On n'en parle pas encore dans les grands médias mais alors que l'actuelle majorité gouvernementale ressuscite l'unité normande au point d'en faire la seule région province authentique sur la nouvelle carte régionale, ce même gouvernement prépare, dans le même mouvement, la mise sous tutelle définitive d'une Normandie utile à la région parisienne au nom de l'intérêt national de la vallée de la Seine à l'horizon 2030

Afficher l'image d'origine

2009: Seine Métropole d'Antoine Grumbach où la disparition de la Normandie de la scène...

On parle bien peu de ce Schéma Stratégique de la Vallée de la Seine écrit par les services du préfet Philizot, délégué interministériel à la vallée de la Seine depuis son bureau à Matignon, présenté dans une certaine indifférence le 16 janvier dernier et voté dans une certaine discrétion par les deux conseils régionaux normand en mars 2015.

Nous avions publié sur l'Etoile de Normandie l'intégralité des 74 pages de ce document que les élus qui l'ont voté n'ont pas lu... Car s'ils avaient pris soin de le lire, ils se seraient aperçus de la logique à l'oeuvre dans ce texte programmatique: la subordination d'une Normandie utile à la région parisienne ignorant, fort symboliquement, le département de l'Orne preuve que ce document n'a pas été rédigé pour la Normandie, depuis la Normandie par des Normands...

Si la nouvelle région Normandie devait être fondée par un geste politique fort, ce geste devrait être, nécessairement, la dénonciation de ce document d'autant plus caduc qu'il sert à conduire un CPIER Vallée de la Seine largement sous-financé !

Une fois de plus, l'Union pour la Région Normande nous alerte sur cette imposture lourde de dangers pour l'avenir même de la Normandie!


 

 

NOTE  U.R.N

Résultat de recherche d'images pour

 

 

VOTER  MAYER-ROSSIGNOL C'EST  VOTER  CONTRE  LA  NORMANDIE   

 

 Les prochaines élections régionales seront l'occasion pour certains Normands de donner à leur vote une signification politique nationale (opposition ou approbation de la politique de François Hollande). C'est, de notre point de vue, une erreur car les enjeux  de cette élection sont bien sûr avant tout essentiellement normands.

Chacune des 9 listes qui seront en lice présente un programme devant être mis en œuvre au cours de la prochaine mandature régionale. Elles doivent donc être jugées en grande partie sur ce programme. Parmi ces listes, l'une d'entre elles est conduite par le président de région sortant M. Mayer -Rossignol (associé à M. Beauvais ).

Pour juger de la crédibilité de son  programme il est logique d'examiner le bilan de son action passée car on voit mal comment l'action qu'il se propose de mener au cours du prochain mandat présenterait une discontinuité importante avec celle qu'il a menée précédemment. Il convient donc d'examiner ce bilan à partir des critères prenant exclusivement en compte la défense des intérêts de la Normandie.     

Le premier de ces critères est capital puisqu'il conditionne ni plus ni moins la pérennité de la région Normandie en tant que structure institutionnelle bien identifiée. Il est nécessaire pour bien  situer l'enjeu de revenir plus de deux années en arrière. Le 22 avril 2013 le Premier ministre Jean-Marc Ayrault signait un décret créant un « délégué interministériel au développement de La Vallée de la Seine » dont le titulaire sera désigné le 24 avril en la personne du préfet François Philizot. Ce décret dans son article 4 définissait la finalité de cette structure : élaborer un « Schéma stratégique pour l'aménagement et le développement de la Vallée de la Seine ». Il listait les structures et collectivités qui devaient être «associées» à cette élaboration: régions Haute et Basse Normandie, Ile France, départements de ces régions, structures consulaires etc.

Tout d'abord, M. Ayrault, d'autorité, décidait formellement d'exclure l'Orne des départements « associés » à l'élaboration du Schéma. M. Mayer- Rossignol alors Vice-Président de Haute Normandie à l'époque salua la création de ce « Délégué interministériel » tandis que M. Beauvais président de la Basse Normandie et élu de l'Orne ne trouvait rien à redire à l'exclusion de son département.    

Le 16 janvier 2015 à Caen M. Philizot, en compagnie notamment de MM. MayerRossignol et Beauvais présentait le « Schéma stratégique Vallée de Seine » qui se veut un « projet de développement à l'horizon 2030 ». Il ne saurait être question de faire ici une analyse détaillée de ce document de 74 pages. Il suffit de savoir que s'il est mis en œuvre la Normandie disparaîtra à moyen terme dissoute dans un ensemble territorial indifférencié « Vallée de Seine » regroupant Paris, l'Ile de France et une partie de la Normandie réduite de facto à l'ancienne haute Normandie.   

MM. Beauvais, Le Vern et Mayer-Rossignol ayant été étroitement associés à l'élaboration de ce document sous la direction de M. Philizot lui-même  sous l'autorité directe de Manuel Valls portent donc une terrible responsabilité quant à  la « dissolution » programmée de la Normandie dans l'ensemble territorial qui vient d'être évoqué.


On ne voit pas comment, une fois élu, MM. Mayer-Rossignol et Beauvais se déjugeraient en faisant sur ce sujet une politique différente de celle à laquelle depuis deux ans ils sont étroitement associés, c'est à dire, celle dictée par M. Philizot lui-même aux ordres de l'Etat. Ce seul élément de leur bilan suffirait à les disqualifier pour diriger la nouvelle Normandie car il est capital, mais il y en a d'autres.    

Le Schéma stratégique Vallée de Seine identifie et énumère notamment toutes les infrastructures de transport qu'il convient de réaliser dans l'Axe-Seine et donc de financer avec logiquement une implication significative de l'Etat, ces équipements étant déclarés par lui « priorités nationales ». Parmi ceux-ci : la LNPN (Ligne nouvelle Paris Normandie), la liaison Serqueux-Gisors, le contournement routier Est de Rouen pour ne prendre que les principaux. Le besoin de financement pour la réalisation de ces équipements se monte selon le Schéma Stratégique qui se réfère à la Commission Duron (2013), à 10 milliards € . Selon ses propres termes le Schéma stratégique devait avoir une « déclinaison » financière sous la forme d'un Contrat de Plan dédié: le Contrat de Plan Interrégional Etat-Régions (CPIER) Vallée de Seine. Que nous indique le contenu de celui-ci? Face au besoin de financement de 10 milliards € établi par le Schéma Stratégique, l'apport de l'Etat se chiffre à … 219 millions € pour 3 régions et pour 6 ans (2014-2020) !

Le CPIER précise par ailleurs que les études concernant la LNPN sont prolongées jusqu'en 2020 (elles devaient se terminer en 2016 selon RFF (Réseau Ferré de France). Concernant le financement du contournement de Rouen ( priorité nationale) le CPIER n'en fait bien entendu pas mention le gouvernement ayant décidé de sa mise en concession ce qui fait que ce sont les Normands qui le paieront par le péage et le versement d'une subvention d'équilibre ( coût du Contournement: plus de 1 milliard € ) sans que MM. Mayer-Rossignol et Beauvais y trouvent à redire.   

Le CPIER-VS fut signé le 25 juin 2015 à Rouen par le représentant de l'Etat le Préfet Maccioni et MM Mayer-Rossignol et Beauvais qui avalisèrent ainsi son caractère désastreux pour la Normandie. En effet le désengagement massif de l'Etat dans le financement des infrastructures de l'Axe-Seine concrétisé par le CPIER ajouté au transfert sur les Normands d'une partie notable de celui-ci est catastrophique pour la Normandie car il reporte à des échéances très lointaines la réalisation d'équipements nécessaires à ses  habitants et a son développement économique (désenclavement ferroviaire des ports de Rouen et du Havre notamment).

Ajoutons que ce désengagement de l'Etat concernant l'Axe-Seine est aggravé par le choix fait par celui-ci de réaliser au plus vite le Canal Seine Nord qui drainera le fret vers les ports belges et néerlandais au détriment des ports normands

Là encore MM. Mayer Rossignol et Beauvais par leur acceptation docile des choix gouvernementaux dans ce domaine ont mis gravement en cause les intérêts de la Normandie. Dans la mesure ou l'on voit mal M. Mayer-Rossignol au cours d'un éventuel prochain mandat pratiquer une autre politique que celle qu'il pratique depuis deux ans et qui a montré son extrême nocivité pour notre région, il n'est pas exagéré d'affirmer que voter pour lui revient à voter contre la Normandie.

Caen le 15 Novembre 2015
Union pour la Région Normande -  www.union-region-normande.com                                      

02 33 54 52 80   –  06 32 24 41 71