Il paraît qu'il y aura des primaires à la fin de l'année 2016 et tous nos primates du zoo politique français s'y préparent à droite en novembre, à gauche en décembre.

On se demande ce qu'en pensera le Père Noël... La logique infernale de notre monarchie républicaine finissante qui applique toujours l'antique loi salique des anciens Francs (surtout pas une femme, qui plus est FN, sur le trône de l'Elysée) pour mieux nous rendre la monnaie de singe (ça nous apprendra à ne plus prendre au sérieux leurs simagrées...) les oblige tous au bricolage dominical d'un avant premier tour avant le premier tour officiel de la sacro-sainte onction démocratique présidentielle pour être bien sûr de pouvoir figurer au second tour en compagnie de la charmante Marine Nationale.

Bref! Ils y pensent tous car ce cirque de psychopathes s'appelle la scène politique nationale, sous les feux puissants de la rampe médiatique parisienne.

Le plateau télé, le studio de la radio nationale et tous les lambris dorés et prestigieux de la capitale les font exister comme jadis les charmes ensorcelés des plaisirs de la Cour de Versailles faisaient exister toute cette noblesse courtisane ayant quitté domaines et châteaux de la province pour vivre dans l'ombre du Roi Soleil.

Afficher l'image d'origine

La devise d'un président de la Normandie devrait être celle-ci:

"Sire de sei!" c'est à dire "Seigneur de soi-même". Et avoir pour modèle le loup libre et ombrageux campé par La Fontaine qui refuse, à la fin de la fable, d'aller à la pâté sur l'invitation d'un gros chien bien content de lui mais qui a "le cou pelé" par le... collier de son maître!

Bel idéal pour un centriste "indépendant" qu'il soit dit en passant... Car le fin mot de l'affaire ne serait-il pas qu'il puisse être enfin possible de terminer en beauté une assez belle carrière politique "nationale" (en fait parisienne) en réussissant la présidence de la plus belle, la plus authentique et la plus historique de nos régions françaises?


 

  • Lire ci-après, cet article de Normandie actu: Hervé Morin dans le cambouis des primaires de la droite...

http://www.normandie-actu.fr/herve-morin-president-de-la-normandie-veut-rassembler-a-droite-et-a-gauche_191035/comment-page-1/#comment-205560

Rouen Hervé Morin, président de la Normandie, veut rassembler à droite et... à gauche

Le 20 mars 2016, les adhérents de l'UDI ont dit "non" à une primaire commune avec Les Républicains. Hervé Morin, président du Nouveau centre, veut rassembler, à droite et à gauche.

Dimanche 20 mars 2016, les adhérents de l’UDI ont suivi la consigne du président du parti, Jean-Christophe Lagarde, et ont voté à 66,56% contre une participation à la primaire de la droite.
Dans un entretien accordé au journal Le Monde, Hervé Morin, président du Nouveau centre (l’une des composantes de l’UDI) et président de la Région Normandie, juge « naturel et normal » que le parti centriste « refuse, pour l’instant, de participer à la primaire » de droite, puisque les deux formations ne se pas accordées sur un programme commun. L’ex-ministre de la Défense appelle différentes familles politiques, à droite comme à gauche, à se rassembler. Explications.

Élaborer un pacte législatif avec les Républicains

Alors que son parti s’est prononcé contre une participation à la primaire de la droite, Hervé Morin, conformément à l’idée de Nicolas Sarkozy, qui souhaiterait parvenir à un accord avec le parti centriste, s’est dit favorable à la création d’un groupe de travail entre Républicains et UDI.

Ce groupe de travail, côté centristes, devra être composé des principaux représentants des composantes de l’UDI (le Nouveau Centre, le Parti radical de Laurent Hénart, l’Alliance centriste de Jean Arthuis) et des présidents des groupes parlementaires (le président du groupe UDI à l’Assemblée, Philippe Vigier, et celui au Sénat, François Zocchetto), a-t-il déclaré au Monde, samedi 18 mars 2016.

L’élu ne veut fermer aucune porte pour l’instant et souhaite qu’une réflexion commune sur un programme soit menée et qu’un pacte législatif soit élaboré. Il va même plus loin, appelant à rassembler les forces politiques, au-delà de tout clivage : gauche et droite pourraient alors travailler de concert.

« Un rassemblement de Valls à Sarkozy, de Macron à Juppé »

La France de 2017, Hervé Morin l’imagine rassemblée. Il s’autorise même à imaginer des rapprochements entre l’actuel Premier ministre PS, Manuel Valls, et l’actuel président des Républicains, Nicolas Sarkozy. Autre possibilité dans le nouveau jeu de sept familles du président de Région : miser sur le cocktail Macron-Juppé. Un seul objectif : faire émerger une force politique centrale pour barrer la route au parti de Marine Le Pen et « mener les réformes indispensables à la modernisation du pays. »

Ce rassemblement, qui irait de Valls à Sarkozy ou de Macron à Juppé, rassemble en fait près de 60% des Français. C’est d’ailleurs le rêve originel des centristes ! L’émergence du FN permet paradoxalement cette recomposition politique que n’ont pas su faire François Mitterrand en 1988, ni Jacques Chirac en 2002, ni Nicolas Sarkozy en 2007.

Hervé Morin plaide pour une recomposition politique, rassemblant les forces de droite et de gauche, pour « transformer le pays » : « Une force se situant entre, d’un côté, la droite poujadiste du repli mortel et de l’autre, une gauche refusant l’évidence de la mondialisation et contestant l’autre modèle. »


 

Commentaire de Florestan:

Pour l'instant, le plus urgent est qu'Hervé Morin réunisse l'Ouest et l'Est de la Normandie: pour ce chantier là, le seul qui vaille pour notre avenir concret ici, il n'y a pas de primaires puisque Morin est le premier à devoir le conduire.
La Normandie a trop souffert de n'être que le trou normand de grands élus ne pensant faire carrière qu'à Paris de Lecanuet à Lemaire: récemment, sur France Inter (émission Agora de Stéphane Paoli) après 45 minutes soporifiques d'émission sur l'intérêt des primaires de les Républicains pour les deux formations du Centre (à réunifier comme l'est désormais la Normandie), Hervé Morin répondant enfin à une question du journaliste parisien sur son nouveau statut de président de région a déclaré ceci:


"je suis heureux! très heureux. Vous ne pouvez pas imaginer comme je suis heureux de présider la Normandie".

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1247833

(Emission du 6 mars 2016: "Où est le centre?")


Je pense que l'essentiel se trouve là...

 

Commentaire de notre collaboratrice "Poule d'eau" (qui fait la revue de presse pour l'Etoile de Normandie):

Dommage qu’il s’occupe de politique politicienne au lieu de trouver une solution aux problèmes de fermetures d’usines, pae ex. aller en GB convaincre les propriétaires du Chameau de vendre aux repreneurs existants... Là aussi, peut-être n’est-il pas au courant ?