La guerre de position menée par les élus départementalistes (voire localistes et donc... jacobins) contre la montée en puissance du pouvoir régional à l'occasion de la réforme terrritoriale se poursuit comme s'il n'y avait pas d'autres urgences dans ce pays...

La loi "NOTRe" qui implique la fin de la clause de la compétence générale et la réorganisation des compétences selon les capacités d'action des diverses collectivités ou le partage de certaines compétences entre plusieurs collectivités avec une collectivité désignée comme "chef de file"... devait clairement édicter aux élus la fameuse règle du "qui va faire quoi et avec quels moyens".

Or ce n'est pas le cas dans cette fameuse loi NOTRe définitive, essorée par la navette parlementaire, notamment le Sénat où l'émergence du nouveau pouvoir régional est mal considéré: les départements refusent de concéder au conseil régional la maîtrise de certains équipements et infrastructures dont l'activité et le rayonnement participent plus de l'intérêt régional que local.

La question portuaire est ainsi posée, notamment en Normandie qui dispose de la façade portuaire la plus dense et la plus complète en terme d'activités des régions littorales françaises, du bassin de plaisance à la darse géante pour les portes conteneurs du commerce maritime international en passant par les ports de pêche et les passerelles ferrries.

D'Ouest en Est:

Les ports normands de Granville, Carterêt, Diélette, Cherbourg, Barfleur, Saint Vaast La Hougue, Carentan, Grandcamp-Maisy, Port-en-Bessin, Courseulles sur Mer, Caen-Ouistreham, Dives sur Mer, Trouville, Honfleur, Port Jérôme, Port Radicatel-Rançon, Rouen-Grand Couronne, Le Havre, Fécamp, Saint Valéry-en-Caux, Dieppe, Le Tréport...

Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour   

Résultat de recherche d'images pour         Afficher l'image d'origine

https://encrypted-tbn2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR1TqdPVx3ZFoypwkToLcyP6rx8geb41VPkOhGYYqLj9m7DXUBB 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

Résultat de recherche d'images pour      Afficher l'image d'origine                            Résultat de recherche d'images pour    Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Pour l'instant,  cette façade portuaire normande s'organise selon quatre grands acteurs:

1) HAROPA le GIE regroupant les deux Grands Ports Maritimes du Havre et de Rouen-Honfleur (avec le port fluvial de Gennevilliers-Paris)

2) La Région Normandie et le conseil départemental de la Seine Maritime qui pilotent le port de Dieppe-Newhaven

3) Ports Normands Associés (PNA)qui rassemble les ports de Caen-Ouistréham-Cherbourg sous l'égide de la Région Normandie, des conseils départementaux de la Manche et du Calvados et des intercommunalités urbaines de Caen la Mer et de Cherbourg-Cotentin.

4) Les ports départementaux plus petits (commerce, pêche et plaisance): Granville, Barneville-Carterêt, Dielette, Barfleur, Saint Vaast la Hougue, Carentan, Grandcamp-Maisy, Port en Bessin, Courseulles, Dives sur Mer, Trouville, Saint Valéry en Caux, Fécamp, Le Tréport...

On est donc encore loin de l'idéal d'un système portuaire normand totalement intégré mais la logique de rapprochement, de mutualisation et de coopération est à l'oeuvre: il serait judicieux que le Conseil Régional de Normandie soit le moteur et le pilote d'une politique portuaire efficace et ambitieuse...

  • HAROPA a signé un partenariat stratégique avec PNA et le port régional de Dieppe a vocation à rejoindre cette structure autrefois bas-normande ainsi que les ports départementaux plus petits qui ont un trafic polyvalent (Granville, Fécamp, Le Tréport)
  • Un projet de navette conteneurs entre le GPM du Havre et PNA (Caen-Ouistréham) est à l'étude à travers la baie de la Seine, de même que la relance de navettes passagers entre Le Havre, Trouville et Honfleur
  • Le pilotage et le lamanage sont mutalisés de Cherbourg au Havre.
  • Même chose pour la sécurité maritime normande pilotée depuis la préfecture maritime de Cherbourg et le CROSS de Jobourg avec station de l'Abeille-Flandres à Cherbourg (à charge pour ce remorqueur de haute-mer d'assurer la sécurité maritime pour tout le secteur Manche Est suite au retrait des... Anglais)
  • Les comités régionaux des pêches normands vont fusionner pour 2017 avec une grosse inquiétude sur l'impact des futures éoliennes marines et les contraintes environnementales européennes mais aussi avec le projet d'aller vers une pêche artisanale de très haute qualité environnementale (labels et préservation de la ressource)
  • Les passerelles ferries de Cherbourg, Ouistreham, Le Havre et Dieppe doivent défendre et consolider leur trafic face à la concurrence des propositions massives faites dans le Pas de Calais (le tunnel et le port de Calais) avec, en outre, la montée du problème humanitaire des réfugiés dont l'accès à l'Angleterre est interdit.
  • Cherbourg, Ouistreham, Le Havre et Fécamp s'apprêtent à recevoir les futures activités de construction d'assemblage et de maintenance des futures éoliennes marines (avec trois projets de parcs éoliens au large des côtes normandes: Courseulles, Veulettes et Le Tréport). Mais il y a encore beaucoup d'incertitudes économiques, financières et juridiques...

Bref! il y a de gros enjeux et de grosses attentes de la part des acteurs des ports normands: ce n'est donc vraiment pas le moment de se lancer dans une nouvelle chicaya entre Région et Départements!


 

  • Lire ci-après cet article paru dans Les Echos (18/03/16):

bataille_des_ports