Le 27 février 2016 va s'ouvrir l'édition 2016 du salon de l'agriculture de Paris qui est, peut-être, le plus grand salon consacré à la filière agricole et agro-alimentaire dans le Monde entier. Comme d'habitude et plus que jamais depuis sa réunification officielle le 1er janvier 2016, la Normandie va, de part son évidence, occuper la place d'honneur parmi les régions françaises afin de démontrer que par le respect de la qualité environnementale, gustative, paysagère, culturelle mais aussi humaine et animale, la Normandie montre la voie vers un autre possible pour une agriculture dite "conventionnelle" empoisonnée qui est en train de crever sous nos yeux!

Le salon (un peu hypocritement) se consacre cette année à "l'alimentation citoyenne": pourqu'il ne s'agisse pas d'une énième opération de com pour mettre un mouchoir sur ce qui pue et "verdir" ce qui empoisonne fondamentalement nos sols, nos plantes, nos bêtes et les hommes, à commencer par les exploitants agricoles eux-mêmes qui se choppent des cancers professionnels quand ils ne se suicident tant ils sont au bout du rouleau, la Normandie doit démontrer que l'alliance de la qualité et de la proximité est la seule planche de salut avec pour objectif, la convergence de la filière agro-alimentaire avec les filières du luxe qui font la réputation de la marque française sur le marché mondial.

Avec 15 AOC désormais et son Institut régional de la qualité alimentaire (IRQUA) la Normandie fait figure de pionnière en ce domaine stratégique pour l'avenir avec, cependant, un bémol:

Le retard de la ferme bio normande non pas en qualité bien sûr mais en surface exploitée alors que nous sommes si proches de l'immense marché urbain parisien qui exige le luxe alimentaire, car la mafia corporatiste du syndicat agricole dominant continue de régner sur le domaine très sensible de l'accès à la terre au point de créer en France une question agraire qu'on n'avait jamais encore vue en quelques 10 000 ans d'histoire agricole: une captation foncière organisée par une organisation syndicale représentant les exploitants agricoles eux-mêmes!

Dans l'enfer de la FNSEA, on n'est jamais autant mieux servi que par soi-même!

D'où le désespoir profond constaté en nos campagnes!

D'où aussi cette idée que la perspective d'unité normande et de réveil normand pourraient être particulièrement bénéfique au secteur agro-alimentaire et au monde rural:

le retour à l'évidence et à une vraie fierté tant individuelle que collective!

Et quelle fierté! Celle de nourrir l'humanité avec des produits sains et de grande qualité pour redonner du sens et du plaisir à la vie.

La_Normandie_fait_son_salon

Voir aussi la bataille en cours pour sauver le Pommeau de Normandie:

Pommeau

(source: Ouest France édition caennaise, 23/02/16)