Henri IV avant que d'entrer dans Paris et pour justifier sa conversion au catholicisme afin d'être sacré roi de France en la cathédrale de Chartres peu après la bataille d'Arques, avait dit ce mot demeuré célèbre: "Paris vaut bien une messe".

Afficher l'image d'origine

Pour le 4 janvier 2016, date de l'installation officielle du tout nouveau conseil régional de Normandie à Rouen, la question demeure hélas entièrement posée: "Rouen et la Normandie valent-elles une messe?". Certains esprits mesquins ont cru bon devoir répondre par la négative à cette question. La grand messe inaugurale de la Normandie recouvrant son unité aura lieu dans une enceinte où fut célébrée avec opiniâtreté sa division sinon son anéantissement... Soit! On mettra cette décision, après quelques promesses qui n'engageaient que ceux et celles qui les avaient prises au sérieux, sur le compte déjà largement ouvert de la fameuse ironie de l'Histoire!

Afficher l'image d'origine

Hémicycle interdit aux chiens, araignées et autres bestioles dont les léopards...

Afficher l'image d'origine

http://www.hautenormandie.fr/

Le même hémicycle avec accès désormais autorisé aux léopards... avec le fantôme d'Alain Le Vern sur le grand écran au fond de la salle!

55 places pour 102 conseillers régionaux désormais! Que ceux qui n'ont jamais médit de la Normandie puissent s'asseoir!

La grand messe normande, à défaut de cathédrale ou des flambloyances gothiques de l'ancien parlement de Normandie, aura donc bien lieu. Mais dans cette messe comme dans toutes les messes, outre le moment incontournable de la communion des croyants et des non-croyants à la présence réelle de l'unité normande, viendra le seul véritable moment de vérité, la vraie sonde des coeurs: le moment de faire tinter le plat d'argent par l'argent d'une belle et généreuse... aumône!

Afficher l'image d'origine

Les militants de l'unité normande sont bénévoles depuis très longtemps. Nous n'avons pas compté notre temps, notre énergie ni notre peine parfois pour que cette belle idée d'unité normande ne soit pas jetée à la poubelle de l'Histoire: notre salaire est donc notre satisfaction sinon notre joie actuelle de voir notre belle Normandie recousue en un seul morceau du Couesnon à la Bresle!

Cependant, nous devons avouer que cela fait bien mal au coeur de voir certains apparachticks politiciens naguère et il n'y a pas si longtemps, remplis d'une morgue haineuse face à tout début de commencement d'idée normande, empocher mensuellement quelques 2660 euros (au lieu de 1900 euros précédemment...) en tant que conseiller régional de Normandie à la faveur d'une réunification qui a fait automatiquement augmenter le niveau des indemnités qui doivent être versées.

Nous étions proches d'un véritable scandale, non pas légal ou politique, mais tout simplement moral: donner du fric à des gens qui n'ont jamais cru à la Normandie au nom de la Normandie et en donner beaucoup plus qu'avant alors que le chômage et la pauvreté accablent près de 10% de nos concitoyens normands!

Le scandale était donc double.

C'est la raison pour laquelle, il a été annoncé que le niveau futur de la rémunération des 102 élus régionaux normands sera discuté et décidé lors de la première plénière du conseil régional à Rouen avec comme objectif une baisse de 20% de l'indemnité prévue par la loi après la fusion régionale. En effet, comme la Normandie unifiée et ses 3,3 millions de Normands est plus peuplée que les ci-devant Haute et Basse Normandie qui ne passaient pas le seuil fatidique des 2 millions d'habitants, l'indemnité étant indexée au chiffre de la population de la circonscription régionale devait automatiquement faire un large bon en avant dans la générosité au profit des professionnels de la générosité...

Les élus régionaux normands ne toucheront certainement donc pas les 2660 euros auxquels ils ont droit. En revanche, même après une baisse de 20%, ils toucheront bien plus que l'indemnité qui était versée à ceux qui siégeaient déjà dans les ci-devant conseils régionaux de Haute et Basse Normandie pour... quatre assemblées plénières annuelles et quelques réunions de la commission permanente.

Il n'est pas prévu que les élus régionaux normands qui avaient authentiquement servi l'idée d'unité normande avant la réunification officielle de la Normandie puisse toucher une prime: on ne pourra qu'espérer que ceux qui, autrefois, s'étaient bruyamment opposés à l'unité normande aient la décence de se taire dans les débats de la nouvelle assemblée régionale normande sans que le président de séance ne se sente obligé de leur couper le micro!

Voir ci-après, l'article détaillé proposé par le site Normandie-actu sur cette question sensible et symbolique des indemnités versées aux futurs élus des régions fusionnées:

http://www.normandie-actu.fr/exclusif-en-normandie-les-conseillers-regionaux-devraient-baisser-leurs-indemnites_173193/