Alors que les agriculteurs bretons bloquent la ville de Vannes et que les agriculteurs normands ont tenté aujourd'hui de bloquer Caen (mais ils en ont été empêchés par les forces de  l'ordre à la hauteur de Carpiquet et ils ont promis de revenir), se tient à Bruxelles la réunion des ministres de l'agriculture de l'Union européenne.

Résultat de recherche d'images pour

Sur la tentative de blocage de Caen ce lundi 15 février 2016:

http://www.normandie-actu.fr/des-agriculteurs-en-colere-veulent-bloquer-caen-la-situation-en-direct-en-normandie_181906/

Malgré les demandes pressantes de Stéphane Le Foll qui avait pourtant reçu le soutien de quelques uns de ses collègues, la Commission européenne et son intraitable commissaire en charge de l'agriculture, le néo-libéral opportuniste irlandais Phil Hogan qui n'a peut-être jamais vu une vache de près de sa vie, a refusé de changer l'ordre du jour de la réunion consacrée à la question... du bien être des animaux d'élevage!

Comme si le bien être des cochons entassés dans des camps de concentration bretons ou de l'Allemagne de l'Est et le bien être d'exploitants agricoles que l'on retrouve pendus au fond de leur grange au dessus des bidons de pesticides n'étaient justement pas liés?

Visiblement, l'aspect "systémique" de la crise agricole européenne avec ses implications sociales, humaines, environnementales ou culturelles échappent totalement à Monsieur Phil HOGAN qui n'a dans sa trousse à outils conceptuels qu'un grand marteau libéral pour taper sur tous les clous d'une réalité en rébellion.

Mais ce serait accorder trop d'honneur à ce malotru que de lui prêter une once de réflexion quant aux futurs possibles de l'Europe agricole...

Qui est Phil Hogan?

Réponse de l'euro-député José Bové:


 

http://jose-bove.eu/phil-hogan-un-productiviste?lang=fr

Phil Hogan, un productiviste nouveau Commissaire européen à l’Agriculture

Ancien ministre irlandais de l’environnement, conservateur, Phil Hogan est un défenseur convaincu de l’agriculture productiviste. Alors qu’il était en charge du respect de la qualité des eaux dans son pays, il a réussi a obtenir une dérogation sur la Directive Nitrates qui autorise les élevages hors-sols de porcs à​épandre désormais 250 kg de nitrates à l’hectare au lieu des 170 autorisés. P​eu étonnant que l’Irlande ait une campagne toujours plus vert​e !​

Le réchauffement climatique ne fait plus de doute, et sans le nier, Phil Hogan a mis en place toute une batterie de protections pour que le secteur agricole soit impacté le moins possible par les mesures nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. C’est d’autant plus inquiétant que l’Irlande fait partie des mauvais élèves de l’Europe en ce qui concerne la réduction des émissions de CO2 et de méthane.

Autre critique, les réformes du programme européen LEADER mises en place sous la houlette de Phil Hogan ont affaibli les initiatives des associations en redonnant le contrôle aux collectivités locales, et donc aux politiques. La distribution des subventions a un arrière gout de clientélisme.

Dacian Ciolos, Commissaire sortant, était personnellement convaincu de l’urgence de réformer la PAC afin qu’elle soit plus verte. Ses propositions ont été démollies les unes après les autres par les différents lobbies agricoles, relayés par les groupes politiques majoritaires. Il semble que cette fois ci, la FNSEA et le COPA COGECA ai​en​t préféré travailler avec un homme qui voit l’avenir comme eux, productiviste, corporatiste​, et intégré à l’agro-industrie.​Dans ces conditions, on peut craindre que le peu qui avait été gagné lors de la précédente réforme de la PAC soit peu à peu remis en cause.


 

Il est tout de même hallucinant de constater que l'on laisse le soin à un gougnafier d'Irlande mis au vert à Bruxelles car le personnage a quelques mauvaises casseroles au derrière dont le tintement fait mal aux oreilles à Dublin (on voit, au passage, à quoi sert la place bruxelloise: recycler les plus mauvais membres des diverses castes politiciennes nationales...) de redéfinir un pan entier de la civilisation européenne: notre rapport à la ruralité et aux champs!

Avant de sévir à Bruxellles, Phil Hogan s'était mis l'Irlande à dos en créant une taxe sur l'eau du robinet...

http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/09/10/phil-hogan-charge-de-l-agriculture_4485381_3214.html

... Tout en ne payant pas ses propres impôts! (on a aussi en France le même type d'énergumène...)

http://www.independent.ie/irish-news/phil-hogan-refuses-to-pay-4k-service-charges-on-his-portugal-holiday-penthouse-26838412.html

C'était comme si on laissait la définition de l'avenir de nos villes à un ... Ténardier promoteur immobilier.

La seule perspective offerte par le médiocre Phil Hogan est de refourguer du mauvais jambon allemand, polonais voire... breton aux Colombiens et aux Vénézuéliens en faisant pression sur les latinos pour qu'ils ouvrent leurs marchés agricoles comme ceux d'Afrique l'ont été (dans le cadre des accords de Lomé) pour refourguer nos mauvais bas morceaux de volailles en surplus au Sénégal ou en Côte d'Ivoire tout en détruisant là-bas la culture traditionnelle africaine de la volaille qui est désormais autant en danger de mort que nos traditions françaises d'élevage!

En outre, une récente enquête télévisée diffusée sur France 2 le 2 février dernier, dans l'excellente (et courageuse) émission de la normande Elise Lucet, "Cash Investigations" consacrée aux réalités peu ragoûtantes de l'agro-chimie à la française a, semble-t-il, ouvert les yeux de nos concitoyens sur la nécessité de passer rapidement et radicalement à un autre modèle agricole, ou de revenir à une agriculture saine de qualité, respectueuse des hommes, des bêtes, des plantes et des sols puisqu'il en va, désormais, de la santé de nos enfants...

Pour revoir l'émission:

http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-2-fevrier-2016_1286821.html

 

Afficher l'image d'origine

Voici la fameuse carte produite par les journalistes de l'équipe de "Cash Investigation" établies à partir des données secrètes conservées par les services du Ministère de l'Agriculture qui savent pour chaque département la quantité précise de produits pesticides qui a été achetée et épendue par les exploitants agricoles. Il était d'ailleurs très drôle de voir dans cette émission le ministre de l'Agriculture marcher sur une grande reproduction de cette carte qu'il découvrait lui-même en même temps que trois millions de télespectateurs!

Suite à la diffusion de cette émission, une manifestation vient d'avoir lieu à Bordeaux:

http://www.ouest-france.fr/environnement/apres-cash-investigation-marche-blanche-anti-pesticides-bordeaux-4036375

On notera que les départements viticoles et de maraîchage sont les plus touchés par l'emploi des pesticides les plus dangereux pour la santé humaine (par ex: le Chloropyros de la firme américaine DOW ou le Folpel commercialisé par la firme allemande BAYER, tandis que l'Atrazine du suisse Syngenta interdite depuis 2001 en France continue de polluer les nappes phréatiques...)

On remarquera que la situation de la Bretagne est catastrophique (si l'on adjoint la Loire Atlantique) et que la situation de la Normandie n'est pas glorieuse pour autant: les grandes cultures du Pays de Caux et de l'Eure sont traitées (certes moins massivement que celles de la Beauce, en rouge sur la carte). En revanche, dans l'Ouest, le maïs d'ensilage pour la nourriture des vaches laitières nécessite de gros traitements "protecteurs de la plante" pour parler la même novlangue que nos empoisonneurs qui ont un grand pouvoir de... conviction sur nos députés car entre la leucémie du vigneron et le maintien d'un emploi de visiteur commercial en campagne, il faut, en effet choisir!

Plus que jamais, il devient URGENT de changer de modèle agricole en pariant, notamment, sur le local, le bio si possible (dans l'élevage et le maraîchage il est même possible de conserver ou de dépasser les rendements de l'agriculture conventionnelle chimique) et le marché local. Car seule la qualité a un prix qui pourrait permettre à nos paysans de vivre enfin de leur labeur!

Pour la Normandie qui dispose de 14 AOC et de terroirs qui n'ont pas encore été totalement dénaturé par les trente dernières années de folie agro-productiviste chimique intensive (à l'instar de la Bretagne qui produit des montagnes de beurre et de lait mais qui ne dispose d'aucune AOC...), l'opportunité consisterait à prendre la tête d'une alternative agro-alimentaire française et européenne en faisant le pari de rapprocher le modèle économique de l'agro-alimentaire de celui qui prévaut non sans un certain succès mondial pour la marque "France" pour les produits cosmétiques, voire le luxe.

Afficher l'image d'origine

=

Afficher l'image d'origine

En France, les paysans devraient être considérés comme des artisans du luxe alimentaire: la Normandie doit montrer l'exemple!

Lire pour finir, l'analyse plutôt éclairante de la confédération paysanne de l'Orne parue récemment dans Ouest France:

1505095_735271266610050_4541799426756174183_n