L'Agence Régionale de la Santé de Normandie pratique la médecine des médecins moqués par Molière: plus on te saignera, plus tu auras des chances de guérir en partant du solide principe de bon sens qu'un malade mort est forcément en excellente santé!

L'esprit comptable préside donc aux destinées de la Normandie médicale et cela nous fera tous frémir, car avant de pouvoir guérir (ou mourir) au cimetière ou dans un "EPHAD" (ce qui revient au même), le patient normand qui patiente doit, d'abord songer, à prendre la route, voire à déménager pour vivre dans une grande ville afin d'espérer y trouver l'oasis que l'on ne saurait trouver, par définition, au coeur du désert médical...

Résultat de recherche d'images pour

D'où ce délire orwellien pour bureaucrates surmenés de la "médecine ambulatoire" qui organise le déménagement médical du territoire (au lieu de le ménager) à l'initiative des fonctionnaires d'une Agence régionale de la Santé qui devraient travailler davantage avec ceux de la Direction régionale Nord Ouest des Routes... car un "virage ambulatoire" sur les routes départementales du bocage, ce n'est pas le grand prix de Formule 1 de Monaco...


 

  • Lire l'article, sidérant, suivant paru dans l'édition caennaise de Ouest-France:

virage_ambulatoire

  • Lire aussi:

http://www.tendanceouest.com/actualite-129876-hopital-de-aigle-evoque-en-conference-de-presse-de-agence-regionale-de-sante.html