Le 1er janvier 2016 ce n'est pas que la renaissance de la Normandie autrefois divisée en deux régions, écartelée entre cinq départements et trois agglomérations principales et leurs projets de pôles métropolitains que l'on espère plus complémentaires que concurrents... Le Premier de l'an c'est aussi la naissance d'un bébé prématuré bien malingre et hautement plus improbable qui risque de faire passer le retour à l'unité normande pour une évidence biblique!

Selon les prédispositions des lois MAPAM et NOTRe, un début de commencement de métropole du Grand Paris en tant qu'Etablissement Public de Coopération Intercommunal à fiscalité propre (EPCI) existe lui aussi depuis ce 1er janvier 2016. Le nouveau machin va se superposer à d'autres, tout juste va-t-il pouvoir remplacer 19 d'intercommunalités rivales vivotant dans la Petite couronne départementale et un peu au delà de la commune de Paris et département de Seine (75) sans les supprimer d'ailleurs totalement puisque ce nouveau machin a minima dont personne ne veut pour le moment prendre la présidence, risque de ressembler à une armée mexicaine de ...209 élus sans réels moyens autres que ceux qui pourraient être dévolus depuis une part de l'assiette de l'ex taxe professionnelle pour les seules compétences du transport et du logement qu'il faudra arbitrer avec les élus départementaux et régionaux: ça promet des réunions bien "ambiancées" comme on dit à la... Réunion!

Afficher l'image d'origine

Le Grand Londres décidé par un pouvoir d'Etat central anglais plus fort que le jacobinisme à la française existe lui depuis plusieurs années avec à sa tête un conseil de 25 élus présidé par le maire de Londres: les choses sont claires!

Le Grand Paris s'il devait avoir l'efficacité réelle décrite à longueur de discours, de colloques, de réunions publiques ou de longs rapports intelligents perdus au fond des armoires ministérielles devrait correspondre concrètement à la région Ile de France (on a bien pourtant réussi à fusionner la moitié Sud du département du Rhône avec la métropole de Lyon pour ne faire qu'un seul territoire avec une seule unité de commandement) avec un conseil régional métropolitain élu au suffrage universel direct présidé par le maire de Paris...

Mais la France jacobine et bonapartiste est aussi centralisée qu'elle est décentralisée... L'historien Michel Crozier de dire, traduisant le désarroi et l'impuissance actuelle des hauts fonctionnaires technocrates: "La France est une terre de commandement où plus personne n'obéit à personne!"

Voilà une belle définition pour décrire une "pétaudière"....

Pétaudière grand parisienne autrefois décrite aussi par l'écrivain François Maspéro qui avait eu l'idée saugrenue de se rendre à pied du centre ville de Paris à Arcueil pour rendre visite à son ami le géographe Yves Lacoste: "Il y a plus perdu qu'un provincial à Paris, il y a un Parisien perdu en banlieue..."

On pourrait enfin remonter à la célèbre anecdote rapportée par Paul Delouvrier qui, après un survol en hélicoptère au dessus de la région parisienne avec le Général de Gaulle, ce dernier lui aurait alors donné l'ordre suivant: "Delouvrier, il va falloir me mettre de l'ordre dans ce bordel!"

Cette impuissance, cette impotence ou cette indolence grand parisienne, qui fait de la mégalopole parisienne, la capitale mondiale du clochemerle et certainement la plus "provinciale" des grandes mégalopoles mondiales, n'arrange, a priori, vraiment pas nos affaires normandes: les grands décideurs politiques mais aussi économiques français, contrairement au Grand Londres où les grandes puissances financières et économiques de la City considèrent que le Grand Londres est leur outil pour rayonner dans le Monde, peinent à définir la gouvernance du Grand Paris qui continue pourtant à fabriquer 20% du PIB français à concentrer l'essentiel de la recherche développement des grandes entreprises du CAC 40 qui gardent encore leurs sièges sociaux à la Défense...

Afficher l'image d'origine

En aval du Pont de Puteaux, la Seine, ils s'en fichent!

Dans l'émission consacré sur France Culture à la naissance bien difficile du Grand Paris, pas un mot, bien entendu! sur l'Axe Seine: cela démontre que cet Axe Seine doit être un axe de reconquête normande vers la région parisienne car l'inverse n'est pas prêt d'arriver!


 

http://www.franceculture.fr/emission-l-esprit-public-le-grand-paris-avec-pierre-veltz-2016-01-03

Comme prévu par la loi du 7 août 2015 portant Nouvelle organisation territoriale de la République (dite « loi NOTRe »), la Métropole du Grand Paris a officiellement vu le jour avant-hier, au 1er janvier. Il s’agit d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre regroupant Paris et les communes des 3 départements de petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), soit près de 7 millions d’habitants. Elle se substitue aux 19 EPCI qui existaient jusqu’alors dans la petite couronne. La création de cette métropole marque le franchissement d’une nouvelle étape dans un chantier débuté il y a huit ans.

Ce projet du Grand Paris est né en 2007 à l’initiative du président de la République d’alors Nicolas Sarkozy, avec pour objectif d’améliorer l’attractivité économique et culturelle de la région parisienne en faisant émerger des territoires d’innovation spécialisés – ce que l’on appelle des clusters –  afin de hisser la capitale au rang des villes-monde, à l’égal de Londres, de New York ou de Tokyo. La réalisation d’un réseau de transport de banlieue à banlieue sous la forme d’un métro automatique de rocade, le « Grand Paris Express », devrait permettre d’atteindre ce but.

Depuis son lancement, le projet s’est heurté à de nombreux obstacles qui l’ont amené à évoluer. La crise économique à partir de 2008 et l’impératif de réduire le déficit budgétaire ont compliqué son financement. Son volet transports, dont la version initiale avait été votée en 2010, a par exemple été revu en mars 2013, afin notamment d’en réduire le coût. En tout, près de 26 milliards d’euros ont été engagés par la Société du Grand Paris en charge de la maîtrise d’ouvrage. En outre, des querelles politiques et une certaine pesanteur administrative, décrite par Christian Blanc, ancien Secrétaire d’État au développement de la Région Capitale, dans son livre Paris, ville-monde, ont retardé sa mise en œuvre.

Invité(s) :
Pierre Veltz
François Bujon de l'Estang, ambassadeur de France
Thierry Pech, directeur général de la fondation Terra Nova
Jean-Louis Bourlanges, essayiste


 LE GRAND PARIS UNE PETAUDIERE?

C'est en soi une bonne nouvelle! La Normandie est enfin en ordre de bataille et la conquête d'une pétaudière, fut-elle celle de la mégalopole parisienne pour y faire avancer nos intérêts (entre autres ceux d'une économie logistique et maritime) est une opportunité!

Afficher l'image d'origine

 

http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article330

Mais attention!

Nous ne sommes pas seuls sur l'affaire: un conseil municipal belge de quelques dizaines d'échevins du côté d'Anvers y pense aussi!



 

 

Afficher l'image d'origine

 

 


 

Commentaire de.... François Gay, qui a écouté tout comme nous ce numéro de l'émission "l'Esprit public" consacré au Grand Paris:

Je viens d’écouter, comme toutes les semaines, l’Esprit public ...
J’y trouve une confirmation de mes réticences à l’égard du Grand Paris . Cette émission exceptionnellement confuse (à l’image de Pierre Veltz lui - même ..) n’a naturellement pas traité ( sauf un peu à la fin avec  Thierry Pech et la notion de "ségrégation associée" ) des effets pervers de cette métropolisation démentielle... J’avais envie de vous envoyer l’article récent du Figaro sur le Grand Pékin!


A la fin Thierry Pech était à la recherche d’un  'contre exemple '. Dommage que Bourlanges qui connaît bien notre  région  n’ait pas évoqué notre aire métropolitaine au coeur vert... Et l’idée qui transpire : le Grand Paris doit s’étendre à toute l’Île - de - France… et même au delà!

Quel gâchis que ces 26 (? ) milliards …

Votre désabusé ...
François Gay