Il a donné son nom au lycée de Saint Lô, sa ville natale. Urbain LE VERRIER, génial mathématicien avait réussi à déterminer la présence de la planète Neptune avant qu'elle ne soit réellement observée bien des années plus tard... Il y a quelques jours, les savants astronomes de la NASA ont réutilisé la méthode du célèbre normand afin d'expliquer les bizarreries gravitationnelles observées aux confins encore peu connus de notre système solaire et de faire comme notre Urbain LE VERRIER, supputer la présence d'un corps céleste qui serait dix fois plus grand que notre Terre...


 

http://france3-regions.francetvinfo.fr/basse-normandie/manche/saint-lo/c-est-un-normand-qui-decouvert-neptune-et-la-probable-9eme-planete-909801.html

C'est un normand qui a découvert Neptune et ... la probable 9ème planète

Des chercheurs américains ont mis le monde en émoi cette semaine avec l'annonce de la découverte d'une éventuelle 9 ème planète. Le système de calcul utilisé par leurs ordinateurs s'appuient sur la méthode inventée au XIXème siècle par Urbain Le Verrier. Un génie né à Saint-Lô en 1811.

Né à Saint-Lô le 11 mars 1811, Urbain Le Verrier est mort à Paris le 23 septembre 1877, après avoir découvert Neptune et posé les base de la météorologie moderne. © Wikipédia

Né à Saint-Lô le 11 mars 1811, Urbain Le Verrier est mort à Paris le 23 septembre 1877, après avoir découvert Neptune et posé les base de la météorologie moderne.

Une neuvième planète pourrait se trouver dans la partie la plus éloignée du système solaire, ont annoncé mercredi des astronomes américains qui se sont lancés à sa recherche pour confirmer cette prédiction. Cet objet, baptisé "Neuvième planète", aurait une masse d'environ dix fois celle de la Terre et serait sur une orbite vingt fois plus éloignée que celle de Neptune, qui évolue autour du soleil à une distance moyenne de 4,5 milliards de kilomètres.

La méthode de calcul inventée par le normand Urbain Le Verrier a été utilisée


Ces scientifiques n'ont jamais observé la planète directement mais ont fait cette découverte avec des modèles mathématiques ( ceux utilisés par Le Verrier au XIXè siècle quand il a découvert Neptune)  et des simulations par ordinateur.

L'existence de cette neuvième planète permettrait d'expliquer l'évolution mystérieuse d'objets dans cette éloignée du soleil restée largement
inexplorée, expliquent ces scientifiques.
Si l'existence de cet objet était confirmée, cela serait "la neuvième planète", a relevé Mike Brown, un professeur d'astronomie planétaire. "Il n'y a eu jusqu'à présent que deux planètes découvertes dans notre système solaire depuis l'antiquité et ce serait dans ce cas la troisième".

"Il y a encore une grande partie de notre système solaire qui reste à être exploré et cela est très exaltant", a poursuivi l'astronome. Selon lui, vu que la masse de cet objet serait 5.000 fois celle de Pluton, il n'y aura pas de débat sur son statut de planète.Pluton, qui a longtemps était considéré comme la neuvième planète, a perdu ce statut en 2006 vu sa trop petite taille pour être classée désormais comme une planète naine.

Urbain Le Verrier né à Saint Lô est devenu célèbre en découvrant Neptune en 1846


"Pour la première fois depuis 150 ans, nous avons de solides indications que l'inventaire du système solaire est incomplet", ajoute-t-il.

Mais , "il n'y a encore rien de définitif...car il s'agit d'un modèle mathématique". Il y a eu des cas similaires dans le passé où des astronomes avaient prédit la présence d'une planète qui n'a jamais été trouvée, rappelle le scientifique.

Urbain Le Verrier est aussi considéré comme le père de la météorologie française.


Après cette découverte ( Neptune) en 1846, Urbain Le Verrier est nommé en 1854, directeur de l'Observatoire de Paris. A ce poste il développe le service de météorologie français. À la tête d'une commission qui porta son nom, il réforme l'enseignement de l'École polytechnique en introduisant plus de science appliquée.

Né à saint-Lô , il y est revenu pour devenir le président du conseil Général de la Manche


Le 13 mai 1849, il est élu député de la Manche sous l’étiquette des Amis de l'Ordre. Il soutient la politique de Louis-Napoléon Bonaparte et son coup d'État du 2 décembre 1851 : quelques semaines après, il est nommé sénateur (Second Empire). Inspecteur général de l'enseignement supérieur pour les sciences le 9 mars 1852, il prépare notamment la réforme de la « bifurcation des études » avec le ministre de l'instruction Hippolyte Fortoul (section scientifique distincte de la section littéraire à partir de la classe de quatrième). À sa mort il sera remplacé dans ces fonctions par Hervé Faye. En 1852, il est élu conseiller général du canton de Saint-Malo-de-la-Lande. Il restera élu de ce canton jusqu'en 1870 et présidera le conseil général de la Manche de 1858 à 1870.

Urbain Le Verrier repose au cimetière du Montparnasse à Paris. Son nom est inscrit sur la tour Eiffel. Un amphithéätre porte son nom à l'université de Caen, ainsi qu'un anneau de Neptune. A Caen, à Saint-Lô et à Alençon une rue porte son nom.

© CC / Luke McKernan/ Flickr