Le duc Guillaume de Normandie avait réussi à faire une véritable unité normande et avait réussi à imposer une sorte de préfiguration d'intérêt général normand en supprimant, notamment, les "châteaux adultérins": sous cette métaphore on ne peut plus explicite, les Normands de l'époque de Guillaume désignaient ces barons un peu voleurs qui organisaient pour leur intérêt privé, le racket des voyageurs et des marchandises sous prétexte d'assurer la sécurité d'un pont, d'un gué ou d'un carrefour placés à l'ombre d'une motte féodale non autorisée par l'autorité ducale de Guillaume le... Bâtard (et heureusement Conquérant).

Voilà une conséquence néfaste de plus de 40 années de division qui se dévoile sous nos yeux depuis que la Normandie est réunifiée: le coeur battant de la Normandie, entre Caen, Le Havre et Rouen est... payant!

Au point qu'un Breton de Paris, en transit sur la carpette normande le temps d'un week-end, payant tout ce qu'il lui faut payer entre Mantes la Jolie et Dozulé pour se rendre en Bretagne par l'autoroute de... Bretagne (via la Normandie) payera toujours moins qu'un artisan, un salarié normand qui doit faire son trajet domicile-travail tous les jours ou pour faire du cabotage professionnel dans la Normandie central avec un GPS performant qui doit proposer les itinéraires jonglant avec les péages ou, pire! les échangeurs laissés incomplets depuis des années par la SAPN qui méprise l'aménagement du territoire normand au profit, donc, d'un lucratif "effet tunnel" Paris/ Deauville ou Paris/ Bretagne !

On pensera, par exemple, à la situation d'enclavement autoroutier de fait dans laquelle se trouve Pont Audemer depuis plus de 25 ans!  Un dossier que connaît bien un certain Hervé MORIN:

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/4095134/c-est-officiel--les-echangeurs-de-toutainville-et-bourneville-vont-voir-le-jour-sur-l-a13#.Vp-PkVJnN_k

A l'époque de Guillaume, un château  "adultérin" pouvait ressembler à ça:

Afficher l'image d'origine

En 2016 dans la Normandie nouvellement réunifiée, la motte féodale "adultérine" ressemble plutôt à cela:

Afficher l'image d'origine

http://normandie.canalblog.com/archives/2015/02/13/31519495.html

Corinne LEPAGE avait déjà dénoncé en vain, en 2015, les abus des péages "adultérins" de la SAPN...

LE 1er FEVRIER 2016 LES PEAGES AUTOROUTIERS VONT ENCORE AUGMENTER ( + 1%) ...

 

LE COLLECTIF "BIENVENUE EN NORMANDIE" APPELLE DONC TOUS LES AUTOMOBILISTES NORMANDS A NE PAS PAYER AU PASSAGE DES PEAGES ADULTERINS QUE NOUS INFLIGENT LA SAPN !!!


 

Il y a quelques temps de cela, en 2014, les élus de la communauté urbaine Seine Eure (CASE: Louviers / Val de Reuil) pétitionnaient et attaquaient en justice la SAPN au sujet des péages "adultérins" d'Incarville, Criquebeuf sur Seine et Heudebouville de l'A13 qui coupent leur territoire en deux et dont l'évitement par les automobilistes riverains et habitants de la région sature les routes départementales aux heures de pointe du matin et du soir...

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/1971752/une-etude-des-espoirs#.Vp-Js1JnN_k

Péage d’Incarville et échangeurs A13 : La Communauté d’agglomération Seine-Eure a rencontré la SPAN

Publié le 27/11/2014 á 23H02
Péage d’Incarville et échangeurs A13 : La Communauté d’agglomération Seine-Eure a rencontré la SPAN

A13. L’Agglomération Seine-Eure et la SAPN vont mener une étude pour trouver des solutions aux problèmes des échangeurs d’Incarville, Criquebeuf-sur-Seine et Heudebouville.

C’est avec un serpent de mer que la Communauté d’agglomération Seine-Eure (Case) compte bien en découdre. Les trois échangeurs de l’autoroute A13 présents sur son territoire posent chacun un problème. Lundi, le président de l’intercommunalité, Bernard Leroy, et les maires des communes concernées ont participé à une réunion, sous l’autorité du préfet de l’Eure, René Bidal. La Société des autoroutes Paris-Normandie (SAPN) était présente. Et c’est bien auprès d’elle que les élus veulent se faire entendre. «Nous voulions lui faire prendre conscience des enjeux sur notre territoire», lance Bernard Leroy.

Sécurité, coût et avancées

Première problématique : la sécurité à Criquebeuf-sur-Seine. «Nous avons remis des documents à la SAPN pour lui faire comprendre qu’elle ne peut pas tout le temps botter en touche sur ce sujet.» La sortie, gratuite, est très souvent encombrée dans le sens Rouen-Paris et la file de voiture déborde sur la bande d’arrêt d’urgence.

Cet échangeur est très utilisé car le péage d’Incarville, à 2,10 €, dissuade beaucoup de conducteurs, qui préfèrent faire quelques kilomètres de plus pour ne pas payer.

«Et cela amplifie le problème d’insécurité à Criquebeuf», soulèvent les élus de la Case.

«La SAPN nous a expliqué que ce tarif est élevé car il y a peu de monde. Cela nous a fait bondir de notre chaise. Il y aurait plus de monde si le prix était moins élevé!», souligne Bernard Leroy.

Les élus, qui ont rappelé que l’A13 est la seule autoroute à péage ouvert de France (l’automobiliste paye un forfait et non au kilomètre), souhaitent que la SAPN pratique une offre économique attractive.

L’évitement du péage implique aussi plus de circulation dans les communes. «Les poids lourds sortent à Gaillon pour reprendre l’autoroute à Criquebeuf. La D6015 est engorgée», témoigne Thierry Delamare, maire de Criquebeuf-sur-Seine.

Mais pour ce qui est de la gratuité, demandée par beaucoup de citoyens, notamment des associations, «il ne faut pas rêver, lance Bernard Leroy. La SAPN y a mis une fin de non-recevoir.»

Enfin, troisième échangeur concerné, celui d’Heudebouville. Les élus souhaitent qu’il soit complet. Actuellement, il est impossible de sortir quand on vient de Rouen, ni d’entrer pour aller vers la Seine-Maritime. «Compte tenu de l’ampleur que prend la zone d’activité Écoparc, avec la fin de l’aménagement d’Écoparc 3 en 2015 et le lancement d’études pour Écoparc 4, il faut un échangeur complet», défend le président de la Case.

À l’issue de la réunion, avec l’appui du préfet, «sans qui cela aurait été un dialogue de sourd», une première avancée a été trouvée. La SAPN et la Case vont financer, pour moitié moitié, une étude (coût estimé à 100 000 €) destinée à trouver des solutions aux trois problèmes. «En participant, nous pourrons mettre nos exigences dans le cahier des charges», assure Bernard Leroy.

Mais après ? L’étude sera rendue dans six mois. Les élus espèrent que la conjoncture jouera en leur faveur. «L’État met la pression aux sociétés autoroutières quant aux profits réalisés et on est dans l’axe Seine, enjeu de développement...»

Violaine Gargala

vgargala@presse-normande.com

Une question de coût

Le coût du péage d’Incarville est souvent pointé du doigt. Et cela ne devrait pas s’arranger de suite.

En effet, selon une information dévoilée hier par l’AFP, les sociétés autoroutières ont proposé une augmentation des tarifs de 0,57 % au 1er février 2015, dans le cadre de la hausse annuelle, qui sera présentée aujourd’hui vendredi par l’État lors du comité des usagers.

Les tarifs des autoroutes augmentent chaque année au 1er février. Pour le calcul de cette hausse, l’inflation du mois d’octobre, de 0,38 %, est prise en compte. Chaque société autoroutière transmet à l’État sa proposition de hausse, et des négociations peuvent avoir lieu jusqu’à la fin du mois de janvier pour établir le taux réel de hausse.

Mobilisations locales

L’association Non à l’autoroute organise régulièrement des actions pour demander la suppression du péage d’Incarville, où passent chaque jour 18 000 véhicules. Une suppression également demandée par le collectif Maintenant ça suffit (réunissant des membres du NPA et PCF), qui a remis à Bernard Leroy, jeudi 20 novembre, une pétition réunissant 1 700 signatures. Le président de l’Agglomération a donné ce document à la SAPN lors de la réunion de lundi. Mais une telle demande semble utopique car l’entreprise ne veut pas en entendre parler.


Commentaire de Florestan:

Le 1er février 2016, il reste une solution: boycotter le péage d'Incarville et les autres péages "adultérins" en refusant de les payer! Les grands féodaux ne comprennent qu'un sain rapport de force!


 

Le même mépris de la SAPN s'observe sur l'A29 à la hauteur de la "gare de péage" (sic!!!) de Saint Romain de Colbosc qu'évitent les riverains et habitants de la Pointe de Caux (et ils ont bien raison) pour n'avoir pas à payer 1,10 euros pour faire 8 km... Avec les mêmes conséquences observées du côté d'Incarville: saturation des départementales et des centres bourgs par la circulation automobile et des poids-lourds aux heures de pointe!

Le maire de Gonfreville L'Orcher en ras le bol!

Nous lui conseillons donc d'organiser une opération péage gratuit le 1er février 2016!

http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/seine-maritime/le-havre/le-maire-de-gonfreville-l-orcher-se-bat-pour-supprimer-le-peage-de-saint-romain-de-colbosc-908559.html

Enfin, la situation la plus scandaleuse, on la trouvera du côté de l'Orne avec l'A88 (société "Alicorne" filiale de la SAPN):

http://normandie.canalblog.com/archives/2013/07/26/27715397.html

Alicorne dans le cul en 2013... Et en 2016?


 

MORALITE: NE JAMAIS OUBLIER QUE LA...

SAPN

=

SANGSUE AUX NORMANDS !

Logo_SAPN     704_sangsue

 

http://normandie.canalblog.com/archives/2013/01/31/26290943.html