C'est ce que nous avons suggéré tout récemment au groupement des fermes laitières bio qui regroupent des producteurs laitiers à cheval sur les départements du Calvados et de la Manche dans le cadre encore préservé du parc des marais du Bessin et du Cotentin: le lait produit distribué dans le réseau des biocoop  est d'une grande qualité gustative, parfumé et légèrement sucré avec une belle crème qui se forme comme autrefois dans la casserole lorsqu'on le laissait monter sur le feu...

Mais il y a un... hic:

Normandie_oubli_e_par_le_lait_bio

C'est pourquoi, nous leur avons écrit ce qui suit à l'adresse suivante:

lesfermesbio@orange.fr

Bonjour,


Achetant avec plaisir votre bon lait bio de l'Ouest normand depuis quelques mois (Cotentin et Bessin) j'attire votre attention sur le fait que sur  l'emballage des briques de lait que vous mettez en vente et qui permet de localiser à l'échelle départementale votre production de qualité, vous continuez d'ignorer l'Est de la Normandie en soulignant en rouge le cadre administratif et régional bas-normand qui n'existe plus puisque la Normandie est enfin réunifiée depuis le 1er janvier 2016. Il serait judicieux de remédier à cette erreur de publicité et de marketing au plus vite et cela pour deux raisons de fond:

1) la filière de l'agriculture paysanne bio et locale est la solution d'avenir pour l'agriculture et l'agroalimentaire en Normandie qui, avec 15 AOC, est la région française la plus engagée dans l'alternative de la qualité locale avec, néanmoins pour vous, une belle marge de progression puisque l'agriculture bio normande fait à peine 5% de la SAU normande. Le conseil régional de Normandie lors de sa prochaine plénière à Rouen (le 24 mars) va présenter d'ailleurs un projet de "PRAD" à l'échelle des cinq départements normands pour l'arrivée des produits de l'agriculture bio et locale normande dans les cantines des lycées. A terme, avec l'IRQUA et tous les acteurs de la filière agroalimentaire normande, il s'agit pour la Normandie de faire monter en gamme les productions agroalimentaires pour prendre le marché mondial du luxe agro-alimentaire: seule la qualité extrême sera, à terme, valorisable en matière de prix aux producteurs. Il en va de l'identité même de notre région, de ses territoires ruraux, des terroirs et de ses habitants. C'est pourquoi, le développement de la "marque Normandie" va concerner précisément les filières agricoles avec une filière bio qui devrait jouer un rôle pilote en la matière. (autre but: restaurer le lien agroalimentaire privilégié entre la Normandie et la région parisienne)

2) Les acteurs de la filière laitière bio normande devrait s'organiser à l'échelle normande (la bassin laitier normand existe depuis 2011 mais ne profite qu'aux grosses laiteries industrielles et derrière la grande distribution) pour aller chercher le label AOC lait bio de Normandie avec vaches de race normande nourries à l'herbe: la Manche premier département laitier de France a un besoin urgent de reconversion vers la qualité. Les terroirs bocagers normands qui sont dans des parcs naturels régionaux (Marais Cotentin-Bessin, Normandie Maine, Perche et Boucles de la Seine) doivent déjà faire de la qualité et de l'authenticité. Dans le Pays de Caux, il va falloir sauver les clos-masures et l'un des berceaux de création de la vache laitière normande au début du XIXe siècle. Enfin, je vous invite vivement à vous rapprocher de vos collègues du Pays de Bray où la filière laitière bio est très présente puisqu'elle est liée au cahier des charges exigeant de l'AOC fromagère du Coeur de Neufchâtel. Tout ceci pourrait se faire en partenariat avec les petites laiteries artisanales ou plus grandes qui font exister les 4 grandes AOC fromagères qui font la réputation mondiale de la Normandie: s'il y a avait une AOC lait bio de Normandie, ce serait toute la filière agro-alimentaire normande qui pourrait en profiter et au-delà tous les amateurs de la Gourmandie.

Le retour à l'unité normande permet enfin d'être enfin ambitieux et cela vous concerne tout particulièrement!
bien cordialement,

Philippe CLERIS
p/o Le Collectif  "Bienvenue en Normandie"