" entre Caen et Rouen pour le titre encore plus improbable de capitale de la "nouvelle grande Normandie" (dixit Monsieur Lalay de Ouest-France).

Dans cette mauvaise aventure, des élus municipaux, un ancien ministre socialiste portant chapeau rond, des particuliers anonymes ou un célébrissime philosophe médiatique, quelques socio-professionnels Caennais ou Rouennais ont alimenté un clochemerle largement instrumentalisé par les directions éditoriales de deux quotidiens régionaux refusant d'anticiper et de s'adapter aux nouvelles réalités normandes pour des raisons différentes:

  • Du côté du quotidien ligéro-breton on prétendait, jusqu'à très récemment, qu'il serait techniquement et financièrement difficile de couvrir toute la Normandie par une édition régionale spécifique sachant que l'information normande est déjà sous-traitée (dans tous les sens de l'expression) au niveau des 28 titres hebdomadaires locaux normands de la filiale Publihebdos: évidemment, du côté de Rennes, on vit mal la montée en puissance de l'évidence normande tant il est paru normal pour les Bretons que la seule identité régionale légitime à l'Ouest de Paris ne peut être que l'identité bretonne diffusée quotidiennement dans les pages de Ouest France de Honfleur à la Roche sur Yon.
  • Du côté du quotidien haut-normand encore proche du pouvoir des Fabiusiens Rouennais, la crainte était plutôt de voir monter en puissance la ville de Caen comme "capitale politique" de la future Normandie au détriment de Rouen et surtout à l'avantage du concurrent Ouest-France pour la couverture médiatique de la vie politique normande...

On ne pourra qu'être tristement consterné par le niveau de réflexion de l'argumentaire pour justifier ces deux impostures et on en vient presqu'à se réjouir de la nouvelle suivante:

Ouest-France annonce qu'il sortira dès janvier 2016 des éditions quotidiennes régionales version papier dans l'Eure et la Seine Maritime

Au moins les choses sont claires! Fini le clochemerle Caenno-rouennais, on passe enfin au VRAI MATCH !

  • Ci-après, dans un entretien qui restera mémorable sur l'antenne FR3 Haute Normandie, le très hypocrite François-Xavier LEFRANC, rédacteur en chef des éditions de la Pravda Ligéro-bretonne abdique devant la montée en puissance de l'évidence normande, en annonçant une 54ème édition régionale pour toute la Normandie, une grande région "naturelle" avec une façade maritime "très importante": "il n'aurait pas été normal d'informer totalement tous nos lecteurs normands"  déclare-t-il en substance.

 

  • Afficher l'image d'origine

Les léopards normands boivent du petit lait !

 

Le quotidien Ouest-France arrive en Haute-Normandie

Le 1er journal quotidien de France prépare une 54e édition qui sera diffusée dans l'Eure et en Seine-Maritime

  • Par Richard Plumet
  • Publié le 13/11/2015 | 12:24, mis à jour le 13/11/2015 | 12:37

© Richard PLUMET / France 3

Un nouveau journal pour la Normandie réunifiée

La rumeur courait depuis des semaines : le quotidien régional Paris-Normandie ne sera plus le seul en Haute-Normandie puisque son concurrrent bas-normand, Ouest-France, s'apprête à le rejoindre sur son territoire.

Ce jeudi (12 novembre), le rédacteur en chef des rédactions de Ouest-France était l'invité du JT 19/20 de France 3 Haute-Normandie. Répondant aux questions de Frédéric Nicolas, François-Xavier Lefranc a confirmé la diffusion -dès janvier 2016- d'une "offre quotidienne d'actualité normande qui intéressera vraiment la région, d'Avranches à Dieppe".

C'est la réunification des deux Normandie qui est à l'origine de cette nouvelle édition. Pour la direction du titre Ouest-France, déjà présent en Basse-Normandie (dans l'Orne, le Calvados et la Manche) "Il n'était pas imaginable de dire à nos lecteurs on va vous parler de votre région, mais seulement de la moitié de la région, parce que l'autre, on est pas en mesure de vous en parler. Nous avons donc fait le choix de nous organiser pour, à partir du début de l'année 2016 pouvoir parler aux Normands, à l'ensemble des Normands, de la vie de l'ensemble de leur région , et notamment des événements les plus importants qui vont intéresser l'ensemble de la région (…) et pour montrer aussi au reste de l'Ouest tout ce qui ce passe ici en Seine-Maritime et dans l'Eure."

François-Xavier Lefranc a précisé qu'il n'est pas prévu d'ouvrir une rédaction régionale (ou des bureaux dans les villes de Haute-Normandie) pour alimenter les colonnes et les pages de cette nouvelle édition puisque le groupe Ouest-France (notamment grâce à sa filiale Publi-Hebdos) est déjà très bien implanté en Haute-Normandie.

 Une stratégie d'encerclement du quotidien régional Paris-Normandie par le géant breton qui a débuté ces dernières années par le rachat de nombreux hebdomadaires de Haute-Normandie, la création de gratuits locaux (Côté Rouen, Le Havre-Infos, Côté Caux…) et le lancement (en octobre 2012) d'une offre numérique avec 76Actu, étendue en 2015 à l'ensemble de la Normandie avec le site "Normandie Actu".

VIDEO France 3 Haute-Normandie : l'interview de  François-Xavier Lefranc

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/le-quotidien-ouest-france-arrive-en-haute-normandie-851329.html


  • Voir aussi cet article paru au début du mois d'octobre sur le site du Point:

http://www.lepoint.fr/regionales-2015/regionales-2015-ouest-france-lorgne-la-haute-normandie-05-10-2015-1970828_2592.php

Régionales 2015 : "Ouest-France" lorgne la Haute-Normandie

Le redécoupage des régions incite "Ouest-France", distribué dans la Manche, le Calvados et l'Orne, à s'étendre vers les départements de Haute-Normandie.

Source AFP
Publié le 05/10/2015 à 15:21 - Modifié le 05/10/2015 à 15:47 | Le Point.fr
La Basse-Normandie et la Haute-Normandie fusionnent à partir de 2016.

La Basse-Normandie et la Haute-Normandie fusionnent à partir de 2016. © MAXPPP/ Christophe Morin

La réunification de la Normandie incite Ouest-France à étendre sa zone d'influence en Haute-Normandie, région d'où le premier quotidien français est historiquement absent, apprend-on lundi auprès de la direction du journal. « Nous sommes partis d'un fait qui s'impose à nous, c'est que la Normandie sera demain une région à cinq départements, dont deux où nous ne sommes pas présents », les deux départements de Haute-Normandie (Eure et Seine-Maritime), indique à l'AFP le rédacteur en chef du quotidien basé à Rennes, François-Xavier Lefranc. Ouest-France est historiquement distribué en Basse-Normandie (Manche, Calvados, Orne).

Alors que la préfecture de la future Normandie réunie doit s'installer à Rouen, « on ne peut pas accepter d'informer nos lecteurs bas-normands sur seulement la moitié de leur région », explique François-Xavier Lefranc, relevant que des journalistes basés à Caen se chargent déjà d'étoffer leur couverture de la Haute-Normandie.

Pas d'ouverture de bureau à Rouen ou au Havre

Au-delà, Ouest-France n'a pas encore décidé sous quelle forme assurer son développement en Haute-Normandie mais réfléchit au lancement d'une édition numérique, voire d'une édition papier, qui couvrirait l'actualité politique, économique ou encore sportive intéressant l'ensemble de la future région. « Il n'est pas question de lancer des éditions locales ni d'ouvrir des bureaux à Rouen ou au Havre », assure François-Xavier Lefranc.

Quant au risque de déstabiliser son confrère Paris-Normandie, distribué en Haute-Normandie, François-Xavier Lefranc assure que le projet d'Ouest-France est « complémentaire » puisqu'il n'entend pas concurrencer le quotidien rouennais « sur ce qui fait sa force, l'actualité locale ». Selon lui, la Haute-Normandie est la région de France avec le plus faible taux de pénétration de la presse quotidienne. « C'est une région d'hebdos », souligne-t-il, rappelant que Ouest-France détient 15 hebdomadaires en Haute-Normandie via sa filiale Publihebdos. François-Xavier Lefranc n'a pas fixé de date pour le lancement du projet haut normand, mais a relevé « deux éléments d'actualité » intéressant Ouest-France : les élections régionales des 6 et 13 décembre et la naissance de la nouvelle région au 1er janvier.


 

Commentaires de Florestan:

Le seul quotidien régional 100% normand malgré son nom plutôt malheureux, ce n'est certainement pas Ouest France, quotidien essentiellement breton mais bien Paris-Normandie.

Afficher l'image d'origine   VS   Résultat de recherche d'images pour

Vrais Léopards normands contre "Norman ha du", l'autre vrai match!

Car derrière cette réunification médiatique imposée par Ouest-France faisant la conquête de toute la Normandie (après l'hebdomadaire, le quotidien) depuis le Couesnon, sous prétexte d'informer tous les lecteurs normands avec une page "Normandie" unique  d'Avranches à Dieppe, ce sera surtout l'occasion de soumettre les Normands de l'Eure et la Seine Maritime à la même propagande bretonne sournoise (par le biais de la publicité, les pages "France" du quotidien, la dernière page avec ces contes de fées à 90% bretons) que subissent depuis des années les lecteurs Normands du Calvados, Manche et Orne...

Tout l'enjeu sera d'obliger enfin Ouest France en Normandie à se... NORMANDISER !

Et pour l'y contraindre, il faudra une CONCURRENCE DE MEDIAS NORMANDS INDEPENDANTS pour tenir en respect le mastodonte BRETON !

A commencer par le quotidien Paris-Normandie qui doit IMPERATIVEMENT renoncer au localisme Rouenno-rouennais: comme le dit non sans mépris, François-Xavier Lefranc, la Haute-Normandie est une région "d'hebdos", autrement dit, voilà une demi-région qui médiatiquement n'existe pas et qui s'est effondrée dans le localisme avec une agglomération rouennaise sans aucun rayonnement régional véritable: voilà bien le résultat pitoyable de plus de 50 années de division normande!

En conséquence, Paris-Normandie doit ouvrir un bureau à Caen et développer une véritable édition régionale normande en renforçant son site INTERNET qui est plus attractif et ouvert que celui de Ouest-France (où le verrouillage de la parole des lecteurs internautes est monnaie courante: faites le test en postant un billet critique à l'égard de l'identité régionale bretonne et vous verrez le résultat!)

Du côté de la Manche Libre groupe TENDANCE OUEST désormais associé au COURRIER CAUCHOIS, l'alliance normande sur le créneau hebdomadaire gratuit ou non et sur le multi-médias doit être désormais TOTALE !

Tendance_Ouest_normand