Un article récent des Echos nous révélait que Ouest -France aurait décidé d'explorer la rive Est du Pont de Normandie dès la semaine prochaine en lançant une édition régionale quotidienne normande sur les cinq départements... Nous en avons déjà parlé ici même et nous avons écrit en conséquence à M. Xavier Ellie, le directeur de Paris Normandie.

Mais avant de pouvoir espérer une hypothétique "Normandisation" du contenu britannophile de la Pravda du Grand Ouest qui va désormais s'étendre jusqu'à la Bresle, Ouest France involontairement ou non (dans le doute on dira que c'est plutôt prémédité...) nous propose ses fameux messages subliminaux aux effets plutôt redoutables. Ainsi ces deux derniers exemples:

  • Ouest-France, où l'art consommé de la synthèse! Comment résumer en quelques mots et en quelques images mises en contexte, le déclin bas-normand après plus de quarante années de division...

OF_fait_le_bilan_1

OF_fait_le_bilan2

  • Plus désopilant maintenant...

Plaisanterie_OF

Commentaire de Florestan:

Idée cadeau pour Noël... On refile Sarko aux Bretons et nous on garde notre Mont!

  • Dernières plaisanteries bretonnes donc... avant que le journaliste le plus opiniâtre de la rédaction de Ouest France (Caen) ne finisse par rendre les armes devant la puissance de l'évidence normande avec, par exemple, l'article ci-dessous:

 

http://www.ouest-france.fr/elections/regionales/du-nord-au-sud-les-normands-prets-pour-la-grande-region-3869487

Du nord au sud, les Normands prêts pour la grande région

Régionales - 10h22
  • A Vire comme à Fécamp, la grande région est vécue comme une chance A Vire comme à Fécamp, la grande région est vécue comme une chance | Stéphane Geufroi
  • Fécamp se plaint malgré tout d'être un peu délaissée au profit de Rouen Fécamp se plaint malgré tout d'être un peu délaissée au profit de Rouen | Stéphane Geufroi

Comment les villes moyennes voient-elles l'arrivée de la grande Normandie? Quelques éléments de réponse à Vire et Fécamp. Reportage

Vire, 11 800 habitants. Fécamp, 19 986 habitants. La capitale du Bocage dans le Calvados, l'ancien grand port de pêche des Terre-Neuvas en Seine-Maritime. Deux villes moyennes, plutôt éloignées des centres de décision.

La Normandie réunifiée est vue comme une chance

À ces deux bouts de la Normandie de demain, la question de la réunification n'est plus un objet de débat. Des élus très favorables à cette nouvelle région, des acteurs de terrain plutôt confiants dans la puissance de la marque « Normandie ». La grande région est vécue comme une chance.

Marc Andreu Sabater, maire PRG de Vire s'y prépare en accélérant le mouvement sur le terrain des nouvelles associations de communes : « Nous avons les atouts pour exister dans cette grande Normandie. Et pour encore mieux exister dans cette nouvelle grande région, nous nous prenons en main en travaillant avec nos voisins. D'une intercommunalité à 18000 habitants aujourd'hui, nous voulons rapidement atteindre les 50 000. Le tout sur un territoire cohérent, à la fois agricole et industriel. » Pour ce militant de toujours de la réunification, « l'objectif pour nos collectivités sera de peser assez lourd pour être en position de contractualiser avec la Région. Surtout que le conseil régional gère les fonds européens ».

« Des intercommunalités puissantes »

Vire avec 10 000 emplois pour 11 800 habitants a une carte à jouer dans l'équilibre des territoires. Son maire y croit : « Dans les cinq ans, nous pouvons compter sur environ 100millions d'euros d'investissements privés. » De quoi exister dans une grande Normandie.

Même discours volontariste à plus de 180 km de là, à Fécamp, superbe balcon sur la Manche.« Je suis pour des grandes régions et des intercommunalités puissantes », avance Estelle Grellier, députée PS de Fécamp et ancienne présidente de l'agglomération. « C'est le chemin suivi à Fécamp mais aussi à Bolbec, poursuit la colistière de Nicolas Mayer-Rossignol. En s'organisant, les agglomérations auront voix au chapitre. La Région nous a toujours soutenus au travers des contrats d'agglomération. Il n'y a pas de raison que la grandeNormandie ne continue pas cette politique. »

"Tout est fait pour la métropole rouennaise"

Pour la députée, le débat Rouen-Caen n'est pas une priorité. Elle plaide plutôt pour les « territoires » et défend Le Havre « qui doit avoir sa vraie place dans la Normandie. Si Le Havre pèse, cela sera, par induction, positif pour Fécamp ».

Marie-Agnès Poussier-Winsback (Les Républicains) a pris la mairie à la gauche en 2014. « En politique, il faut être d'un naturel optimiste. Cette nouvelle région est une formidable chance, note la candidate aux régionales, 5e sur la liste UDI-LR en Seine-Maritime. Mais aujourd'hui, le vrai enjeu de la réforme est dans l'organisation de nos territoires. Et en Seine-Maritime, le préfet n'a pas été assez audacieux pour Fécamp ou Dieppe. On a l'impression que tout est fait pour la métropole rouennaise. »

Pour sa ville qui a subi l'irrémédiable déclin de la grande pêche, la maire parie sur le tourisme grâce à la proximité de Paris. « Quand je pense que les Parisiens vont faire de la voile tous les week-ends en Bretagne, nous devons absolument faire connaître notre plan d'eau.» La marque « Normandie » devrait l'y aider.


 

Commentaire de Florestan:

Non monsieur Lalay, il n'y a pas que le clochemerle Caen vs Rouen en Normandie et la "Grande" Normandie n'est grande que pour les mesquins!