Les Conseils Economiques Sociaux et Environnementaux Régionaux de Haute et de Basse Normandie (CESER) doivent eux aussi fusionner comme les deux conseils régionaux correspondants et il faut dire que le législateur n'a pas traité avec beaucoup de sérieux toutes les conséquences de la réforme territoriale:

Résultat de recherche d'images pour

 

Jean Callewaert, probable futur président du CESER Normandie

Ainsi, le futur CESER de Normandie, sensé représenter les diverses composantes de la société civile régionale (syndicats, patronat, associations sportives, jeunesse, éducation populaire et environnementales) aura plus de membres que le futur conseil régional de Normandie ( 156 conseillers CESER pour 102 conseillers régionaux) et il faudra verser aux 156 conseillers CESER des indemnités mensuelles qui seront égales à la moitié de l'indemnité mensuelle d'un conseiller régional soit un peu plus de 1300 euros par mois, pour un travail peut-être trop discret et méconnu de prospective régionale à la demande ou non du président de région (saisine ou auto saisine).

Disons clairement les choses: la réforme des CESER n'a pas été faite pour en améliorer le fonctionnement démocratique puisque la désignation des conseillers CESER se fait à la discrétion du président de région, sur proposition des groupes siégeant d'autorité au CESER selon trois collèges spécialisés avec confirmation officielle de la nomination par le préfet de région.

Pour le dire simplement, il n'y a pas d'élections pour devenir conseiller CESER: avouons tout de même que c'est une bien jolie bizarrerie baroque logée au coeur de notre "démocratie" locale!

Sachant qu'il y en a aussi une autre:

Il n'y a aucune organisation ou association représentée au CESER ayant la Normandie comme objet spécifique. En clair, les organisations ou associations régionales de promotion du patrimoine culturel normand ou proposant une réflexion prospective normande, bref, le mouvement régional normand pour le dire simplement, n'est toujours pas représenté en tant que tel au CESER.


 

  • Lire la note de synthèse proposée par la feuille d'informations Normandie XXL:

http://www.normandiexxl.com/article.php?id=1223

La Normandie qui se fait…deux candidats pour la présidence du Ceser:

Jean Callewaert et Jean-Luc Léger

 Jean-Luc Léger à gauche et Jean Callewaert

Collectivités. Après l’élection du Conseil Régional, peu à peu tous les organismes doivent harmoniser leurs structures à l’échelle de la nouvelle région. Le Conseil Economique, Social et Environnemental Régional (Ceser), va rassembler désormais les deux assemblées de haute et basse Normandie, soit 156 membres. Notons au passage que le législateur n’a pas profité de l’occasion pour réduire la taille de l’assemblée.

Les élections pour la présidence auront lieu le 12 janvier à Rouen et comme le conseil régional est trop petit pour accueillir tant de membres, elles se dérouleront à l’Esigelec.

En lice nous trouvons l’actuel président du Ceser de Basse-Normandie Jean Callewaert que Normandixxl a déjà eu l’opportunité de rencontrer et Jean-Luc Léger membre du 3e collège de Haute Normandie, Gérard Lissot, actuel président de Haute-Normandie, ayant décidé de ne pas se représenter.

Jean Callewaert : « travailler sérieusement sans se prendre au sérieux »

Homme de convivialité Jean Callewaert, a été élu Président du Ceser de Basse-Normandie fin 2010, après en avoir été Vice-Président depuis 2001, puis réélu fin 2013. Ingénieur de formation, son intérêt pour le développement régional n’est pas nouveau puisque dès son arrivée en Normandie il y a 35 ans, il a participé d’abord auprès du Préfet de Région puis auprès des Présidents successifs du Conseil Régional à l’émergence du fait régional. Il est un adepte de la réunification de la Normandie de longue date. Dans son courrier de candidature aux membres de l’assemblée il rappelle que : « la véritable valeur ajoutée d’un Ceser est sa capacité, dans une totale indépendance, à mettre en commun le socle le plus large possible entre les composantes de la société civile malgré et grâce à leurs diversités. C’est notre richesse et c’est ce que je m’emploierai à conserver et à développer »

Les assemblées ont déjà travaillé sur un nouveau règlement intérieur et trois principes lui paraissent essentiels : « l’égalité de la représentation des collèges, l’égalité de la représentation des deux territoires haut et bas-normand et la volonté de tendre vers le respect de l’équilibre homme-femme. »

Cet humaniste ose encore dans notre société technocratique annoncer le slogan que nous mettions en titre « travailler sérieusement sans se prendre au sérieux »

Jean-Luc Léger : « être proactif »

Fonctionnaire, directeur du centre communal d'action sociale (CCAS) de Pont-Audemer qui regroupe l'action sociale,  l'animation de la vie locale et le logement, Jean-Luc Léger est membre du 3e collège au Ceser en tant que président du Comité Régional des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire de Normandie (CRAJEP). Engagé dans le combat local, il fut Vice président de l'association " NON à l'autoroute" s'opposant à la liaison autoroutière A28-A13 à l'Est de Rouen.

Dans son courrier à ses confrères il souhaite un Ceser proactif, « je préfère un Ceser contributeur à un Ceser consulté » souligne-t-il.

Il trouve que l’assemblée reste encore trop méconnue et veut lui donner les moyens d’une communication efficace, à travers : « des outils adaptés (site internet repensé, newsletter), des relations régulières avec les médias, une continuité et une cohérence des sujets traités et un portage par tous les conseillers, véritables ambassadeurs de nos travaux. »

Quant au siège du Ceser il le place au Conseil Régional et rappelle que : « la loi précise que la désignation du siège de la collectivité territoriale est de la compétence de son Président. En outre, un principe de réalité nous imposera de réaliser des réunions sur l’ensemble du territoire normand et d’utiliser au maximum les nouveaux moyens de communication.»

 


 

Commentaire de Florestan:

Le collectif Bienvenue en Normandie va écrire à la rentrée de janvier 2016 aux deux impétrants ainsi qu'à Hervé Morin pour leur suggérer que le CESER Normandie soit enfin ouvert aux associations et organisations ayant la Normandie comme raison sociale.

Il est heureux que Gérard Lissot ne se représente pas: il était finalement trop lié au passif Le Vern! Quant aux deux candidats en lice notre coeur balance: nous connaissons déjà bien Jean Callewaert et avons apprécié son indépendance d'esprit quand il a décidé de changer d'avis sur la réunification quand il s'était aperçu vers la fin de la mandature Garrec que l'intégration de la Basse Normandie dans le Grand Ouest risquait d'en faire une colonie bretonne. Quant à Jean-Luc Léger, son programme de rénovation démocratique du CESER est séduisant. En revanche, le fait qu'il fut animateur "nimbyste" dans le Nord-Est de Rouen est un peu... inquiétant !