La Normandie, région des équilibres subtils n'a pas failli à sa réputation: "ptêt ben qu'oui, ptêt ben qu'non" au delà de 21heures... Comme nous l'avions écrit ici, cela s'est joué dans un mouchoir de poche...

Résultat de recherche d'images pour

4500 voix seulement, séparent la liste arrivée en tête de la seconde sur plus de deux millions de suffrages exprimés!

Afficher l'image d'origine

 

Les cats normands sont naturellement de sortie: la fierté d'être normand n'est pas qu'un élément de langage pour campagne électorale...

C'est donc la liste de l'union de la droite républicaine emmenée par Hervé MORIN qui l'emporte de justesse avec 36,43 % des voix sur celle de l'union de la gauche emmenée par Nicolas MAYER-ROSSIGNOL avec 36,08% des voix. Une justesse qui implique la justice et donc la mise en oeuvre concrète de la fameuse modération républicaine de bon aloi chère aux Normands: tous les roquets de gauche ou de droite (et surtout d'extrême droite) sont repartis à la niche!

Le député-maire du Havre, Edouard Philippe a même salué avec une grande élégance la défaite sur le fil de Nicolas Mayer-Rossignol qui a fait une bonne campagne, sérieuse et républicaine!

Afficher l'image d'origine

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/2015/01/17/un-seul-candidat-ps-pour-les-regionales-2015-en-normandie-le-president-haut-normand-634714.html

Le symbole... Le 17 janvier 2015 était présenté sur le site de FR3 Normandie cette image du candidat socialiste battu de très peu ce 13 décembre: sur un horizon très parisien (avec une Tour Eiffel qui pointe...) les Normands apprenaient que Laurent Beauvais, le réunificateur historique ne serait pas la tête de liste régionale pour la Normandie...

Le Front National ne fait guère mieux que son résultat du premier tour: il ne progresse plus mais il ne baisse pas. La Normandie dont le nom signifie Liberté dans le Monde entier ne pouvait pas avoir comme premier président dans sa longue histoire, un élu issu d'un parti qui désigne des boucs émissaires à la colère, réelle de près de 30% de nos concitoyens. Le recours aux valeurs normandes doit être l'occasion de mettre en oeuvre une véritable thérapie territoriale de solidarité pour cette "Normandie des oubliés" qu'il ne faut plus oublier!

La composition du futur hémicycle normand sera donc la suivante:

Sur 102 conseillers, la nouvelle majorité d'union de la droite républicaine aura 54 sièges. L'opposition de gauche 27 et le Front National 21.

Le collectif "Bienvenue en Normandie" va s'employer à ce que le 4 JANVIER 2016, la séance officielle et solennelle d'installation du nouveau conseil régional de Normandie avec l'élection de son président, ait bien lieu dans le cadre historique et prestigieux du parlement de Normandie à Rouen.

Afficher l'image d'origine

Car certaines mesquineries préférant opportunément des commodités plus pratiques que symboliques voudraient que cette réunion historique ait lieu dans l'amphi d'une école d'ingénieurs à la périphérie de Rouen: justement! ce n'est pas un ingénieur gestionnaire qui devra être élu, mais le PREMIER PRESIDENT DE NORMANDIE après onze siècles d'histoire, et quelle histoire!

Sur le plateau de FR3, Nicolas Bay qui s'y connait pourtant en sectarisme a souhaité que le nouveau conseil régional de Normandie soit géré dans un esprit d'ouverture contrairement à ce qui était pratiqué dans le ci-devant conseil régional de Haute Normandie: pour une fois, on ne lui donnera pas tort!

Hervé Morin a proposé de confier à l'oppositon de gauche la présidence de l'une des commissions permanentes du futur conseil régional de Normandie.

La question de "la capitale" n'a pas manqué d'être évoquée sur le plateau de télé de FR3 avec un Franck Besnier encore moins subtil que d'habitude: Alain Tourret, le héraut de l'unité normande, l'ami d'Hervé Morin et le camarade partisan de Nicolas Mayer Rossignol, a clairement rappelé que son amendement ne visait qu'à une seule chose: Rouen préfecture régionale / Caen siège du conseil régional. Interrogé, Frédéric Sanchez, président de la métropole de Rouen, a esquivé la question en déclarant que le futur président de la Normandie serait... "partout"!

Sur le plateau de télé, Hervé Morin précise: "le siège symbolique sera à Caen  avec des services à Rouen mais aussi au Havre pour construire cette métropole normande à trois têtes". Et de préciser: "l'organigramme est prêt, je siégerai là où le président Laurent Beauvais a son bureau, à l'abbaye aux Dames à Caen" avant d'ajouter qu'il sera "présent aussi à Rouen, au Havre et ailleurs". Et Laurent Beauvais de répliquer: "c'est que nous disions nous aussi, mais il y a des sujets plus importants". Morin: "certes! mais il est symbolique!"

Afficher l'image d'origine

Le symbole, et plus précisément, la sincère foi dans la symbolique normande, c'est justement ce qui aura peut -être manqué à la liste d'union de la gauche pour ravir ce petit plus qui aurait fait la différence!  Les drapeaux normands étaient au QG de campagne de Morin qui était bien le seul à parler d'identité normande sur le plateau de FR3! On vous dira plus loin qu'un autre symbole vivant rodait hélas ce soir au QG de campagne de Mayer-Rossignol...Dessin cruel de Chaunu: Beauvais le réunificateur se lamente: "si c'était moi, on aurait gagné!"

Car, pour le reste, l'immense reste, ne nous faisons pas d'illusions, les questions spécifiquement normandes n'ont pas été déterminantes: la sociologie électorale et les questions idéologiques nationales (voter contre le FN) ont joué à plein. L'électorat urbain des plus grandes villes s'est réveillé ce dimanche  13 décembre et a donc voté à gauche quitte à voter comme à Caen contre les intérêts immédiats de la ville: plus de 40% pour Nicolas Mayer Rossignol pourtant resté plus flou que Morin sur la fameuse question de l'équilibre rouenno-caennais qui, visiblement, n'a intéressé que ceux qui ont agité la question, c'est à dire pas grand monde: nos amis du collectif "Nous sommes Guillaume" vont devoir en tenir compte, comme nous mêmes d'ailleurs, ces élections régionales pourtant historiques ont oublié la... Normandie! faute d'avoir fait la pédagogie nécessaire auprès du grand public:

ZERO pointé pour la presse quotidienne régionale !!!

 

Résultat de recherche d'images pour / 20 !!!

Même si la victoire d'Hervé s'est jouée sur le fil à l'échelle de la Normandie, sa victoire a été nette dans quatre départements sur cinq: la Manche, l'Orne, le Calvados et l'Eure, la Seine-Maritime restant acquise à l'union de la gauche. Cette cartographie est intéressante, voire symbolique, car elle n'est pas sans rappeler celle des affrontements entre départements normands à l'occasion des débats interminables des années 1972 - 1974 autour de ... la réunification normande avec un département de l'Eure refusant d'être enfermé en Haute Normandie avec une Seine-Maritime politiquement hégémonique: le résultat de ce soir consacre enfin cette recherche d'équilibre politique normand qui aura duré plus de ... quarante années!

En revanche, il y a quelque chose de résolument neuf et qui va être déterminant pour mettre en oeuvre l'unité réelle de la Normandie: ce soir vient d'être créé le G6 NORMAND c'est à dire, la seule bonne idée normande de Laurent Fabius, à savoir la coopération étroite et solidaire en matière de finances et de projets des cinq départements normands avec le conseil régional de Normandie puisque les six plus grandes collectivités territoriales normandes avec les agglos de Caen et du Havre sont désormais du même bord politique. La Normandie est donc en ordre de bataille pour sa renaissance, pour pouvoir enfin "chasser en meute"... à condition de ne pas perdre un temps précieux dans un nouveau match aussi vain que les précédents:

NORMANDIE VS ROUEN METROPOLE!

Car si cela devait être hélas le cas, pourquoi alors célébrer la sortie de la NORMANDIE de la ... Fabiusie?

Afficher l'image d'origine

Car il faut bien qu'une région soit tirée par une métropole. En Normandie nous avons la chance d'avoir trois locomotives en tête de train... qu'il faudra faire fonctionner bien mieux que ceux de la SNCF!

Le vrai enjeu c'est, qu'après la reconquête d'elle-même, la Normandie va devoir se lancer dans la conquête de la gouvernance de l'AXE SEINE!

Afficher l'image d'origine

L'ENJEU des prochaines années: mettre en oeuvre un service public régional en Normandie ou dans une banlieue de la région parisienne?

A 18 mois de la bataille pour la conquête de l'Elysée, nos élus normands sauront-ils garder toute leur attention sur les urgences normandes? Rien n'est moins sûr... Faudra-t-il que Monsieur Grumbach réitère ses provocations? Le fait d'affirmer que la Normandie doit fusionner à terme avec la région parisienne n'a pour lors fait réagir personne dans la classe politique normande qui va devoir prendre enfin conscience d'elle-même!

En écoutant France Bleu vers 20h30 alors que nous étions en plein suspens électoral, nous apprenions, effarés, que Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais, les deux co-listiers de la liste d'union de la gauche, tous deux présidents de région normands sortants, s'étaient enfermés à double tour dans un bureau de leur QG de campagne rouennais avec un certain... Alain Le Vern! qui, plus qu'un Laurent Fabius, aura donc fait planer son ombre malfaisante sur la première campagne électorale normande de l'Histoire.

Afficher l'image d'origine

Ceux qui n'ont cessé de recevoir les conseils sinon les consignes de celui qui avait osé dire dans l'été 2014 que la "Normandie était le choix du passé" ne pouvaient finalement que... perdre!

13 DECEMBRE 2015:

VICTOIRE DE LA NORMANDIE... ULTIME DEFAITE D'ALAIN LE VERN!


 

Ci-après, la composition précise du nouveau conseil régional de Normandie avec la liste complète des 102 conseillers normands:

http://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/normandie/