Superposant presque parfaitement géographie culturelle et géographie fonctionnelle dans un cadre stable depuis le Vème siècle de notre ère (la Seconde Lyonnaise du bas empire romain), au profit d'un volontarisme politique d'unir la baie, l'estuaire et les deux rives de la Seine sous un même commandement au profit des intérêts logistiques et maritimes des grands ports de la Basse Seine, la Normandie est, désormais, la région la plus proche de l'idéal régional sur une carte de France qui démontre, au contraire, que l'idée de région n'est toujours pas prise au sérieux par un état central jacobin impécunieux.

4_Duch__et_province_eccl_siastique

6_La_Normandie_d_partementale_1790

La renaissance de la Normandie est donc un défi, celui de faire renaître à nouveau cette unité locale de commandement à l'ombre de la plus puissante région urbaine d'Europe, la région parisienne et ses 12 millions d'habitants: c'est le "grand pari" des Normands, peut-être plus grand encore que celui du "Grand Paris" qui peine à se penser au delà du périphérique ou du cadre de l'ancien département de Seine d'avant les années 1960: la Normandie, région-province idéale a l'obligation de maîtriser le parisianisme, qui est le pire des provincialismes, l'égoïsme territorial de la Ville lumière étant, peut-être, le plus obscurantiste des localismes.

C'est une question de vie ou de mort.

La Normandie et sa société civile, ses décideurs privés et publics normands à commencer par Hervé Morin et les 102 élus de son tout nouveau conseil régional, ses cinq départements, ses quelques 27 pays, ses villes à commencer par Rouen la métropole normande qui est en première ligne et dont la réunification normande en ce début du XXIème siècle constitue la DERNIERE CHANCE pour enrayer un déclin du rayonnement rouennais qui dure maintenant depuis trois siècles, sera-t-elle capable d'être à la hauteur d'une géographie et d'une histoire EXCEPTIONNELLES pour éviter le naufrage définitif du plus grand potentiel d'économie maritime français... dans la BANLIEUE PARISIENNE?

Le géographe suisse Jacques Lévy, le rappelait avec une rude lucidité dans une conférence donnée en juin 2015 lors du colloque organisé au château de Cerisy la Salle consacré à la question de l'actuelle réforme régionale:

"Quelle est la meilleure ressource territoriale pour un individu afin de réussir sa vie? S'il faut rester proche du local, d'une certaine forme d'identité, d'une vue idéalisée des choses, la Normandie convient bien. S'il faut englober le maximum de réseaux possibles à l'ombre d'une métropole mondiale, alors la Normandie est caduque comme quelques autres régions et c'est un Grand Bassin PARISIEN qu'il faut envisager."

(Source: bulletin N°7 du groupe des Quinze géographes universitaires normands, p.10)

La pertinence de la Normandie, cet optimisme de la volonté pour tenir fermement une géographie carrefour maritime, fluvial et terrestre, entre Paris et la Mer sera à nouveau démontrée lorsqu'un jeune talent Normand se dira qu'il pourra réussir aussi bien à Caen, Rouen ou Le Havre qu'à Paris ou quand les grands ports maritimes de la Basse Seine Normande auront enfin pu récupérer leur autonomie de gestion et d'action à l'instar de leurs concurrents belges et néerlandais, quand on aura fini par comprendre qu'une politique maritime se décide non pas depuis l'hinterland, aussi puissant soit-il, mais depuis les ports qui l'animent...

A la suite de Jacques Lévy, on peut effectivement discuter de l'avenir d'Orléans, d'Amiens ou de Reims vis-à-vis de la région parisienne: les marges de manoeuvre pour l'Orléanais ou pour la Champagne sont à ce point inexistantes que cette dernière région vient de disparaître à l'Est de Paris.

En revanche, depuis les villes ports de Normandie il serait possible de piloter la première façade maritime française et l'avant-port européen: ce serait d'ailleurs, aux yeux du pouvoir central jacobin de Paris le seul argument valable pour tolérer une autonomie décisionnelle normande. Laisser la gestion des questions maritimes aux professionnels! Mais le récent fiasco du terminal multimodal fret du port du Havre montre qu'il nous faut d'urgence mener la bataille des idées nécessaire à la défense la plus élémentaire de l'intérêt général normand!

L'Agence d'urbanisme de Caen La Mer organise donc un cycle de conférences sur la question de savoir si l'unité normande est pertinente ou non: la première qui aura lieu à CAEN le mardi 26 JANVIER 2016 au "pavillon de Normandie" (sur les quais du Bassin Saint Pierre) à partir de 18h30 se posera la question des "forces et faiblesses" de la Normandie.

La force de la Normandie est celle, avant tout, d'une volonté politique, à l'image par exemple d'un Guillaume Le Conquérant, jeune bâtard destiné à la mort mais qui par une volonté farouche fera de l'unité normande une puissance politique matrice de l'Angleterre et de la France.

La faiblesse de la Normandie serait de se laisser penser ou agir dans la nonchalance et la négligeance de ses intérêts les plus immédiats: à ces réunions nous poserons, par exemple, la pertinence du "Schéma stratégique de développement de la vallée de la Seine" présenté en janvier 2015 et concocté dans un bureau parisien par un préfet en mission placé sous la coupe directe du Premier ministre qui pense sans aucune imagination une Normandie utile "dans le prolongement" de la Région parisienne.

Si les Normands veulent que le retour historique à l'unité normande puisse avoir un contenu authentiquement normand et ne soit pas le décorum normand pour les funérailles d'une Normandie appelée à se fondre sans mot dire dans la région parisienne, il est urgent d'organiser un pilotage politique complet de l'AXE SEINE pour ne pas penser la Normandie depuis l'Axe Seine (en fait, depuis Paris qui n'en a strictement rien à faire...)  mais pour penser l'AXE SEINE depuis la Normandie.

IL FAUT UN LOBBY MARITIME ... DONC IL FAUT UN LOBBY NORMAND!

Afficher l'image d'origine

 

Les "Enervés de Jumièges" un célèbre tableau d'histoire mérovingienne proposé par Evariste Vital Luminais, visible au musée des Beaux arts de Rouen: une Normandie "énervée" au sens propre du terme, c'est à dire, sans nerfs, sans volonté, se laissant porter au fil de l'eau dans un méandre de la Seine pour disparaître définitivement de la scène de l'Histoire. Voilà ce que collectivement tous les Normands vont devoir éviter!

 


 

http://www.lepavillon-caen.com/rdv-de-lagence-durba-cycle-sur-la-normandie/

 

Rdv de l’agence d’URBA’ | Cycle sur LA NORMANDIE

Rdv de l’agence d’URBA’ | Cycle sur LA NORMANDIE

Du 26 janvier au 26 juin 2016

26 janv, 18h30 |#1, La Normandie, l’unité retrouvée ?

Jean-Philippe BRIAND, Directeur adjoint de l’AUCAME

Les deux régions normandes ont fusionné pour redonner naissance à la Normandie. Cette réunification intervient après 60 ans de séparation, la nouvelle région retrouvant ses limites historiques. Au moment où les cartes se redistribuent au niveau national, l’AUCAME propose ce cycle pour découvrir ses différentes facettes et les grands enjeux auxquels elle est confrontée aujourd’hui. Cette première soirée abordera 3 questions complémentaires : La Normandie retrouve-t-elle vraiment ses limites historiques ? Quels sont les ressemblances et les différences majeures entre la Haute et la Basse-Normandie ? Comment se positionne la Normandie vis-à-vis des autres régions françaises ? Ce panorama général permettra de mettre en avant les forces et les faiblesses de la nouvelle région.

 

23 fév, 18h30 | #2, La vallée de la Seine, une opportunité pour la Normandie ?

Patrice DUNY, Directeur de l’AUCAME

En proposant  dans le cadre des réflexions sur le Grand Paris en 2009, un projet allant de la Capitale au Havre tout au long de la Vallée de la Seine, Antoine GRUMBACH a lancé une véritable ambition collective. Portée d’abord par les grandes agglomérations, puis par l’Etat et les trois Régions concernées, cette dynamique vise à redynamiser cet ensemble territorial exceptionnel au plan européen à la fois par sa puissance économique et par ses richesses environnementales, historiques et culturelles. Espace stratégique pour la Normandie, le projet « Vallée de la Seine » est capital pour l’avenir de la nouvelle région, d’autant qu’il inclut le projet de Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN) qui améliorera, à moyen terme, les relations des villes normandes avec Paris mais également entre elles. L’AUCAME se propose de faire un point sur l’avancement de ce projet dans lequel elle est très investie depuis 2010, en partenariat avec cinq autres agences d’urbanisme d’Ile-de-France et de Normandie. Elle s’est en effet toujours attachée à faire valoir les intérêts de l’ouest de la Normandie, qui doit y prendre toute sa place.

29 mars, 18h30 | #3, Les villes moyennes au cœur du développement de la Normandie

Jean-Philippe BRIAND, Directeur adjoint de l’AUCAME

La Normandie est constellée de villes moyennes constituant, avec Caen, Rouen et Le Havre, l’armature urbaine de la région. Concentrant emploi, commerces et services, elles rayonnent sur de vastes bassins ruraux et jouent un rôle moteur dans l’économie. Les villes moyennes font preuve d’un réel dynamisme, élargissent leur aire d’influence, mais face à la crise et à la mondialisation, de nombreuses incertitudes pèsent sur leur avenir. Dans le contexte actuel de réunification de la Normandie, l’AUCAME dressera un panorama des villes moyennes de la région, analysera les défis auxquels elles sont confrontées et mettra en avant les atouts dont elles disposent pour façonner leur visage de demain. Un zoom sera fait sur le pôle métropolitain Caen Normandie Métropole dont l’enjeu est de fédérer et mettre en réseau les villes de l’ouest de la Normandie.

26 avril, 18h30 | #4, Le Havre

24 mai, 18h30 | #5, Rouen

28 juin, 18h30 | #6, Caen