Depuis le 1er janvier 2016, la Normandie, en tant que telle, constitue à nouveau une entité géographique politique et administrative au sein de l'Etat français refermant ainsi une longue parenthèse ouverte le 4 août 1789 avec la suppression par l'Assemblée Nationale des privilèges provinciaux préludant au redécoupage territorial de la France en 90 départements. La Normandie a, dans l'intervalle survécu, elle s'est même refondée à la faveur des cinq départements dans un idéal géographique et historique mis en valeur par les antiquaires érudits normands, les touristes anglais, les artistes peintres, les écrivains tout au long du XIXème siècle au point que la Normandie fut le modèle de la réaffirmation régionale en France après la Révolution française.

Résultat de recherche d'images pour

Arcisse de Caumont, artisan du réveil normand dans les années 1830.

Afficher l'image d'origine

Après la tragédie de 1944, l'Etat prend la décision de reconstruire l'espace normand dévasté dans la nationalisation et la division: le nom prestigieux de Normandie revient officiellement dans les nomenclatures administratives en 1956, mais il est revenu en double, Haute et Basse, dilemme qui perdura après 1972 lorsque le pouvoir préfectoral administratif d'Etat voulut passer la main à un pouvoir politique régional qu'il fallut créer de toute pièce... C'est ainsi que bon gré mal gré une culture politique régionale s'est créée dans un espace géo-historique normand divisé en deux avec toujours en suspens la question d'un retour à l'unité normande présenté comme la solution idéale mais toujours empêchée par des mesquineries politiciennes de toutes sortes!

Résultat de recherche d'images pour

Gustave Héon, sénateur maire de Bernay et président du conseil général de l'Eure qui organisa le boycott de la toute nouvelle région de Haute-Normandie à partir de 1972 car il souhaitait déjà une seule région normande comme les autres élus de son département...

Le déclin relatif voire absolu du rayonnement normand dans tous les domaines ou presque entre la fin des années 1980 et les années 2000 ne fut pas assez profond pour susciter les prises de conscience et les actions nécessaires dans une classe politique régionale normande qui n'avait pas pris conscience d'elle même! Toutes les bonnes volontés de gauche comme de droite se sont fracassées sur le puissant écueil du clanisme partisan: deux fauteuils valant toujours mieux qu'un seul!

Résultat de recherche d'images pour

 De 1998 à 2013, Alain Le Vern fut le plus acharné adversaire de tout rapprochement entre Haute et Basse Normandie

Il faudra donc la divine surprise du printemps 2014 pour rompre l'ensorcellement qui faisait dormir la belle depuis plus de 40 années: d'abord une menace, celle de la Commission européenne de faire payer à la France une amende exceptionnelle de plusieurs milliards d'euros si elle ne faisait pas rapidement une grande réforme structurelle pour réduire son déficit budgétaire. C'est ainsi qu'à Matignon on bricola dans l'urgence une réforme régionale dans le mépris même de l'idée de région en posant le principe de fusionner des régions entre elles en partant du principe qu'on avait l'évidence du cas normand pour emballer l'affaire: résultat?

 

  Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

La carte régionale de France fut labourée à l'envers pour fusionner la Normandie au point d'en faire, avec la Corse, la seule vraie région-province de France!

Ensuite, une obligation morale qui s'imposa le 2 juin 2014 vers 17heures à Trévières en Bessin dans la tête de François Hollande, président de la République, alors qu'il était en train de superviser les préparatifs pour les commémorations du 70ème anniversaire du débarquement de 1944 en Normandie.

Résultat de recherche d'images pour

C'était un dimanche, quelques jours avant le 6 juin: Laurent Fabius tenta toute la journée du lundi suivant, en vain, de persuader le Président de fusionner Haute et Basse Normandie avec la Picardie et le Nord Pas de Calais dans une hypothétique région "Littoral nord ouest" ou "Arc Manche"... Rien n'y fit! Le prestige moral et mondial du nom de "Normandie" emporta la décision présidentielle: le 6 juin 2014 à 10 heures devant le Mémorial de Caen et un parterre à peu près complet d'élus normands, François Hollande prononçait peut-être le plus beau et le plus émouvant des discours de sa mandature officialisant la reconnaissance du martyre normand pour la Liberté. Peu après, Laurent Fabius s'enfuyait rue Caponière faire quelques emplettes chez les antiquaires caennais! Le réunificateur normand historique Alain Tourret avait raison de préciser que le 70ème anniversaire du DDay avait sauvé l'unité normande!

Résultat de recherche d'images pour

La suite de l'histoire, nous la connaissons tous...

Afficher l'image d'origine

 Résultat de recherche d'images pour

Hervé Morin, élu premier président de région de Normandie de l'Histoire, le 13 décembre 2015 dernier...

 


 

Vendredi 1er janvier 2016, Normandie an Un.

Résolutions normandes...

Le 6 juin 2014, la Normandie avait bombardé son évidence mondiale sur tous ceux qui n'y croyaient pas, surtout à la figure de quelques élus politiques français encore tentés par le savonnage de planche anti-normande! Comment expliquer autrement le renoncement à la dernière minute au cadre historique et prestigieux du Parlement de Normandie de Rouen (actuel palais de justice) pour organiser la séance officielle d'installation du premier conseil régional normand de l'Histoire?

Afficher l'image d'origine

La séance solennelle d'installation du premier conseil régional de Normandie n'aura pas droit au cadre historique qui devrait pourtant lui revenir...

La peur d'embrasser totalement la grande Histoire normande qui a pourtant tant croisé la grande Histoire française en préférant se condamner à des situations et des solutions minables pour ne surtout pas célébrer un sens commun, une symbolique collective? Pourquoi n'avoir pas osé pour un 4 janvier 2016 historique à Rouen ce qui avait été fait à Ouistreham l'été 2014?

Afficher l'image d'origine

La peur de l'identité régionale, ou plus précisément, la crainte du contre exemple corse, puisque certains régionalistes corses par leurs outrances extrémistes s'obstinent à être les plus crétins des idiots utiles des jacobins de l'Etat central français qui refusent de prendre l'idée de région au sérieux? Ou alors les derniers et mesquins règlements de compte d'un clan politicien qui n'admet toujours pas d'avoir perdu une élection régionale à cause de 4709 voix d'écart dont de nombreuses voix qui ont certainement voté pour une certaine authenticité normande?

Peut-être les deux à la fois! Résultat, à l'heure où nous écrivons et selon nos informations, personne ne sait comment la fameuse réunion d'installation va se dérouler dans l'enceinte trop restreinte du ci-devant conseil régional de Haute-Normandie, lieu mesquin quasiment au sens littéral du mot! Car l'affaire tournerait au vrai casse-tête pratique qui paniquerait les personnels de la Caserne Jeanne d'Arc, puisqu'il faut accueillir 102 personnes dans un lieu prévu seulement pour 55 et qui peut recevoir au grand maximun 80 personnes! Les journalistes et les invités devront certainement suivre comme tout le monde la séance historique sur un... écran!

Le symbole est déjà compromis et cela confirme l'incompétence de nos élites politiques et médiatiques à manier les symboles un tant soit peu transcendants: depuis le Millénaire capétien ou le 900ème anniversaire de la mort de Guillaume le Conquérant célébrés en 1987 ou le Bicentenaire de la Révolution Française célébré en 1989, plus rien de cet ordre en France sauf une coupe du monde de football en 1998!

Afficher l'image d'origine

Dans son dernier livre qu'il faut lire absolument pour savoir qui nous fait une nouvelle guerre mondiale et pourquoi, le spécialiste de l'islamisme radical Gilles Kepel rappelle que les dirigeants du soit disant Etat Islamiste suivent les prescriptions de l'idéologue Al Souri qui avait théorisé, dans les années 1990- 2000, la mondialisation du djihadisme contre l'Occident en analysant l'échec stratégique d'Al Qaïda après son coup d'éclat médiatique du 11 septembre 2001 contre les symboles américains de New York et de Washington: selon Al Souri, Al Qaïda a échoué politiquement contre les USA car les Américains sont un peuple de... croyants! Contrairement à nous autres Français et Européens, les Américains continuent de croire dans ce qu'ils représentent et continuent de respecter leurs symboles et communient encore ensemble dans une sorte de religion civique à la fois laïque et multi-confessionnelle. Frapper les Américains c'était la certitude d'avoir une guerre de vengeance dure et tenace en terre d'Islam et c'est ce qui arriva en effet! D'où l'option proposée par Al Souri de frapper plutôt le "ventre mou" de l'Occident, à savoir, l'Europe et au coeur du "ventre mou"... La France!

Nous avions déjà écrit ici que face à l'intégrisme nous n'avions pas d'autres choix que de démontrer notre... intégrité et le respect que nous devons avoir pour nous mêmes et par conséquent pour tous les autres!

Cela commence par cesser de nous haïr nous mêmes, de médire de nous mêmes, d'avoir peur de nous mêmes et d'avoir enfin avoir un peu plus confiance en nous mêmes!

Voir, à ce sujet, le dernier billet radiophonique du Normand François MOREL...

Résultat de recherche d'images pour "françois morel"

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1214443

La qualité exceptionnelle du BIEN PUBLIC NORMAND qui est l'un des plus importants éléments du BIEN PUBLIC de FRANCE devrait nous aider pour commencer ce redressement collectif que nous devons mener ensemble!

Depuis le 13 novembre dernier et ces terribles attentats contre l'identité de la France, l'opinion publique française découvre avec stupeur que la somme de toutes nos libertés individuelles et de nos conforts privés ne suffisait pas à faire une Nation pas plus qu'un taux de croissance, une balance commerciale ou un... taux de chômage!

Bref! 70 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, nous n'en avons toujours pas fini avec l'Histoire...

Alors qu'il nous soit permis ici de formuler un seul voeu:

Que le cadre normand, que le bien public normand, le projet normand, une matière et une manière normande soient l'occasion, le moyen d'une renaissance française, un optimisme de la volonté pour nous tous, ici et maintenant !


 

Actions normandes...

1° Le collectif citoyen et républicain "Bienvenue en Normandie" va prochainement se transformer en association loi 1901 pour permettre de mieux valoriser nos actions en faveur de la Normandie. Il s'agira de mieux collaborer et travailler avec des associations et organisations qui ont tout comme nous la défense et la promotion de l'intérêt général normand. Tous les amis de l'Etoile de Normandie seront invités, s'ils le souhaitent à adhérer.

2° Une fédération régionale normande des associations faisant la promotion de la culture régionale normande (notamment le patrimoine linguistique) va prochainement être créée.

3° Le dimanche 10 janvier 2016, jour de la Saint Guillaume, à Caen, nous allons lancer à notre façon l'année 2016 "année Guillaume Le Conquérant" en inaugurant la statue équestre du roi-duc le plus célèbre de notre histoire: la statue d'un célèbre connétable breton deviendra le temps qu'il faut celle de Guillaume le Conquérant...

4° Le 8 mars 2016, lors de la dernière séance de notre séminaire "Normandie" de l'université populaire de Caen, nous présenterons le livre que nous avons co-écrit avec nos amis créateurs de la Fête des Normands: "la Normandie c'est maintenant", un livre de réflexion sur l'héritage normand et l'identité normande, le bilan de la division mais aussi le potentiel de la Normandie et enfin une prospective sur l'avenir normand